Fukushima – Le Couvercle du Soleil

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Un film sur la catastrophe nucléaire japonaise : le 11 mars 2011, le Japon est secoué par un séisme, suivi d’un tsunami et de la triple catastrophe nucléaire de Fukushima. L’équipe du Premier Ministre, Naoto Kan, tente de faire face à cette situation. Que s’est-il passé réellement à la résidence du Premier Ministre au moment de la pire crise de l’histoire du pays ? La vérité a-t-elle été entièrement révélée ?

 

Le 11 mars 2011, un puissant tremblement de terre (magnitude 9) se produit à 80 kilomètres au large de Honshū, l'île principale du Japon, dans le Pacifique. Le séisme provoque la coupure de l'alimentation électrique de la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi, entraînant l'arrêt automatique des réacteurs.

 

Le tsunami exceptionnel provoqué par le séisme vient, une heure après, noyer les installations de la centrale, située en bord de mer et mal protégée par une digue de 6 mètres de hauteur. L'inondation et les dégâts interdisent la remise en marche des systèmes de refroidissement des réacteurs nucléaires, y compris celle des groupes électrogènes de secours. Au cours des jours qui suivent, l'interruption du refroidissement entraîne la fusion partielle du cœur des réacteurs, des explosions d'hydrogène qui endommagent davantage les installations et ralentissent les opérations de secours. Du matériel radioactif est relâché dans l'atmosphère et dans l'eau de mer.

 

La situation dans les réacteurs n'est à peu près stabilisée que vers la fin de l'année 2011. Dans une zone de plusieurs dizaines de kilomètres autour de la centrale, les habitants ont été évacués, sans réel espoir de retour. Entre-temps, l'examen du parc des centrales nucléaires japonaises a entraîné la fermeture, pour l'instant temporaire, de la plupart d'entre elles, et la réorientation de la production d'électricité vers l'usage des combustibles fossiles, le gaz en particulier. La centrale de Fukushima-Daiichi est fermée et sera démantelée. Cet accident d'une gravité exceptionnelle a provoqué un important mouvement d'opinion. Aussi, de nombreux pays ont réorienté leur politique de production d'électricité, donnant un rôle moindre au nucléaire…

FUKUSHIMA LE COUVERCLE DU SOLEIL Bande annonce (1 :50)

Plongez au sein du cabinet du Premier Ministre japonais lors la catastrophe nucléaire de Fukushima

 

Projection du film et échange en salle avec Tamiyoshi Tachibana.

Accompagné de Kolin KOBAYASHI, journaliste indépendant, président de l’Association Echo Echanges, membre du comité d’organisation du Forum social mondial antinucléaire, il est le représentant du film en France.

Le producteur : « Ce n’est pas pour reproduire l’expérience de la crise vécue par Naoto KAN que j’ai produit ce film. Les médias et l’opinion publique, manipulée par ces derniers, étaient totalement hostiles au Premier Ministre, l’accusant d’avoir aggravé l’accident et amplifié les dégâts. Face à ce rejet, j’ai été en proie à une colère et un dégoût tels qu’ils m’ont mené à faire ce film pour remettre les choses en ordre.

Il faut savoir que les 54 réacteurs nucléaires, répartis dans les 18 centrales japonaises, ont été arrêtés en septembre 2013. 7 ans après la catastrophe, 9 unités ont redémarré. Le film est devenu un puissant vecteur pour les citoyens qui se prononcent contre le redémarrage. Aujourd’hui, environ 70% de la population est en effet opposée à l’énergie nucléaire ».

 

Projections proposées le 16 mars 2019 à 17h00 au Ciné-Cubic de Saverne et à 20h00 au CinéSar à Sarrebourg, suivies d'un échange avec Tamiyoshi Tachibana, "bras droit" du 1er ministre japonais en poste au moment de la catastrophe de Fukushima et producteur du film. Il sera accompagné de Kolin Kobayashi, traducteur.

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

"Les horribles souvenirs de Tchernobyl et maintenant de Fukushima sont trop frais et trop frappants pour qu’on s’autorise à méditer tout autre choix que celui de mettre fin à notre dépendance à l’énergie nucléaire." Mikhaïl Gorbatchev (Prix Nobel de la Paix, dernier président de l’URSS)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Zoé 12/03/2019 10:19

Je ne voudrais pas m'attirer les foudres de Pierre en doutant de notre prodigieuse technologie et de nos experts et autres professeurs maboules alors, hallélluïa!

Jean-Louis 13/03/2019 06:26

Tu as raison de te modérer : Pierre sait en effet être un redoutable persifleur et, comme tu as pu le remarquer, aucun, mais alors aucun sujet ne lui fait peur ni ne le laisse de marbre ! Je cherche et, peut-être finirai-je par en trouver un malgré tout qui le laisse totalement indifférent ! En attendant, ses propos et opinions illuminent utilement nos journées, qu’il en soit ici encore vivement remercié… le bougre !

philippe grosjean 10/03/2019 11:51

Depuis que l'on sait que l'énergie nucléaire est tout-à-fait mortifère, il serait temps de stopper toute action dans ce domaine; que fera-t'on des déchets polluant pendant des milliers d'années? Fukushima, Tchernobyl,... Ça ne suffit pas? Il est même envisagé de polluer notre satellite -la lune- pour nous débarrasser de ces déchets... certains marchent vraiment sur la tête... Comme par hasard, ce ne sont pas les personnes "citoyens moyens" qui sont concernés, mais plutôt une "élite". Formidable : Lorsqu'ils se retrouveront seuls sur la planète, que feront-ils?

philippe grosjean 06/03/2019 16:45

La France est vraiment une nation formidable! Où que l'on demeure, on est de toute façon certain de demeurer dans une zone soumise à des déchets nucléaires aériens.

