A propos des haies, la manie du ‘faire propre’…

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Il en reste si peu et ces malheureuses rescapées font régulièrement l’objet d’agressions en tous genre : malgré les diverses campagnes de sensibilisation sur leur rôle essentiel dans nos campagnes, les haies, écosystèmes remarquables par définition, sont toujours gravement menacées et, en toute logique, toute la biodiversité qui en dépend s’effondre dans la foulée…

Les moindres buissons, arbustes, bosquets dérangent… Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)
Les moindres buissons, arbustes, bosquets dérangent… Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)Les moindres buissons, arbustes, bosquets dérangent… Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

Les moindres buissons, arbustes, bosquets dérangent… Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

La LPO Alsace communique

Entre le 15 mars et le 31 juillet, il est interdit de tailler les haies. Sites de reproduction, de nourrissage et de refuge pour de très nombreuses espèces d'animaux, les haies représentent un petit écosystème en soi. Dès la fin de l'hiver, elles sont colonisées par un cortège d'oiseaux qui y construisent leurs nids. La LPO rappelle qu'il est légalement interdit - par arrêté préfectoral - de tailler ou d'arracher toute haie après le 15 mars et jusqu'au 31 juillet. Parallèlement, elle rappelle que les brûlis sont également interdits, toute l'année dans le Haut-Rhin et sous conditions entre le 16/5 et le 31/12 dans le Bas-Rhin.

Parlez-en autour de vous !

Photo : LPO Alsace

Photo : LPO Alsace

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

« L’avenir n’est pas ce qui va arriver mais ce que nous allons faire » Henri Bergson

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

dominique 19/03/2019 15:59

Après avoir abattu des arbres en pleine période de nidification au printemps dernier, et malgré mes nombreux et sévères courriers transmis à la LPO et autres organismes, la municipalité d' Amiens récidive avec les haies......
Je découvre ce jour au parc voisin de mon domicile, dans un quartier déjà concerné par les abattages de mars et mai 2018, l'éradication récente d'une très longue haie, elle abritait des passereaux , je le sais pour en avoir trouvé parfois tombés du nid. Nous sommes le 19 mars, pour le moment je ne sais si cette aberration a été commise après le 15 mars dans l'illégalité, mais en tout état de cause c'est récent, on a donc attendu la fin de la période autorisée, en prenant le risque qu'il y ait déjà des couvées!!! On replante pas mal à Amiens c'est vrai mais les oiseaux sacrifiés l'an dernier ne ressusciteront pas, certains ont dû renoncer à nicher ici, c'est une atteinte de plus à la gent ornithologique déjà très éprouvée; bien sûr la municipalité (et pas que ) va recevoir un nouveau courrier d'indignation, d'autant plus incisif que les incompétences criminelles du printemps dernier pourtant signalées se reproduisent ! Mon courrier se terminera par "décidément la bêtise fait plus de mal que la méchanceté "

Zoé 19/03/2019 11:57

Désolant! Quand je repense aux paysages de ma jeunesse dans le bocage mayennais , ça me déchire le cœur !

Association L'Arbr'en Soi 19/03/2019 05:35

La perte de la biodiversité qui nous concerne TOUS, implique d'effectuer nos travaux au bon moment, voire s'en abstenir...
Nous sommes tous responsables de la dégradation de nos environnements, soyons vigilants et renseignons-nous sur les consignes de taille et d'entretien que nous veillerons à rendre légers.
Replanter, préserver et restaurer les précieux habitats écologiques au travers des haies est essentiel ; il est étonnant qu'elles ne soient pas encore protégées et soumises à une replantation obligatoire.

Michel 18/03/2019 10:54

La culture du "faire propre" perdure et les chemins bucoliques et sinueux disparaissent à jamais
A quoi sert-il de faucher les abord des routes pendant les mois d'hiver ou rien ne pousse ?
Où est pratiquée une méthode plus "soft" d'élagage et d'entretien des haies et des abords des chemins ?
L'éducation à l'environnement et le changement des mentalités sont 2 priorités à mon sens, que ce soit au niveau des agriculteurs (même bio !!!), des communes ou d'autres collectivités locales pour éviter ces dérives
Celle-ci font le plus souvent appel à des sous-traitants pour réaliser ces opérations
Dans ce cas les entreprises choisies devraient obéir à un cahier de charges imposant une plus grande sobriété dans les travaux réalisés
En fait nous devrions communiquer là-dessus pour montrer les économies réelles qui pourraient être faites avec un entretien plus soft et moins régulier
L'appel au porte-monnaie des citoyens a toujours plus d'effet

CHICHE ?

