Et si on faisait enfin la paix !

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Balade aujourd’hui, à l’occasion du 100ème anniversaire de l’armistice du 11 novembre 1918, sur un de ces champs de bataille de cette grande guerre que l’on pensait à tort être ‘’la der des der’’… Ici, au Linge, comme à Verdun et sur nombre d’autres lieux devenus emblématiques comme ‘’Le Chemin des Dames’’, ‘’Le Vieil Armand’’, ‘’Douaumont’’ etc., des milliers d’hommes, jeunes pour la plupart, ont été hachés menus, broyés, laminés par l’atroce et infernale machine de guerre… Un siècle plus tard, il ne reste plus grand-chose de ces sacrifiés si ce n’est quelques lieux comme ‘’Le Linge’’, des lieux dont, assurément, il nous faut impérativement perpétuer la mémoire et la transmettre aux générations futures !

Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

Dans tous les cas, la nature, elle, reprend ses droits : ni le béton, ni les tonnes de ferrailles ne résistent aux assauts du temps et, une des nombreuses leçons des drames passés se résume à ceci : toujours, elle sera la plus forte et, ce, malgré ce que d’aucuns pensent ou croient ! Alors : et si enfin, nous faisions la paix avec cette nature que nous ne cessons de maltraiter et, par là, faisions également la paix avec nous-mêmes ?

Assurément, on n’en prend pas le chemin : nos gouvernants affichent en effet un mépris intolérable pour les questions environnementales preuve que ces hommes-là n’ont toujours rien compris et ne fonctionnent qu’en termes de ‘’croissance’’ et de ‘’développement’’, termes qui sont évidemment incompatibles avec la réalité, celle qui ordonne nos existences…

Célébrons donc la fin de cette atroce boucherie que fut cette authentique ‘’grande guerre’’ mais, vénérons aussi la vie… Mais, la Vie sous toutes ces formes !

Site vosgien du Linge. Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)
Site vosgien du Linge. Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)Site vosgien du Linge. Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)Site vosgien du Linge. Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

Site vosgien du Linge. Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

Le Linge, un champ de bataille de la guerre 1914-1918

Ce champ de bataille, classé site historique, présente un aspect saisissant : l'infrastructure du solide système de défense allemand très bien conservé et les vestiges de tranchées françaises en terre meuble sont les témoins émouvants de la guerre des tranchées.

Le musée mémorial du Linge montre les objets français et allemands trouvés sur place : armes, munitions, objets personnels et reliques. Mannequins de chasseurs français et allemands, maquettes du champ de bataille, photos, textes, cartes géographiques. Montage vidéo de photographies d'époque.

Le mémorial du Linge fait partie de ces sites touristiques où l’histoire de la grande guerre a laissé des stigmates qui laissent imaginer la difficulté des soldats qui ont donné leur vie pour leur pays. Conditions difficiles pour cette bataille du Linge en 1915, en effet ce sont plus de 30 000 soldats qui reposent désormais en paix mais qui ont vécu sur un champ de bataille dans le froid du massif des Vosges…

Musée-Mémorial du Linge. Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)Musée-Mémorial du Linge. Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)
Musée-Mémorial du Linge. Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

Musée-Mémorial du Linge. Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

Mulets, ânes et autres baudets ont, à l’instar d’autres animaux, également payé un lourd tribut à la folie guerrière des hommes : ils servaient à transporter le ravitaillement ainsi que les canons et autres armes lourdes. D’importantes colonnes composées de différents animaux de bât sillonnaient et les chemins et sentiers vosgiens de jour comme de nuit pour acheminer les lourdes charges depuis les bidons de pinard aux caisses de munition en passant par les rouleaux de fils de fer barbelés ou les fameuses boules de pain ainsi que les blessés…

Maudite soit la guerre

Le monument aux morts de Gentioux, d'inspiration pacifiste, est situé dans la commune de Gentioux-Pigerolles dans le département de la Creuse. Le monument fait figurer un enfant le poing tendu vers l'inscription « Maudite soit la guerre », symbolisant la douleur et la révolte après la perte d'un père lors de la Première Guerre mondiale.

