Quête nationale de la SPA, le refuge de Sarrebourg montre les crocs

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Des quêteurs interpellent actuellement les Sarrebourgeois au bénéfice des animaux en souffrance. Problème : il s’agit de la SPA basée à Paris, qui gère une trentaine de refuges en France. Mais pas celui de Sarrebourg.

 

L’argent donné ces derniers jours à la SPA ne bénéficiera pas au refuge de Sarrebourg.  Photo d’archives RL

Depuis quelques jours, les Sarrebourgeois déambulant dans le centre-ville sont invités à participer à une bonne action. Aider les animaux en détresse, via des dons à la SPA (Société protectrice des animaux). Ces étudiants sont payés par l’association, et invitent les passants à devenir « donateur régulier », en mettant en place un prélèvement automatique immédiat.

Mais les responsables des refuges locaux voient d’un mauvais œil cette pratique. « C’est la SPA de Paris qui est à la manœuvre, dans les villes où il y a des refuges qui ne sont pas gérés par elle, déplore Patrick Brauer, responsable de la structure de Sarrebourg. Les gens pensent faire une bonne action en nous aidant, mais en fait, ils aident la SPA de Paris. »

« Cette quête n’est pas illégale. Elle est immorale »

La différence est importante. Car la SPA de Paris, qui monopolise une grande partie des dons au profit des animaux abandonnés en France, ne gère que 55 refuges dans l’Hexagone. « Alors que nous sommes près de 270 refuges indépendants à côté », souligne Patrick Brauer. Ces refuges indépendants sont pour beaucoup membres de la Confédération nationale - défense de l’animal, dont le siège est à Lyon. Ils dépendent de la générosité des dons pour survivre et souvent, peinent à boucler leurs budgets pour soigner leurs protégés. Alors que de l’autre côté, la SPA de Paris est souvent qualifiée de « millionnaire »…

« Avec ce type de collectes, organisées dans des villes dans lesquelles des refuges indépendants font du très bon travail comme à Sarrebourg, la SPA surfe sur un capital sympathie local, insiste Hervé Belardi, délégué général de la Confédération nationale - défense de l’animal. C’est la technique du coucou. »

« Nous, on ne voit jamais la couleur de cet argent collecté ici, aux portes de notre refuge, note le responsable local. Cette quête auprès des Sarrebourgeois n’est pas illégale. Elle est juste immorale. Car elle induit les gens en erreur sur les vrais bénéficiaires de leurs dons. »

Le Républicain Lorrain (19.01.2019)

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

Publié dans Animaux, Humeur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Alain Gross 02/02/2019 07:07

Et ça continue ! Prenez la peine de lire l'article c'est édifiant je rappelle que c'est arrivé à Strasbourg et que l'on ne peut rien faire contre à part diffuser en grand nombre ce genre d'articles pour que les gens donnent directement à la SPA de leur localité...

Elise 01/02/2019 06:14

Merci pour vos publications : je retiendrais ce conseil de bien se renseigner avant de donner afin que les bénéficiaires ne soient pas de riches usurpateurs !

Gérard 31/01/2019 20:02

Tres interessant! Merci!

osswald pierre 31/01/2019 19:09

Quel foutoir, comment rester crédible et gagner ou regagner la confiance des gens avec ce genre de procédés. Lamentable! Au final c'est les animaux en détresse qui en feront les frais une fois encore. Un grand merci à la SPA de Paris de semer la zizanie, sans mettre en doute son utilité par ailleurs.

Zoé 31/01/2019 17:33

Lamentable ! je ne donne plus à la SPA nationale depuis longtemps , j'aide les assos que je connais .

Jacky 31/01/2019 14:39

C'est très petit. Sarrebourg se sert aussi de l'image de la SPA nationale. Alors pleurer comme ça dans le journal local....Cette situation est le lot de nombreuses associations caritatives. Soyez vigilants pour vos dons. Donnez à des associations que vous connaissez. De plus, méfiez vous de ces quêtes en ville. Une association qui paie des étudiants pour récolter des fonds est pour moi hors jeu.

Jean-Louis 31/01/2019 13:57

Après Strasbourg où une quête similaire a également eu lieu ces dernières semaines (voir publication du 1er janvier dernier), c’est au tour de la SPA de Sarrebourg de faire les frais de l’association éponyme de Paris ! Apparemment bien organisée et, surtout, sans le moindre scrupule, la structure parisienne ne se gêne pas pour marcher sur les plates-bandes de nos petites SPA locales qui, rappelons-le, font un travail remarquable… et, souvent, ingrat ! Il y a effectivement quelque chose d’immoral dans ces pratiques, aspect qui ne semble nullement embarrasser les initiateurs des quêtes en question !
Moralité : avant de donner, renseignez-vous sérieusement sur qui bénéficiera réellement de votre obole…

Simone 14/04/2019 23:15

juste insupportable !! quand on connait les dérives ( financières de Paris depuis des années).. des gens qui ignorent le mot " déontologie " mais pas " malhonnêteté" !!

domi 31/01/2019 12:48

j'ajoute que cela est bon à savoir pour faire le bon choix

domi 31/01/2019 12:48

revendication justifiée mais triste conflit !