Carte postale de... Spurn

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Aujourd’hui, Gill et François nous font découvrir le Spurn : une presqu'île à l'extrémité de la côte du Yorkshire de l'Est, qui s'avance dans la mer du Nord et termine la rive nord de l'estuaire du Humber. Le Spurn est un long cordon littoral sableux de 5 km, soit près de la moitié de la largeur de l'embouchure à ce niveau, contre seulement 45 m de large par endroits…

Photos : Gill et François Steimer (Cliquez pour agrandir)
Photos : Gill et François Steimer (Cliquez pour agrandir)Photos : Gill et François Steimer (Cliquez pour agrandir)

Photos : Gill et François Steimer (Cliquez pour agrandir)

L'extrémité sud de cette presqu’île porte le nom de Spurn Point ou Spurn Head et appartient depuis 1960 au Yorkshire Wildlife Trust (Conservatoire de la Vie sauvage du Yorkshire). Cette réserve couvre 113 ha (1,13 km2) de côte à marée haute pour 181 ha (1,81 km2) à marée basse. C'est une réserve naturelle (National Nature Reserve) et un site du conservatoire anglais du littoral (Heritage Coast). Il fait partie de la zone de protection spéciale des marais, marécages et pourtours du Humber. Dans cette zone se trouvent encore deux anciens phares.

Spurn Point, détour incontournable pour les amoureux d’ornithologie.  Photos : Gill et François Steimer (Cliquez pour agrandir)
Spurn Point, détour incontournable pour les amoureux d’ornithologie.  Photos : Gill et François Steimer (Cliquez pour agrandir)Spurn Point, détour incontournable pour les amoureux d’ornithologie.  Photos : Gill et François Steimer (Cliquez pour agrandir)
Spurn Point, détour incontournable pour les amoureux d’ornithologie.  Photos : Gill et François Steimer (Cliquez pour agrandir)Spurn Point, détour incontournable pour les amoureux d’ornithologie.  Photos : Gill et François Steimer (Cliquez pour agrandir)

Spurn Point, détour incontournable pour les amoureux d’ornithologie. Photos : Gill et François Steimer (Cliquez pour agrandir)

Le site fait l'objet de zones protégées. Les marécages de vase sont un important territoire pour l'alimentation des échassiers, et la zone possède un observatoire pour le contrôle des migrations d'oiseaux, lequel accueille les amateurs d'ornithologie. La migration est aidée par les vents d'est en automne, ce qui provoque une dérive migratoire des oiseaux en provenance de Scandinavie, et conduit parfois à des arrivées massives de milliers d'oiseaux. Beaucoup d'espèces peu communes ont été observées ici, notamment une hirondelle à front blanc d'Amérique du Nord, une locustelle lancéolée de Sibérie et un albatros à sourcils noirs de l'océan Austral. Plus couramment, des oiseaux tels que les traquets, les tariers, les rouges-queues et autres passereaux font halte au Spurn dans leur route entre leurs terres de reproduction et celles d'hivernation. Lorsque les vents sont favorables, les oiseaux migrateurs sont portés le long de Spurn Point et comptés au point d'observation. Plus de 15 000 oiseaux peuvent traverser l'endroit par un matin d'automne abondant, mais 3 000 est la norme.

Traduction du texte dans le petit cercle de cette photo « Fait étonnant/surprenant : chaque mètre carré de vase contient la même quantité de calories qu’au moins 10 barres Mars ! » … Bon appétit ! Photo : Gill et François Steimer (Cliquez pour agrandir)

Traduction du texte dans le petit cercle de cette photo « Fait étonnant/surprenant : chaque mètre carré de vase contient la même quantité de calories qu’au moins 10 barres Mars ! » … Bon appétit ! Photo : Gill et François Steimer (Cliquez pour agrandir)

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
très joli voyage ..Et surtout que la nature, sans " humains " . merci !
Répondre
G
Pendant notre séjour il y avait effectivement peu d'oiseaux, on était un peu trop tôt pour le passage des oiseaux migrateurs. Ceci dit, il y en avait quand même mais ils étaient loin sur la vasière en raison de la marée basse, trop loin pour nos petits appareils photo.
Répondre
J
Merci à tous deux pour ces précisions !
L
une belle réserve, des fleurs des papillons- des oiseaux !!<br /> merci pour le voyage- je ne connais pas du tout-<br /> bonne soirée- amitiés-
Répondre
S
Je me trompe où il y a peu d'oiseaux ?
Répondre
R
Bonjour Jean-Louis,<br /> Wow, c’est superbe, ça donne envie d’y aller.<br /> Merci pour le partage.<br /> Je te souhaite une agréable journée et à bientôt.<br /> Rohnny
Répondre
J
L'endroit semble intéressant. Se promener à la marée basse doit être magnifique.
Répondre
J
Encore un bel endroit à mettre sur la liste des ‘’ lieux importants à visiter’’, liste qui, grâce à mes nombreux contributeurs, s’allonge considérablement ! Si, en l’occurrence, on pouvait de surcroît bénéficier d’un guide ornithologique comme François, ce serait tout bonnement… royal !
Répondre
D
l'importance des migrations en ce lieu superbe me fait penser au cap Griz Nez dans le PDC où en période de passages les amateurs passent la nuit "armés" de puissantes longues-vues et de téléobjectifs
Répondre