Le Renard n’est pas un nuisible !

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Nouvelle action en faveur du renard de la part de l’ASPAS qui demande au ministre de la Transition écologique De Rugy de retirer cette espèce de la sinistre liste des animaux "susceptibles d’occasionner des dégâts" (la nouvelle terminologie pour désigner les « nuisibles »). Les associations Anymal et One Voice se joignent à cette requête… Et vous ?

Peu d’animaux sauvages ont été autant pourchassés et détruits, par tir, piégeage, déterrage, enfumage, et même gazage et empoisonnement, que le Renard roux en France. Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

Peu d’animaux sauvages ont été autant pourchassés et détruits, par tir, piégeage, déterrage, enfumage, et même gazage et empoisonnement, que le Renard roux en France. Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

Voici la lettre ouverte adressée à F. De Rugy

Monsieur le Ministre,

« Vous allez prochainement établir la nouvelle liste des espèces animales jugées « susceptibles d’occasionner des dégâts », en France, nouvelle terminologie adoptée en 2016 pour désigner ceux que l’on qualifiait jusqu’à récemment de « nuisibles ». Si la sémantique a évolué, le traitement réservé à ces espèces reste cependant le même.

Cette étiquette, imposée à des êtres sensibles, permet en toute légalité aux chasseurs et aux piégeurs de s’acharner sur leurs populations sans répit, à longueur d’année, avec le recours de pratiques parfois barbares et d’une grande cruauté ; des pratiques qui sont paradoxalement punies par la loi quand elles sont appliquées aux animaux d’élevage ou de compagnie.

Accusé de tous les maux, le Renard roux figure encore aujourd’hui sur cette triste liste d’êtres indésirables, alors que de très nombreuses études scientifiques démontrent l’utilité de ce canidé proche du chat et du chien dans la chaîne alimentaire et l’équilibre des milieux naturels.

Redoutable prédateur, le renard joue également un rôle écologique apprécié des agriculteurs, en chassant les micromammifères ravageurs de récoltes. Dans un modèle agricole qui veut se passer de pollution chimique, le renard a un rôle de tout premier ordre à jouer.

Opportuniste, le renard joue notamment un rôle sanitaire, en s’attaquant prioritairement aux proies faibles et malades, ainsi qu’aux charognes. Et surtout, selon une étude récente, sa présence aurait tendance à naturellement freiner la propagation de la maladie de Lyme.

Omnivore, le renard se nourrit à la bonne saison de fruits et de baies sauvages, et participe ainsi, par ses laissées, à la dissémination des graines et au repeuplement des arbres fruitiers et autres arbustes dans nos campagnes.

Peu d’animaux sauvages ont été autant pourchassés et détruits, par tir, piégeage, déterrage, enfumage, et même gazage et empoisonnement, que le Renard roux en France. Actuellement, des chiffres annuels stupéfiants sont encore évoqués (jusqu’à un million de renards tués !) et l’on peine à comprendre comment l’espèce parvient à survivre à l’ampleur de ces massacres, dont la raison et la finalité heurtent le bon sens.

Les études le montrent, cette « gestion » cynégétique, coûteuse, ne sert strictement à rien ; en effet, le territoire libéré par un renard sera immédiatement occupé par un autre renard. Quant à leur prolifération supposée, nullement démontrée, elle relève du pur fantasme : les populations de renards se régulent d’elles-mêmes, comme il a été démontré dans certains pays où sa chasse est interdite (par exemple le Luxembourg), ou strictement encadrée.

Les 12 et 13 mai 2017, à Paris, le colloque « Renard » organisé par l’ASPAS qui a rassemblé scientifiques, chercheurs, agriculteurs ou encore agents de l’État, a permis de mettre en lumière de nombreuses données sur le renard. Compilées dans des actes rendus publics sur aspas-nature.org, toutes aboutissent au même constat : le renard n’est pas un nuisible !

Face au changement climatique et à l’effondrement catastrophique de la biodiversité, deux réalités intimement liées, l’urgence de la transition écologique passe aussi et surtout par un meilleur respect, une meilleure compréhension de la nature qui nous entoure. En 2019, il n’est plus acceptable d’autoriser le massacre continu des renards, et en premier lieu l’horrible pratique de la vènerie sous terre, dès lors que l’utilité écologique et sanitaire de l’animal est reconnue par la communauté scientifique. Et quand bien même l’utilité des renards ne serait pas démontrée, rien ne justifierait qu’on les massacre à ce point. Avant d’être utiles ou nuisibles, ils sont, tout simplement, et ils obéissent à leur nature intrinsèque, que cela nous plaise ou non. Si nous ne voulons pas courir à notre perte, le 21e siècle se doit d’être celui de la protection, et non plus de la destruction : face au cataclysme écologique annoncé, la sagesse voudrait que nous travaillions avec la nature, et non plus contre elle. »

ASPAS (13.03.2019)

 
 