Monument aux morts de Gentioux. Photo : Wikipédia

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Né à Dijon en 1892, Maurice Maréchal, violoncelliste, premier prix du Conservatoire de Paris en 1911, a 22 ans lorsqu'il est mobilisé en 1914. Ce jeune homme ne peut se passer de musique. Des copains de tranchée lui fabriquent un violoncelle avec une caisse de munitions.
Répondre
D
Je constate que toi aussi apprécies Jean-Pierre Chabrol; je n'ai pas lu "Les fous de Dieu" mais quand je citais les conflits religieux je pensais bien aussi à cette guerre civile catholiques/huguenots<br /> Tu as lu La Gueuse, moi aussi suivi de L'Embellie, il y a longtemps et un peu par hasard puisque les ayant trouvés dans la bibliothèque de mes parents; ceux-là évoquent Le front Populaire et ses suites et forcément comme tu le dis la vie des petites gens
Répondre
C
Bel article hommage ! C'est si dommage toutes ces guerres...
Répondre
D
Avec les commémorations nous sommes tous sensibilisés à ces souffrances indescriptibles, à la bêtise de la guerre, il faut espérer que cela va perdurer pour éviter aux hommes de récidiver mais l'Histoire montre que l'esprit belliqueux, la soif d'étendre son territoire, les conflits d'ordre religieux sont de tous temps !<br /> J'ai lu tous les commentaires , les ai trouvés à la fois si justes et émouvants, que je vais tenter d'évoquer cette guerre autrement<br /> Ici dans la Somme il y a eu des hécatombes en particulier en 1916. Autour d' Albert nous connaissons depuis toujours les mémoriaux, le terre-neuvien dit le Caribou, l'irlandais, le sud africain, l'australien , le britannique à Thiepval, immense, et bien qu'ayant eu souvent l'occasion de le voir étant enfant, je suis encore chaque fois que nous nous y rendons, émue de voir ces dizaines de milliers de noms de disparus britanniques sur les murs de ses différentes arches<br /> Et chaque fois , sachant bien déjà que les guerres sont toutes inutiles et injustifiables, je ne peux m'empêcher de penser: toutes ces souffrances ajoutées à celles de la dernière guerre pour préserver en principe notre liberté, notre monde, s'ils voyaient ces sacrifiés ce que la société est devenue, ils penseraient: "et c'est pour ce monde-là, décadent, destructeur, consumériste que nous nous sommes battus, que nous avons tant souffert."<br /> Une amie se recueille aujourd'hui sur le site de la nécropole de Notre Dame de Lorette près d' Arras, son grand-père y a été tué lors de la bataille d' Artois; ce site date de peu après la première guerre mais 'l'anneau de la mémoire" est récent, je crois qu'il est lui aussi très impressionnant; puissent tous ces lieux nous impressionner assez pour que nous n'acceptions plus jamais ça !<br /> Mes 2 grands-pères ont fait cette guerre, l'un est revenu indemne au moins dans son corps, l'autre a été blessé; et ils sont décédés bien avant de connaître ce monde déliquescent<br /> Si je me rappelle bien au Linge qui selon les photos de Jean-Louis a bien évolué depuis notre visite il y a plus de 20 ans, les croix noires marquent les tombes des jeunes allemands et les blanches celles des jeunes français; quoi qu'il en soit, ils sont là comme ailleurs honorés à égalité et c'est important; il n'y a pas les méchants et les gentils, il y a des hommes et ce film qui montrait il y a qq années les parties de foot entre soldats des 2 "camps" pendant les trêves nous montre bien qu'on envoyait des hommes au casse-pipe, des hommes pas des ennemis<br /> Les dernières années de ma carrière au lieu de commémorer le 11 novembre de façon patriotique comme cela se faisait naguère , je donnais à lire et commenter aux enfants des extraits d'une nouvelle de Jean-Pierre Chabrol; il s'agissait d'une veillée mortuaire où on évoquait l'absent, le déserteur qui se cachait pas loin; et loin de le mépriser au contraire, celui qui était là en permission disait que c'était lui le courageux, que tous devraient faire comme lui ....mais sans raconter l'horreur car il allait y retourner et il ne voulait pas désespérer ses parents<br /> Et dans ces belles pages, on apprenait qu'il n'était pas rare que des soldats français aillent chercher , je ne sais plus s'il s'agit d'un corps ou d'un blessé allemand, les deux peut-être pour le mettre à l'abri....et réciproquement. Et ces derniers morts après que l'armistice fut signé car ça s'est su progressivement pas tout de suite; je dirais bien morts inutiles mais elles sont toutes inutiles, seulement pour ceux qui auraient pu y échapper après avoir tant souffert, c'est si bête.