Le Conseil d’Etat interdit la chasse d’un grand tétras dans les Pyrénées orientales

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Les chasseurs des Pyrénées-Orientales n’auront plus le droit de tuer de grand tétras. C’est ce qu’a tranché le Conseil d’Etat, dans sa décision du 21 novembre 2018, donnant raison au Groupe ornithologique du Roussillon (GOR).

Grand tétras mâle en parade (Autriche). Photo : Nudelbraut (Wikipédia)

Grand tétras mâle en parade (Autriche). Photo : Nudelbraut (Wikipédia)

En 2013, au motif d’un mauvais état de conservation de ce galliforme de montagne, le GOR avait attaqué devant le tribunal administratif de Montpellier l’autorisation de tir d’un spécimen délivré par le préfet des Pyrénées-Orientales à une association de chasse locale. Il avait obtenu gain de cause. Mais en 2015, le ministère de l’écologie, alors dirigé par Ségolène Royal, avait fait appel de cette décision auprès de la cour administrative d’appel de Marseille. Cette dernière avait à nouveau donné raison au GOR. Le ministère de la transition écologique et solidaire, dirigé par Nicolas Hulot, avait alors saisi le Conseil d’Etat.

Dans un communiqué, le GOR se félicite d’« une victoire juridique capitale » : « Cet oiseau emblématique de nos forêts montagnardes est menacé sur l’ensemble de son aire de répartition en Europe occidentale. En France, il a disparu des Alpes au début des années 2000. Dans les Pyrénées, la diminution des effectifs est estimée à près de 75% depuis les années 1960. Cette grande vulnérabilité de l’espèce a été prise en compte depuis longtemps par nos voisins européens. Le Grand Tétras est une espèce protégée en Suisse depuis 1971 et en Espagne depuis 1986. En Andorre, la chasse est interdite depuis 1965 et l’espèce est protégée depuis 2001. Or, malgré sa situation alarmante et la mise en œuvre d’une stratégie nationale de conservation pour tenter d’enrayer son déclin, le Grand Tétras reste chassable en France, dans le massif pyrénéen », se désole l’association ornithologique…

 

Reporterre (29 novembre 2018)

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

kimcat 19/12/2018 13:06

Et 'est tant mieux !
Bel après-midi

dominique 19/12/2018 12:17

Mais je le voyais bien ainsi cher Jean-Louis et Camille aussi c'est pourquoi il a attendu 30 ans pour rencontrer un tétras fou, même s'il n'est pas l'unique c'est assez rare et Camille en grand amoureux de la nature a tout fait pour le rencontrer et capter sa beauté; on ne le rencontre pas en se promenant, c'est un garde forestier qui connaissant sa passion le lui avait signalé.....du coup je viens de chercher: il y aurait aussi le "tétras mou" qui lui à l'inverse ne craint plus l' Humain; les deux comportements sont comme toujours dus en grande partie à l'Homme justement qui détruit leurs territoires, leurs habitudes et les déboussolent

Dominique ARNAUD 19/12/2018 11:24

je ne comprends pas que les nemrods continuent à s'acharner sur le grand tétras ; veulent ils tuer les derniers spécimens ? Ils ont peut-être peur que le grand tétras n'attaque leurs moutons ?

Jean-Louis 19/12/2018 11:37

Il y a belle lurette que je ne cherche plus à comprendre ces stupides comportements ! Je reconnais néanmoins qu'il y a de quoi se poser des questions sur ce désir qu’éprouve certains à s'approprier un trophée véritablement exceptionnel mais aussi sur l’attitude pour le moins ambiguë des pouvoirs publics qui se montrent décidément très frileux quant au fait de prendre de réelles dispositions pour protéger véritablement une espèce pourtant très menacée…

dominique 19/12/2018 11:15

Le grand tétras fou: une anecdote à nous racontée par le photographe vosgien Camille Liévaux hélas aujourd'hui disparu. Après 30 ans dans le désir d'en rencontrer un ça se fait; Camille est dans la position allongée du photographe, le tétras se rue sur lui , bec visant les yeux; Camille a pu se relever et détaler, le tétras l'a poursuivi puis s'est arrêté net à un endroit que Camille suppose être la limite de son territoire....Camille est revenu ultérieurement, resté debout et à la limite du territoire du furieux il a pu le photographier......Il attribuait ce phénomène pas si rare à un isolement du tétras qui l'aurait privé de femelle....
A l'époque de notre rencontre en 2008, Camille disait qu'il restait une cinquantaine d'individus dans le Massif Vosgien...Nous voyons cette photo dans son magnifique livre "Merveilles des Hautes Vosges" parmi d'autres merveilles dont la photo d'un lynx en colère; il avait traversé devant la voiture de Camille qui l'a suivi dans une clairière où il était réfugié sur une branche; Camille ayant toujours son téléobjectif à portée de main a pu le flasher, l'animal l'a vu et montre les crocs...splendide !!!

Jean-Louis 19/12/2018 11:30

Bonjour Dominique,
Les scènes que tu décris sont à la fois drôles et… flippantes ! Je tiens toutefois à rassurer les lecteurs : de telles attaques sont rarissimes voire très exceptionnelles. Il s’agit en l’occurrence d’actes de défense quasi désespérées du territoire de la part des assaillants qui, je peux l’assurer, ont certainement eu bien plus peur que le bipède agressé ! C’est en quelque sorte une manifestation de « l’énergie du désespoir » qui les pousse à se monter aussi belliqueux et imprudents… En règle générale, les animaux fuient les humains et c’est très bien ainsi !
Merci en tous cas pour ces intéressantes anecdotes !

Zoé 19/12/2018 10:49

Une victoire mais sans doute fragile face aux enragés contre le vivant ! Le lobby de la chasse va faire jouer tous ses appuis et ils sont nombreux! Croisons les doigts !

Jacky 19/12/2018 06:55

Les réactions du ministère de l'écologie semblent bien mystérieuses.

Jean-Louis 19/12/2018 09:24

Une espèce emblématique qui est cruellement menacée pour diverses raisons et que, malgré tout, d’aucuns voudraient continuer à mettre à leur ‘’tableau de chasse’’ ! Voilà qui est éminemment choquant et indigne de la part de ceux qui continuent à s’autoproclamer les ‘’premiers écologistes’’ de notre pays ! Tout aussi choquant, les divers recours engagés par les ministères successifs de l’environnement pour faire appel d’une décision pourtant de bon sens : l’interdiction du tir du grand tétras ! Moi qui, naïvement pensais que ce ministère était censé protéger notre environnement et les espèces a fortiori en danger…