La bourse ou la vie d’abord

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Un profond malaise moral affecte notre société menacée par les périls écologiques, par un clivage abyssal entre le peuple et les lobbies, par des régressions sociales que devraient interdire les formidables progrès de la technique et de la productivité du travail…

Les études confirment que le chlordécone a des effets sur notre santé. Lire ici

Des mafias dirigent ce monde et ne redoutent guère la sanction des lois puisqu’elles les font. Si 20% des détenus dans nos prisons surpeuplées sont des malades mentaux, si de pitoyables petits délinquants encombrent les audiences correctionnelles, si les « casseurs » encourent les foudres de la justice, les grands criminels trop puissants n’ont rien à craindre du droit dont ils maîtrisent les codes.

Lorsqu’un ancien président de la république, un propriétaire de laboratoires ou un grand patron tombent sous le coup d’une incrimination, il sait pouvoir compter sur une quasi-impunité grâce aux astuces de procédure, à la durée des instructions retardées par les meilleurs avocats, la mansuétude du système. Il n’ira pas en prison.

Amiante, chlordécone, scandales sanitaires, produits alimentaires falsifiés n’exposent qu’à bien peu de risques judiciaires malgré leurs méfaits sur la santé. Présentement, des lobbies ont œuvré pour le maintien en agriculture de l’emploi du glyphosate et de divers biocides, d’autres lobbies retardent de plusieurs mois l’interdiction de l’emploi dans des aliments, (bonbons, pâtisseries et même médicaments) du dioxine de titane (E171), sans doute le temps d'écouler des stocks bien que cette molécule ait été présumée cancérogène. La démocratie est pourrie par les lobbies qui entourent les présidents et les ministres.

Or, un ministre, un lobbyiste ou un industriel qui délibérément choisit de faire courir un risque sanitaire à la population pour satisfaire des intérêts financiers très privés devrait être incarcéré, à titre provisoire, eu égard à l’extrême gravité de tels comportements, et non jugés quinze ans après les faits, à l’issue de dizaines de recours purement dilatoires et d’interminables expertises.

L’additif E171 est-il ou non cancérogène ?

La réponse relève de la science et d’une objectivité purement rationnelle. Mais dès lors qu’un doute sérieux existe, le devoir d’un ministre est d’opter pour la vie, pour la santé, pour la précaution et non pour le tiroir-caisse des lobbies. Choisir l’argent contre la vie est une faute majeure que ne répriment pas nos sociétés vouées aux intérêts des marchands, des spéculateurs, des affairistes qui constituent la cour des monarques du temps.

Lorsqu’un chef d’état se déplace à l’international, il n’emmène plus avec lui une délégation de savants, d’artistes, de philosophes illustrant le rayonnement de sa nation, mais une poignée d’oligarques vulgaires en mal de contrats lucratifs. Cela ne choque même plus tant ce monde de la spéculation, de l’accaparement, de l’affairisme participe du décor politique et mondain. Les lobbyistes, choyés par les gouvernants, savent jouir d’une impunité de fait quand bien même les intérêts qu’ils défendent se révéleraient, à terme, gravement préjudiciable à la santé des gens.

Quant à la biodiversité, son sacrifice est de règle.

Le ministère de l’écologie et l’observatoire national de la biodiversité publient des chiffres alarmants : 26% des espèces de la faune de France sont menacées, 38% des chauves-souris ont disparu entre 2006 et 2016. Les populations d’oiseaux se sont réduites de 33% des oiseaux des milieux agricoles, 30% des oiseaux des milieux bâtis et 3% des espèces forestières entre 1989 et ce jour.

Le site du ministère mentionne évidemment des agressions humaines à l’origine de ces hécatombes : pollutions lumineuses nocturnes, pesticides, monocultures et s’agissant des chiroptères, éoliennes. En revanche, la chasse et ses gluaux, ses lacets étrangleurs, ses tirs de nuit dans les marais et estuaires ne doit surtout pas être citée ! Il ne faut pas vexer le lobby.

Le monarque élu a promis soumission aux chasseurs lors de son anniversaire, devant un parterre de sangliers terrassés et a déjà offert aux plus riches des chasseurs, ceux qui prennent un permis national, la réduction de moitié du coût de la validation, la réouverture des chasses présidentielles fermées par Jacques Chirac, des atténuateurs de sons sur les fusils et demain des chasses aux oies en février, en violation du droit.

Mais, voici que l’on parle de « cahiers de doléances ».

Serions-nous en 1788 ? Vite, la Révolution ! Pour que cesse la dictature sournoise de l’argent et des lobbies et que la vie passe avant l’argent ! La révolution est une réponse à la violence d’un ordre inique, destructeur, avilissant, démoralisant. Elle sera une non-violence érigée en principe éthique, un refus de consentir à la soumission. Pour l’heure, le parti de l’ordre manifeste une violence physique inédite avec, à ce jour, 78 blessés graves par les flashballs de la police. Et dire que les esprits grégaires croyaient avoir fait barrage à « l’extrême-droite » en mai 2017 !