<br /> La bêtise on en est écoeuré , indigné, en regardant le film "le pantalon rouge" la fameux rouge garance remplacé par le bleu horizon<br /> Et je suis très sensible à la pensée de Jean-Louis pour les animaux, combien de fois n'ai-je pas dit; ils n'ont rien demandé eux, ils ne se font pas la guerre et ils y sont entraînés par la bêtise des hommes <br /> J'ai lu qu'une des causes de cette guerre était qu'il fallait sacrifier cette génération d'hommes qui auraient été influencés un jour ou l'autre par les idées marxistes, afin de protéger les grandes fortunes, mais ça j'ai du mal à le croire
Répondre
J
Merci Dominique pour ce touchant commentaire qui ne peut laisser indifférent ! C’est une bonne idée de rappeler aussi la mémoire de Jean-Pierre Chabrol qui a, en effet, su si bien décrire l’horreur de cette guerre de 14… Entre autres puisqu’il y a aussi ‘’Les fous de Dieu’’, ‘’La gueuse’’, ‘’Le manchot’’ et tant d’autres qui racontent si justement ces ‘’petites gens’’… Peut-être que certains de tes anciens élèves se seront souvenus de ces lectures en ces jours de commémoration ! <br /> Concernant les croix blanches et noires : en effet, les premières marquent les lieux où ont été exhumé des jeunes chasseurs alpins, les secondes, des soldats allemands… Et elles sont nombreuses ces croix ! Il n’y en a certes pas 18 000 comme le nombre de victimes en ces lieux en à peine 81 jours… Un carnage comme il y en eut beaucoup, où des hommes s’affrontaient au fusil, à la grenade, à la baïonnette, au couteau parfois, au gaz aussi… L’horreur est difficilement imaginable et on comprend que les rescapés aient été marqués à jamais par ces combats d’une rare intensité… 18 000 morts pour rien puisque des spécialistes ont établi que le col du Linge ne présentait aucun intérêt militaire ! Un comble qui illustre toute la connerie de la guerre commandée par des états-majors bien à l’abri pour qui toutes ces vies n’avaient aucune importance ! Quant aux vrais initiateurs de ces conflits meurtriers, ils faisaient eux, la fête à Paris… <br /> Oui, tout cela est sordide et il faut le rappeler aussi alors que pour nos générations, ces conflits semblent si loin… Ne jamais oublier mais, comme le rappelle Christine plus bas : commémorons surtout la Vie !
V
Merci pour ce bel hommage aux hommes et à la terre.<br /> Dommage que nous ayons une mémoire de poisson rouge...<br /> Plus jamais ça.....
Répondre
J
J’aime bien cette image de l’homme à la mémoire de poisson rouge : c’est tellement vrai ! Plus que jamais, méfions-nous de ces montées incessantes des nationalismes ! A n’en pas douter, certains seraient immédiatement partant et, comme jadis, partiraient ’’la fleur au fusil’’… Un comble quant on sait que cela fait de surcroît le bonheur des marchands d’armes qu’un monde en paix ruinerait !
K
Maudite soit la guerre !!<br /> il nous faut impérativement perpétuer la mémoire et la transmettre aux générations futures !<br /> Bon dimanche
Répondre
C
