Roundup toujours et encore

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Alors qu’aux Etats-Unis se déroule actuellement un nouveau procès contre Monsanto (lire ci-dessous), alors que la vente et l’utilisation par les particuliers de Roundup est, en principe, interdite en France, Michel –un correspondant de Nature d’Ici et d’Ailleurs- vient de m’envoyer les photos ci-dessous, prises il y a quelques jours dans un hypermarché de la région de Colmar… Où est la logique ?

Le Roundup produit par Monsanto est suspecté d'être à l'origine de nombreux cancers. Photos du 18.03.2019 : Michel S. (Cliquez pour agrandir)Le Roundup produit par Monsanto est suspecté d'être à l'origine de nombreux cancers. Photos du 18.03.2019 : Michel S. (Cliquez pour agrandir)

Le Roundup produit par Monsanto est suspecté d'être à l'origine de nombreux cancers. Photos du 18.03.2019 : Michel S. (Cliquez pour agrandir)

Procès Monsanto. Pour un jury américain, le Roundup a contribué au cancer du plaignant

Un jury américain a estimé mardi 19 mars que le désherbant Roundup, produit par Monsanto, avait contribué au cancer d'un homme de 70 ans. Il s'agit d'un nouveau revers pour le géant de l'agrochimie.

Photo d’illustration : Béatrice Le Grand/Ouest France

Le désherbant Roundup de Monsanto a contribué au cancer du septuagénaire Edwin Hardeman, a estimé mardi un jury américain, infligeant un nouveau revers au géant agrochimique, qui avait été lourdement condamné dans un procès similaire l'été dernier. 

Les jurés ont estimé que le plaignant avait su démontrer que le Roundup était « un facteur substantiel » de son cancer, clôturant ainsi la première phase de ce procès ouvert le 25 février.  A la demande du groupe allemand Bayer (qui a racheté Monsanto l'an dernier), les débats avaient été organisés en deux phases : l'une « scientifique » consacrée à la responsabilité du Roundup dans la maladie, et une deuxième devant aborder une éventuelle responsabilité du groupe. 

Bayer se dit « déçu »

A l'énoncé du verdict, le plaignant et ses avocats se sont enlacés. « Nous sommes très satisfaits », a réagi une avocate d'Edwin Hardeman, Jennifer Moore. Lui-même ne s'est pas exprimé auprès des journalistes.  « Nous sommes déçus » de ce verdict, a réagi Bayer dans un communiqué.  La deuxième phase du procès – le premier au niveau fédéral – commencera mercredi et devra cette fois répondre aux questions suivantes : Monsanto connaissait-il les risques ? Les a-t-il cachés ? Si oui, quels sont les dommages et intérêts qu'il doit payer ? 

 

Ouest-France avec AFP (19.03.2019)

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

                                                       

 

Publié dans Pesticides

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Z
C'est vrai que la ruine totale de la planète a besoin de round up pour aller plus vite , ça traîne , ça traîne là!
Répondre
O
Pour les pessimistes ou les optimistes, au choix, action Bayer - 10% aujourd'hui en raison du procès et provisionnement. de 13 milliards d'euros pour les actions en justice à venir, si j'ai bien lu.
O
Mme Monsanto et Mr bayer viennent de convoler en juste noce il y a quelques temps. Chacun de son côté a mené une vie un peu légère avant, erreurs de jeunesse, mais qui sommes nous pour juger. Mme Monsanto fabriquait l'agent orange qui a fait ses preuves au Viet Nam et Mr Bayer le Zyklon B dont l'efficacité n'est plus à démontrer. Le Round Up était dans la corbeille de la mariée. Je trouve votre acharnement injuste. Il faut au contraire aider ce jeune couple à bien redémarrer dans la vie en achetant ce produit qui est bon pour tout ou presque. Qu'est ce que c'est que deux ou trois cancers face aux innombrables bienfaits? Il faut réfléchir un peu.
Répondre
J
Je constate que sur ces bidons de Roundup figure désherbant grande surface. On peut donc l'employer pour nous débarrasser de ces grandes surfaces Leclerc et autres, temples de la consommation.
Répondre