Les Jardins du Wiedenthal

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Pour faire écho au sujet d’hier (A Munster aussi, on va à l'Essentiel), voici un autre portrait : cette fois d’un jeune et dynamique travailleur de la terre ! Une terre qui, certes, le nourrit mais dont l’ambition est également (et surtout) de nourrir sainement ses contemporains qui, déjà, sont nombreux à lui faire confiance…

Thiébaud des Jardins du Wiedenthal et Nadège, une jeune stagiaire. Photo : JLS (Cliquer pour agrandir)

Thiébaud des Jardins du Wiedenthal et Nadège, une jeune stagiaire. Photo : JLS (Cliquer pour agrandir)

Une irrésistible bouille d’Harry Potter, un large sourire jovial et un désir évident de partager sa passion avec ceux qui s’intéressent à lui… voilà une brève présentation de Thiébaud, jeune maraîcher bio (une petite trentaine d’année) installé depuis tout juste un an sur la terre de ses aïeux dans le vallon de Wiedenthal près de Munster !

La petite entreprise de production de légumes ne vise nullement de grands desseins d’expansion : elle souhaite, au contraire, demeurer « à échelle humaine », permettre de quoi faire vivre décemment son concepteur dont l’ambition est certes mesurée mais surtout parfaitement légitime et réaliste… pour peu qu’on n’ait pas les deux pieds dans le même sabot évidemment car, comme chacun le sait, la terre est basse et les saisons pas toutes des plus agréables lorsqu’on passe toutes ses journées dehors  ! Mais Thiébaud ne rechigne de toute évidence pas devant le labeur qu’il effectue le jour de notre rencontre en compagnie de Nadège, stagiaire qui cherche sa voie, toute aussi enjouée et affable que lui !

Un parcours pour le moins atypique

Thiébaud ne s’est pas toujours vu « paysan » ! En fait, le jeune homme est Docteur en science de la Terre de l’Université de Strasbourg où il a notamment mené de recherches sur « l’altération de la roche dans le bassin versant du Ringelbach » (à proximité du col du Wettstein. Une fois sa thèse en poche, le garçon se cherche encore et désire se donner davantage de temps ! C’est ainsi qu’en 2014, il décide de partir, seul, sur son vélo pour un périple qui le mènera jusqu’à Saint-Jacques-de-Compostelle ! De rencontre en rencontre, son désir de vivre en marge de cette société consumériste se renforce… Il poursuit son voyage en solitaire jusqu’au Portugal où, par le biais du wwoofing il fait de nouvelles expérimentations enthousiasmantes qui, de toute évidence, le guide vers la voie actuelle !

De retour chez lui, au terme de plus de huit mois de voyage et de magnifiques rencontres décisives, il sait ce qu’il veut faire : le travail de la terre l’attire irrésistiblement ! Il entame alors une formation dans un lycée agricole proche et obtient, au terme d’une année, un « Brevet professionnel de responsable d’exploitation agricole » ce qui lui permet de prétendre à la dotation jeunes agriculteurs (DJA) et de commencer à s’installer comme maraîcher !

De fait, l’investissement sera réduit au strict minimum : une serre, un petit dôme géodésique pour la pépinière (auto construit avec sa famille et ses amis), du matériel, une camionnette… Il dispose en outre d’un terrain d’une quarantaine d’ares appartenant à la famille !

Photos : JLS (Cliquer pour agrandir)
Photos : JLS (Cliquer pour agrandir)Photos : JLS (Cliquer pour agrandir)
Photos : JLS (Cliquer pour agrandir)Photos : JLS (Cliquer pour agrandir)

Photos : JLS (Cliquer pour agrandir)

Le travail du sol est uniquement manuel

Thiébaud se veut le moins intrusif possible : pour produire, il faut certes travailler la terre mais, il faut également essayer de perturber le moins possible ce sol nourricier ! Son bagage de chercheur et sa nouvelle fonction de paysan se complètent en l’occurrence admirablement selon lui : les deux observent et analysent sans cesse leur environnement et c’est évidemment passionnant… Les interactions entre les diverses espèces (faune-flore) sont également prises en compte et, plutôt que de traiter ses plantes, le jeune maraîcher compte sur les auxiliaires pour limiter les ravageurs : « Les coccinelles, par exemple, mangent les pucerons. Les capucines attirent les pucerons, qui attirent les coccinelles. J’ai appris cela auprès de maraîchers de manière empirique… » explique-t-il !

Autre technique spontanément adopté par Thiébaud : le non-travail du sol ! Cette pratique récente et encore relativement peu habituelle, favorise la biodiversité microbienne du sol et en améliore la fertilité. Ainsi, « les forêts, les terrains en friche, les prairies naturellement fleuries… sont parmi les terrains végétalisés les plus fertiles et les plus riches : or, nul bêchage n’y a précédé la croissance des différents végétaux et nul amendement artificiel ne vient y doper les plantes et les arbustes ! Le secret de ces espaces prolifiques résiderait justement dans la qualité de leur sol non travaillé. » (Source : ooreka).