Il faudrait commémorer la Vie pour ne jamais plus nous éloigner de cette notion de don que nous avons pourtant tous reçus, de cette chance de vivre et d'Être sur une Terre si belle. Mais dans nos sociétés patriarcales, dans nos mondes durs et encore féroces sous des dehors policés, nous sommes bien loin de la communion avec les autres quels qu'ils soient, de la Nature, de cette relation au Vivant, de cette connaissance pourtant si essentielle au travers des cueillettes, de ces apprentissages des végétaux et des animaux qui étaient enseignés chaque jour, à chaque nouvelle génération, ce que nous devons à cette Nature ; ce qu'elle est, ce qu'elle nous offre avec tant de générosité. Alors n'oublions pas le passé non, et comprenons la leçon, mais passons plus de temps à honorer le Vivant et à entonner des chants de reliance et de solidarité pour ne pas dire d'Amour et non plus de massacre, de haine et de malheur qui ont suffisamment été semés et entretenus durant des siècles et des siècles. Ce que nous voyons et vivons encore au XXI ème siècle n'est que le résultat d'une politique, de stratégies de violences et de maltraitances à tous les niveaux. La violence est politique, économique, sociale, écologique, militaire et insitutionnalisée. Elle porte bien d'autres visages banals que nous ne voyons même plus. Cela doit cesser !
Répondre
C
Merci à vous cher Jean-Louis pour ces articles passionnants où nous nous trouvons bien souvent en effet sur des philosophies et des flux de pensées similaires. Je crois que nous vivons des temps où nous sommes nombreux à tisser des réseaux avec ceux qui nous ressemblent et c'est ainsi que nous démultiplions certaines notions, pour ne pas dire énergies qui participeront, n'en doutons pas, chacun à notre mesure, à transformer le monde. Nous sommes tous ensemble, une force que nous méséstimons encore ! Amicales pensées en retour en ce dimanche où nous pouvons fêter (aussi et surtout) notre ami le Noyer qui est l'arbre protecteur jusqu'à ce jour (dans la tradition celte) :)) (A quand un almanach ou éphéméride axé essentiellement sur les arbres, les végétaux et les peuples animaux ainsi que tous leurs bienfaits) ?
J
Nous sommes décidément, chère Christine, totalement en phase et j'aime votre manière d'exprimer vos points de vue : MERCI à vous et, oui, glorifions le Vivant et non les armes et les marchands qui vont avec ! <br /> Amicales pensées dominicales !
Z
merci pour ce bel article . <br /> Le désir de voir les guerres disparaître est une utopie , les ventes d'armes sont florissantes et ceux qui s'y enrichissent se fichent pas mal des vies sacrifiées, aujourd'hui comme toujours!<br /> Et ce qui est triste aussi c'est le rejet de ceux qui fuient leur pays dévasté .<br /> L'Humanité fraternelle n'existera jamais, il faut quand même choisir son camp !
Répondre
J
C'est juste : les marchands d'armes et tout ce qui s'y rattache ont en effet encore de beaux jours et c'est bien triste ! Des vies sont quotidiennement sacrifiées sous des prétextes fallacieux (nationalisme etc.) et la montée des mouvements d'extrême droite ne peut qu'inquiéter... Je partage votre souci quant au rejet des migrants qui, assurément, seront de plus en plus nombreux à fuir soit leurs pays en guerre soit leur pays dévastés par le réchauffement climatique... Tout cela n'augure rien de bon !
L
un très bel hommage en ce jour commémoratif-<br /> merci c'est émouvant-<br /> ne pas oublier ! il faut transmettre !<br /> amitiés-
Répondre
J
Merci Marianne : transmettons, transmettons...
J
C'est un bien bel article, merci Jean-Louis. C'est aussi très émouvant de voir cette croix en bois d'un soldat disparu en 1915, retrouvé et identifiè en 1979. Bonnes balades à tous les deux.
Répondre
J
Merci Jacky : avec le retour du soleil aujourd'hui notre séjour s'annonce plutôt bien ! Bonnes pensées à vous deux et au plaisir...
D
Oui maudite soit la guerre mais comment faire la paix en réunissant des chefs d'états fauteurs de troubles ? Cela dit ton article est très intéressant et justifié
Répondre
J
Il y aurait évidemment encore beaucoup à dire sur le sujet...
J
Maudite soit en effet la guerre et ces nationalismes qui, de partout, émergent et véhiculent des valeurs souvent inhumaines et contraires à la fraternité chère à la devise de notre pays ! Maudite soit la guerre et construisons la Paix !
Répondre