 
 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

Publié dans Animaux, Initiative

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Signé et publié sur Facebook !!
Répondre
J
Merci à vous !
K
C'est signé !! Le renard n'est pas nuisible !!
Répondre
J
Je suis contre la chasse telle qu'exercée car elle cache des pratiques cruelles en mettant en avant la régulation des espèces alors que les chasseurs sont les premiers " déréguleurs". La chasse est "d'un autre âge " réservée très souvent aux plus aisés . Les dérives des chasses "d'affaires" pratiquées en France , en Belgique et maintenant dans les pays de l'est ( par ces mêmes chasseurs français, belges et .. ) sont de véritables hontes pour la nature et tous les êtres vivants .
Répondre
J
Pétition signée sur le site de l’aspas car le lien ne semble pas fonctionner. C’est tellement évident qu’il faut protéger le monde animal et végétal que je doute de plus en plus de l’intelligence de ceux qui sont au pouvoir car de plus, les protections demandées ne coûtent rien!
Répondre
J
Bonjour JP, Merci d'avoir signalé le dysfonctionnement du lien pour la pétition ; c'est réparé ! Bonne journée.
J
Belle lettre. Bravo au Luxembourg.
Répondre
O
Oui Jacky, argentés parfois, avec une permanente mauve aussi, un collier de perle et un sac Vuitton assez laid au guichet, c'était assez courant. L'âge aidant on en voit moins. Plus souvent maintenant le jeune aux dents longues, bien au fait de la finance avec une BMW. Ce n'est pas une espèce menacée, elle est même en expansion sur certains territoires. Il faudra songer à demander à Mr de Rugy d'en revoir le classement sur la liste.
J
Oui, ce sont les renards argentés .
O
Cela dit il y a certaines variétés de renards bien plus nuisibles qui continuent de planquer des gros sous au Luxembourg. A surveiller.
D
qui ne connaît pas un chasseur, menacé par la maladie de Lyme car il est mordu par les tiques plusieurs fois par an, qui continue à chasser le renard?
Répondre
Z
Que cessent ces carnages! J'ai le cour déchiré quand je pense à tout ça .
Répondre
F
Elémentaire mon cher Watson: ce n'est pas à l'espèce la plus nuisible au niveau environnemental de déclarer les autres, qui maintiennent encore l'équilibre vital, nuisibles; bêtise, soumission aux chasseurs, et puis quand on connaît les conditions de ces tueries, la nuit souvent, par l'immonde déterrage... mais foutez-leur la paix !
Répondre
O
constater, merci pour votre indulgence.
O
C'est effectivement odieux. J'ai pu constaté les effets du gazage de terriers de blaireaux et renards à la chloropicrine, il faut avoir le coeur bien accroché. Si cela devait arriver à des lecteurs, convoquer presse, gendarmes et vétérinaire peut aider.
C
Chaque être vivant a sa place dans l'équilibre environnemental, et le renard on l'a montré récemment est plus utile que nuisible...nuisible à qui d'ailleurs.... Tout est relatif
Répondre
D
Quelle mentalité, quelle irresponsabilité....on sait que le renard est utile! Mais qui est habilité à décréter qui est utile, qui est nuisible? L'être humain celui qui détruit l'équilibre environnemental avec application! Aucune espèce n'est nuisible, chacune a sa place et son rôle; et Renart le goupil beau et intelligent, s'il a droit au respect pour lui-même comme tout être vivant, fait partie de notre imaginaire depuis le Moyen Age, qui y touche, touche à notre Culture! La nuisibilité est une sotte notion....bien pratique pour certains ! Et tout ça pour brosser dans le sens du poil..... les chasseurs, pas les meilleurs d'entre nous. Vite, vite écoutons les protecteurs et non les destructeurs. Parlerons-nous des conditions infâmes de cette chasse, déterrage la nuit aux projecteurs, on réveille la faune, on les traque endormis au fond de leur terrier, leur chez-moi, quand ils sortent acculés, blessés par les chiens de terrier, je préfère ne pas dire comment on les achève.
Répondre
O
J'ai quelques amis renards, charmants, discrets, bien élevés, jamais un mot plus haut que l'autre. Ils attendent patiemment que mes poules sortent de l'enclos pour les persuader de faire un bout de chemin. Il ne reste pas une plume. Cela évite à mes poules les affres de la vieillesse et les soins palliatifs. Mes amis sont aimables, habiles et joueurs. J'ai passé de longues heures à les admirer à la saison des fruits. Je conseille vivement à Mr de Rugy de s'installer dans son jardin et de faire de même pour en avoir une idée. Concernant la fameuse liste, connaissant la vigueur avec laquelle François s'attaque aux problèmes j'ai quelques doutes. Mais il ne faut pas faire de procès d'intention. Quant à la future liste de nuisibles j'ai quelques suggestions aussi.
J
Ce qui est évident (le rôle indispensable du renard dans la nature…) pour les uns, ne l’est pas forcément pour les autres qui préfèrent continuer de faire croire à qui veut bien l’entendre, que cet animal constitue un danger pour les autres espèces ! Bien sûr : il s’agit d’un prédateur qui plus est carnivore ! Ce qui est volontiers dépeint comme des "dégâts" par ses détracteurs, n’est rien d’autre que le mode de vie de n’importe quel autre carnassier : il chasse pour se nourrir ce qui n’est pas le cas de notre million de porteurs de fusil qui, eux, s’adonnent à un loisir et, dans le cas de l’élimination du renard, ne cherchent qu’à protéger leurs "cocottes" tout en prenant du plaisir par-dessus le marché en "faisant un carton" sur l’infortuné goupil ! Il est certain qu’avec une telle mentalité, les intéressés ont grand peine à comprendre que l’on puisse demander que cesse le massacre…
Répondre
J
Pouvez-vous SVP me contacter via le formulaire de contact (en haut de page) ? Merci
M
Ah si fabuleuse nature parfois si cruelle... Ce qui m'intéresserai de connaître c'est la LISTE des combines efficaces pour l'éloigner naturellement du poulailler et de nos compagnons domestiques tout en respectant la vie de ce si beau goupil merci