Gérard Charollois

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Z
Tout est dit mais nous sommes bien impuissants face à un tel système.
Répondre
J
M’étant fait avoir par notre président beau parleur en votant pour lui, espérant qu’il pouvait peut-être enfin changer ce qui est exposé en partie dans l’article ci dessus car il dispose de tous les outils pour le faire et bien d’autres choses encore que n’ont pas fait ses prédécesseurs, je me réjouis de voir son image de plus en plus écornée, son égo monstrueux de plus en plus révélé, sa dévotion aux lobbyistes explicitée et sa démission de plus en plus réclamée par ce qu’il déteste probablement le plus : le peuple!<br /> Dégager tout ce système n’est pas simple et l’on a vu que c’est possible avec la désintégration des partis traditionnels d’avant les élections et régnant alors avec une alternance apparemment immuable mais c’était pour les remplacer par la même chose. Cela a été programmé « en interne ».<br /> Pour le « peuple » c’est dangereux à réaliser et violent dans tous les sens du terme mais avons nous le choix face à notre existence dont la mise en péril indiscutable est peut être bien quelque part voulue par les parasites insatiables et décideurs de l’ombre, gravitant dans les coulisses de nos hauts représentants. Oui cela s’appelle une révolution.<br /> Mais attention, s’estimant invincibles,(voir l’article ci-dessus) ils se verraient bien à la tête d’un monde à population réduite, très réduite, très très réduite par une chimie finalement à leur service.<br /> Les bonnes paroles ne suffisent alors plus, la retenue non plus et on le voit bien dans les mouvements actuels.<br /> ON a beau essayer de nous convaincre du contraire, le, les complots existent bel et bien contre la majorité des vivants de la planète et il ne s’agit pas là d’hommes qui auraient ou non marché sur la lune mais plutôt du fait de ceux qui en permanence marchent avec leur tête malade sur les sentiers obscurs de la gloire et de la richesse.
Répondre
O
Tout est dit. Hubris, égoïsme, avidité. Pour les pauvres choisir entre fin du mois et fin du monde ne va pas être facile et les riches s'en fichent, il n'y a que les satisfactions immédiates qui comptent. Il n'y a plus de liens profonds qui nous unissent au milieu, c'est au mieux un décor plus ou ou moins factice encombré de plantes et de bestioles utiles ou pas, parfois jolies avec un peu de chance. Pour la révolution annoncée ou souhaitée j'attends de voir.
Répondre
D
Extraits d'article: le 26 novembre 2018, lors d’un comité de dialogue sur le thème des nanotechnologies et de la santé, la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, relevant du ministère de l’Économie) indique qu’elle n’a pas l’intention à ce stade de rédiger l’arrêté d’application de la suspension du E171, au motif que les preuves de « danger grave ou immédiat » n’ont pas encore été apportées.<br /> Cette information est confirmée par le ministre lui-même le 8 janvier 2019 dans l’émission « C à vous » sur France 5. Bruno Le Maire invoque des « évaluations différentes » quant à la « dangerosité potentielle du produit ». Les nanoparticules de dioxyde de titane sont pourtant classées comme « cancérigène probable » pour l’être humain depuis 2006 par le Centre international de recherche sur le cancer. « Si incertitudes il y a, à qui doivent-elles profiter ? A l’industrie agroalimentaire ou à la santé publique ? », dénoncent 22 organisations dans une tribune.<br /> Suite à l’annonce de Bruno Le Maire de ne pas suspendre le E171, les réactions pleuvent. Matthieu Orphelin, député de la majorité La République en marche, rappelle que la loi votée en octobre 2018 « doit être appliquée ». « Le parlement a pris une décision concernant cet additif, en connaissance de cause. Il n’est pas acceptable que cela soit remis en cause », confirme Sandrine Le Feur, également députée LREM. « Peut on avoir le nom des lobbys du E171 qui nous gouvernent ? », interpelle la députée Delphine Batho, présidente de Génération écologie. Face au tollé, le ministre de l’Économie reçoit plusieurs associations le 11 janvier et revient sur sa position en « [réaffirmant] sa volonté d’interdire l’E171 ».
Répondre
D
oui "manifestement" ;-)
Répondre
D
Bon titre, bravo, et bonne chronique dans l'ensemble, qui pose bien les problèmes, avec un bémol pour le dernier paragraphe car manifestement la violence n'est pas que du côté de la police
Répondre
D
Admirable Gérard Charollois qui une fois encore énonce des évidences avec un talent inégalé.<br /> L'additif E171:<br /> Pourquoi Bruno Le Maire ministre voulait-il continuer à l'autoriser, vraiment si ce n'est pas pour plaire aux lobbies qu'avait-il à y gagner, et la santé des citoyens avait tout à y perdre...Si la présomption d'innocence en Justice prévaut, le principe de précaution sur la Santé et l'Environnement doit aussi prévaloir; dans ce cas précis les présomptions de dangerosité sont très élevées; alors pourquoi, pourquoi....? Comme le dit Gérard Charollois un tel individu ne doit pas être ministre !!!! Lui et quelques autres. C'est infâme. Et je le suis quand il dit "incarcéré" car ceux qui font primer "l'argent sur la vie" sont des criminels
Répondre