Tomi, l’inclassable

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Tomi Ungerer aimait la nature ! Il aimait aussi beaucoup les oies cendrées… Tomi s’est éteint dans la nuit de vendredi à samedi. L’artiste strasbourgeois qui vivait en Irlande a éclairé les identités alsaciennes avec ses dessins et son esprit anticonformiste depuis la fin de la Seconde guerre mondiale…

Tomi Ungerer, le 7 novembre 2017 à Munich. DPA/DPA/ABACA

 

Tous les enfants alsaciens connaissent les histoires de Jean de la Lune, des Trois brigands ou de Guillaume l’apprenti sorcier… Ses histoires ont bercé des générations d’Alsaciens, qui se sont tous reconnus dans l’expression de Tomi Ungerer, à la fois tendre et impertinente. Pétri par la double culture alsacienne, Tomi Ungerer a été un trait d’union jovial et critique entre la France et l’Allemagne, ce qui l’a rendu si indispensable.

 

Né à Strasbourg en 1931, Tomi Ungerer a souvent évoqué son enfance sous l’endoctrinement nazi, qui l’a profondément marqué. Il expliquait que pendant l’occupation il était français à la maison, alsacien dans la rue et allemand à l’école… « J’en fais des cauchemars toutes les nuits » indiquait-il dans un film « la guerre des enfants » !

 

La Grande Faucheuse, dont il s’était tant moqué de son crayon incisif, a eu le dernier mot. Tomi Ungerer s’en est allé, dans la nuit de vendredi à samedi, au domicile de sa fille Aria, à Cork en Irlande.

Il emporte avec lui ses éclats de voix, ses rires sonores, ses regards amusés par le spectacle de ses frères humains, sa vision d’un monde désespérant, mais riche aussi de tant d’attraits qu’il savait traduire avec tendresse et ironie dans ses dessins. Son œuvre est traversée par une diversité de genres et de thèmes, chacun abordé dans une vertigineuse prolixité – on lui attribue plus de 20 000 dessins – sans oublier une bibliographie longue comme le bras.

 

Sources : Rue89/Le Républicain Lorrain

 

 

Vidéo : Tomi Ungerer, l'extraordinaire artiste aux nombreux engagements, est mort (3 :40)

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

Publié dans Disparition, Coup de coeur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Au décès de Tomi Ungerer j'ai un peu parcouru internet à la recherche d'articles et d’illustrations<br /> de fil en aiguille j'ai également "feuilleté" quelques articles consacrées à Hansi<br /> quelle ne fut pas ma surprise et ma profonde tristesse d'apprendre <br /> que dans la nuit du 10 au 11 avril 1941 il avait été tabassé <br /> par des membres de la gestapo et laissé pour mort sur un trottoir à Agen ...<br /> Denis
Répondre
D
Merci Jean Louis car je l' ai adoré!
Répondre
J
Visitez si vous en avez l'occasion, le musée Tomi Ungerer à Strasbourg. Il est fantastique, il propose régulièrement des expositions temporaires.
Répondre
D
Merci Jean-Louis, nous avions appris ce départ avec tristesse. Notre fils nous a appelés dès qu'il a su, comme pour le départ d'un ami...<br /> Il faisait un peu partie de notre vie, je vais me permettre d'expliquer comment , j'espère ne pas susciter l'ironie même si mes premières paroles sont elles-mêmes à prendre au second degré(quoique...) : heureuse de savoir que lui aussi aimait les oies cendrées.......Les petits Alsaciens ne sont pas les seuls à en avoir fait leurs délices:<br /> nous l'avons découvert il y a plus de 30 ans par ses albums pour enfants, nous les avons toujours pour nos petits-enfants: le premier a été je crois Les Trois Brigands et ont suivi Jean de la Lune (pas mon préféré) etc .....et Le géant de Zéralda. Les enfants sont plus observateurs que nous et c'est mon fils qui a remarqué la finesse de l'auteur: ses dessins sont parfois en contradiction avec son texte; je me rappelle seulement la fin du Géant de Zeralda quand il écrit que les enfants qu'il a eus avec Zeralda formeront une famille normale et qu'on en voit un qui cache un couteau dans son dos....pas un ogre comme papa...??? On connaît peut-être moins Otto, lequel avec d'autres ouvrages m'a permis de travailler avec mes CM1 sur la Shoah avec à la clé une visite, très émouvante, poignante, du Mémorial de la Shoah. <br /> Tomi Ungerer est bien inclassable; je n'ai pas lu ses livres pour adultes mais notre fils a gardé un vif intérêt pour cet artiste.et nous en parle parfois....de loin en loin!<br /> En septembre 2017 une très belle expo lui était consacrée au musée de Guebwiller , salles refaites tout en blanc ce qui mettait en valeur ses oeuves certes d'inspiration diverse<br /> Je crois que c'est le Musée de Strasbourg qui lui est consacré qui avait prêté une partie de ses trésors.<br /> Là j'ai pu découvrir un Tomi Ungerer que je ne connaissais pas; notre fils nous avait recommandé de repérer l'affiche Black Power et elle était effectivement là; très forte comme d'autres qui dénoncent d'autres injustices...<br /> En fait avant cette expo je ne connaissais qu'une toute petite facette de Tomi Ungerer<br /> Nous avons découvert très récemment que L'apprenti sorcier de Paul Dukas avait été directement inspiré par Guillaume l'apprenti sorcier !<br /> Simples rappels pour saluer sa mémoire car j'ai vu ici les commentaires de personnes qui connaissent Tomi Ungerer mieux que moi
Répondre
Z
Un de mes artistes préférés qui alliait talent, poésie , finesse, engagement . Percutant ! . Repose en paix Tomi , tu nous as donné beaucoup de bonheur!
Répondre
J
Étonnant personnage ! Impertinent parfois, provocateur aussi, coquin souvent, amoureux des pierres et de la nature, doué assurément : Tomi Ungerer fut un artiste hors normes ! Il nous laisse de nombreuses et grandes œuvres !
Répondre
O
Bon voyage Tomi.
Répondre