Jpl 18/03/2019 08:28

Dans la campagne proche de Chartres, Dreux, Evreux, et cela dure depuis bien longtemps, le labourage des parcelles s’est fait de plus en plus proche de la route, je veux dire par là qu’avant, il y avait toujours un bon mètre entre le champ et la voirie, maintenant c’est 20 à 30 cm pas plus. Il suffit de mesurer la surface gagnée sur ces terres productrices de céréales et de la multiplier en euros pour mieux percevoir le peu d’intérêt pour ces haies pourtant vitales. Le premier port céréalier européen c’est Le Havre, il faut produire, produire et encore produire…et bien sûr dans ces lieux, comme il n’y a plus de haies et encore moins de surface boisées, on élève du gibier pour le tirer à l’ouverture de la chasse! Je cherche vainement une parcelle d’intelligence dans tout cela, mais ils ont de très très beaux tracteurs !

Michèle 18/03/2019 06:12

Ces destructions, ces massacres de haies sont réellement insupportables : ces agissements reflètent une haine du végétal, du vivant en général qui me sont totalement incompréhensibles venant des "travailleurs de la terre" que sont les agriculteurs, eux qui devraient être les premiers à protéger la nature qui est leur outil de travail ! Désormais, tout le monde connait l’utilité de ces écosystèmes pour la biodiversité : on devrait donc impérativement préserver, protéger ce qui reste et, de toute urgence, replanter, encore et encore : au lieu de cela, le massacre, l’odieux carnage continue…

Hubert Muller 18/03/2019 05:48

Hirschland était appelé Heckeland jadis... aujourd’hui ce sont d’immenses étendues sans haies au taillis « tampons »... vive l’agriculture actuelle !

Jean-Louis 18/03/2019 05:53

Des lieux où, l'an passé, je voyais encore des pies-grièches écorcheurs sont aujourd'hui "propres" et indemnes du moindre buisson (photos ci-dessus) ! Comment s'étonner de la diminution drastique des oiseaux si, après les avoir affamés en empoisonnant leur nourriture, les insectes, on les prive aussi de leur habitat ? Quelle tristesse...

Nadezda 17/03/2019 23:16

Un combat dur a gagner vu que les cons ils le sont pour longtemps.

osswald pierre 20/03/2019 17:00

On est jamais sûr de rien, mais en effet, il semblerait bien que c'est pour toujours.

Jacky 17/03/2019 21:27

L'info est intéressante. Merci.

Anja 17/03/2019 20:26

Je fais parfois le parallel avec les hopitaux, ils ont aussi la manie de faire "du propre", et ils se retrouvent avec des bactéries qui mangent de la chair humaine :-( Nous faisions de la permaculture à Kalhausen, les gens nous demandaient carément pourquoi nous ne tondions pas la pelouse. Quand j'expliquais un peu les principes, ils disaient "oui, d'accord, mais ça ne fait pas très propre" :-)

kimcat 17/03/2019 15:52

Les haies sont si utiles !! Pourquoi les détruire... C'est consternant

osswald pierre 17/03/2019 14:13

La messe est dite. Je me bats depuis des années avec l'agriculteur "bio"qui exploite les terrains alentour, pour essayer de le convaincre de ne pas toucher ou de respecter un peu les haies limitrophes, celle où vit probablement ma copine hulotte évoquée l'autre jour. Peine perdue, pas de discussion possible. Il vient d'acquérir en plus le dernier modèle gigantesque de débroussailleuse, qui doit faire envie aux employés de la DDE. Alors il faut lui trouver de l'usage. Pareil pour les employés de la commune voisine qui coupent et brûlent les haies en février/ mars, je râle, ont me dit on ne savait pas, que ça ne se reproduira pas, et l'année d'après rebelote. Ce n'est rien, ce ne sont que trois haies, c'est dans un rayon de 6 km, et déjà il n'y a pas beaucoup de limites à la connerie.

domi 17/03/2019 13:28

dans mes publications, journalistiques ou autres, j'ai toujours défendu les haies qui représentent une forêt linéaire importante qui comprend des arbres ou arbustes variés et des herbacées (pied de haie), abri précieux pour la faune, insectes, oiseaux, batraciens, mammifères
forêt linéaire car autour d'un hectare, on peut avoir 400 m de haie ce qui représente environ 0,4 hectare de forêt. Par la taille en têtard, la haie fournit du bois de chauffage tous les dix ans, sans couper un arbre, et un têtard peut abriter des rapaces nocturnes... en plus la haie fournit les fruits bio des noisetiers, prunelliers, ronces, églantiers,etc...
Alors ! Beaucoup de haies ont disparu mais on peut replanter