Membre par ailleurs de l’association « Maraîchage Sol Vivant » qui rassemble des « paysans-chercheurs » comme lui, ces pionniers de l’agroécologie se rencontrent et partagent leurs expériences qui révolutionnent véritablement le métier, proposant d’autre part de transmettre leur savoir à ceux qui le souhaitent par le biais de formations spécifiques ayant lieu un peu partout en France…

Si le pari de Thiébaud est loin d’être gagné, il est cependant pour le moins optimiste : sur le marché de Munster où il est présent le mardi et le samedi matin, ses légumes se vendent bien et, en dépit du froid qui le crispe derrière son étal, notre courageux entrepreneur ne se départit pas de son sourire radieux qui, à lui seul, est un véritable cadeau pour ses clients !

https://www.facebook.com/pg/Thiebaud.Schaffhauser.2017/posts/

Photos : JLS (Cliquer pour agrandir)Photos : JLS (Cliquer pour agrandir)
Photos : JLS (Cliquer pour agrandir)

Photos : JLS (Cliquer pour agrandir)

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
K
Bravo pour ces jardins !!<br /> Bonne soirée
Répondre
M
Nous nous sommes bien régalés avec tes succulentes petites pommes de terre, poivrons, dernières tomates et mesclun ! Bravo pour ton parcours dont tu ne nous a pas fait état lors de nos petites ‘’conversations’’. Ton humilité et ton grand sourire sont des atouts supplémentaires pour accorder confiance et respect à ton courageux travail !<br /> Prends soin de toi et de tes productions : nous nous reverrons dès que l’occasion se présentera dans ton beau vallon… Salue Nadège de notre part !
Répondre
D
Voilà un nouvel exemple d'initiative personnelle qui devrait être la base d'un renouveau production-alimentation généralisé; espérons....
Répondre
J
A nous consommateurs d’être demandeurs de ce genre de petites structures et de les encourager concrètement pour leur permettre de (sur)vivre face à une grande distribution véritablement redoutable !
D
c'est une très belle expérience qui associe la science et la pratique manuelle
Répondre
L
un grand bravo ! il en faut du courage par tous les temps-<br /> longue vie à leur activité-<br /> amitiés-
Répondre
C
yo ! mais c'est magnifique.....
Répondre
J
Un bon souvenir commun n'est-ce pas ?
Z
Que ça fait du bien ces rencontres et de savoir qu'il y a des personnes qui se soucient d'une véritable écologie . Mais que c'est rageant de voir le peu de soutien des pouvoirs publics par rapport au lobby agro-alimentaire .
Répondre
J
Oui, en effet, ces petites activités respectueuses de l’environnement et des consommateurs sont peu ou prou soutenues alors qu’il faudrait impérativement les encourager afin de privilégier le bio, bien sûr, mais aussi le local. <br /> Actuellement, on voit ‘’fleurir’’ à tort et à travers, l’argument ‘’agriculture raisonnée’’ qui, partant d’une noble idée, tend à dévier et à semer une certaine confusion dans l’esprit des consommateurs ! Ainsi, pour information, ‘’l’agriculture raisonnée’’ n’est en aucun cas un gage de qualité puisque, contrairement au bio, les agriculteurs en question se permettront de recourir à des engrais chimiques à certaines périodes de l’année et ils n’excluent nullement les OGM ! Méfiance donc…
J
C'est encourageant de découvrir tous ces portraits . Merci. Wieden se traduit en néerlandais par désherber et thal par vallée; la vallée désherbée. L'étymologie est amusante pour ce sympathique agriculteur.
Répondre
J
Oulà mon cher Jacky : j’en étais resté, en ce qui me concerne, à la signification allemande de ‘’Wiede’’ qui se traduit par ‘’osier’’ ou brin de saule… Cela dit ta recherche sur le sujet est intéressante et ne devrait pas déplaire à Thiébaud !
O
Merci pour ce beau portrait et votre longue réponse à mon message d'hier. Tous mes voeux accompagnent ce jeune-homme courageux !
Répondre
J
Merci à vous pour votre fidélité ! J'espère que mon argumentaire au sujet du tri vous aura convaincu à poursuivre vos ‘’petits gestes’’ du quotidien !<br /> Bien cordialement…
J
Passionnantes rencontres avec Thiébaud et Nadège, sur le terrain où malgré le froid et l’humidité de cette fin novembre, tous deux m’ont parlé avec passion de leur métier, de la Terre, de leurs projets… Nous avons ensuite revu Thiébaud derrière son modeste étal sur le marché de la place de Munster à côté du temple d’où quelques cigognes sédentaires observent, indifférentes, la foule bruyante et bigarrée du samedi matin ! Là encore, nous avons trouvé Thiébaud et son sourire radieux, visiblement heureux de pouvoir proposer encore quelques-unes de ses productions en cette fin de saison ! Une rencontre de plus qui, véritablement, fait du bien !
Répondre