Pierre Osswald 06/03/2019 19:50

Les déchets nucléaires aériens il faut voir, nous bénéficions certainement d'une augmentation de la radio-activité artificielle en plus de celle qui est naturelle. Mais de quoi nous plaignons-nous, au début du 20 éme siècle il y y avait une vraie radium mania thérapeutique réservée plus ou moins aux nantis, maintenant c'est nettement plus démocratique, il y en a pour tout le monde.De quoi nous plaignons- nous?

JC 06/03/2019 15:16

Je ne suis-as un grand fan de l'énergie nucléaire, en particulier compte tenu de la durée de vie des éléments radioactifs résultants et de la difficulté de s'assurer de leur bon stockage à très long terme. Mais les français, les américains et les autres sont-ils prêts à limiter leur consommation ou à attendre que nous sachions produire de l'énergie "propre" et "économique" peut-être aux calendes grecques : solaire, éolien, hydrogène,... Parce que si les japonais et les allemands remplacent le nucléaire par le charbon, le pétrole ou même le gaz le progrès n'est pas évident pour la planète et les ressources limitées même si elles augmentent en permanence !

Pierre Osswald 06/03/2019 20:05

La réponse est non.

domi 05/03/2019 11:26

nous avons l'EPR de Flamanville, gouffre financier, mais le pire,c'est que s'il est mis un jour en service, on aura je le crains une catastrophe qui sera celle de l'incompétence patente et d'un acharnement peut-être criminel

Pierre Osswald 06/03/2019 16:39

Domi vous plaisantez j'espère, l'EPR un gouffre financier, foi de Finlandais vous n'y allez pas de main morte. Un peu de patriotisme bon sang! Nous avons les techniciens les plus habiles, les ingénieurs les plus compétents, les cadres les plus efficaces, les experts financiers le plus astucieux, chaque jour qui passe nous en apporte la preuve. Et nos ministères foisonnent de têtes pensantes bien faites qui savent ce qui est bon pour nous. Ne parlons pas de nos savants et de nos entreprises de génie civil. Comme le soulignait Jean-Louis très justement, nous avons la certitude maintenant que le nuage de Tchernobyl non seulement s'est arrêté à la frontière, mais qu'en plus il a rebroussé chemin, l'effet Maginot, que notre persil n'était pas contaminé mais meilleur qu'avant, tout cela grâce à la science française que vous dénigrez. Nous savons aussi que les centrales russes étaient en bois de bouleau et celles des japonais en bambou, alors que les nôtres sont en bon béton de chez Bouygues, c'est dire. Ce qui est certain c'est que nous sommes les meilleurs en tout ou presque alors cessez cette désinformation qui confine au sabotage. Un patriote, un vrai.

Jacky 05/03/2019 08:28

Si 7 ans après la catastrophe, 9 unités ont redémarré, comment s'est organisé le pays pendant ce temps ? Est ce que des solutions alternatives viables au nucléaire ont été constatées ?

Jean-Louis 05/03/2019 09:01

Peut-être aurons-nous des réponses lors de la soirée du 16 mars prochain ! Nous y serons...

Jean-Louis 05/03/2019 06:16

Tout comme le 26 avril 1986 avec la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, la date du 11 mars 2011 qui marque celle de Fukushima, restera gravée dans bon nombre de mémoires ! Ces drames n’ont pas pour autant réellement "changé la donne" pour nos dirigeants qui, pressés par des lobbys qui n’ont aucune espèce d’état d’âme, poursuivent doucement mais sûrement leur petit bonhomme de chemin vers un avenir qui à défaut d’être rayonnant sera beaucoup plus certainement radioactif ! On se pose toujours des questions pour savoir ce qu’on pourrait bien faire de tous ces déchets toxiques accumulés depuis des décennies (il est malheureusement révolu le bon temps où personne ne s’en souciait et qu’on les balançait tout bonnement à la mer…) mais, en revanche, on a eu beaucoup de chance de n’avoir pas à faire face à l’équivalent du drame nippon ou ukrainien, pays qui, à l’évidence, maîtrisent nettement moins la technologie que nous autres ! Le savoir-faire français, il n’y a vraiment que ça de vrai, la preuve… triple cocorico donc et croisons les doigts pour que notre bonne fortune ne tourne pas : ce serait ballot avec tout le mal que je me donne pour sauver la planète !

Pierre Osswald 06/03/2019 20:30

Cher Jean- Louis, le pays du Soleil Levant rayonne, quoi de plus normal, alors pas d'inquiétudes inutiles. Je demande pardon en m'inclinant respectueusement sept fois, mais n'ai pas pu m'en empêcher avant le feuilleton. Bonne soirée. La prochaine fois nous parlerons de Mishima et de son approche désopilante du suicide.