Taxation des camions : un impératif de santé et d’équité

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Les récentes déclarations du gouvernement annonçant une taxation des camions dans les mois à venir a suscité de nombreuses réactions. Quatre ans après l’abandon injustifié de l’écotaxe, alors que les routes se dégradent et que la pollution de l’air s’aggrave, la question de la prise en charge de ces impacts demeure à ce jour non tranchée : qui paye quoi, et comment ? Confrontées à une nécessaire évolution de leur modèle économique, et donc social, les organisations professionnelles s’inquiètent, et s’expriment avec au passage quelques contre-vérités. France Nature Environnement souhaite rétablir les faits et œuvrer pour une mobilité plus vivable et durable…

Taxation des camions : un impératif de santé et d’équité

Beaucoup d’avantages pour beaucoup de pollution et de dégradation des routes

Le secteur des transports est un des secteurs les plus émetteurs de polluants et de gaz à effets de serre. La circulation des camions en particulier a un impact grave sur la santé des Français et sur leurs finances… Aujourd’hui, c’est le contribuable qui paye via la Sécurité Sociale pour les soins rendus nécessaires par les pollutions générées par le trafic routier [1]. C’est aussi le contribuable qui paie pour l’entretien des routes, bien que la circulation des camions soit bien plus impactante que celle des véhicules particuliers.

Et pourtant, ce secteur bénéficie de nombreux cadeaux fiscaux, dont certains ont été accordés en contrepartie de l’écotaxe… qui n’a jamais été mise en œuvre ! Parmi ces cadeaux : environ 1,6 milliards d’euros sur la fiscalité du gazole en 2019 (dont près d’un milliard d’exonération de la contribution climat-énergie ou « taxe carbone »), contrairement aux voitures particulières.

C’est la raison pour laquelle France Nature Environnement a lancé une pétition pour demander la fin des cadeaux fiscaux toxiques accordés aux poids lourds de la pollution de l’air. Pour Gérard Allard, du réseau Transports et mobilités durables de France Nature Environnement« il est plus que temps de mettre fin aux exonérations des camions sur la taxe carbone. D’une façon ou d’une autre, chacun doit payer pour les pollutions et la dégradation des routes qu’il génère. C’est une question de justice et un impératif écologique ».

Moins de mauvaise foi, plus d’équité

Applicable sur les camions français et étrangers utilisant les réseaux routiers en échange d’une somme forfaitaire, la « vignette poids lourds » représente l’un des dispositifs étudiés par le gouvernement pour financer l’entretien de ces infrastructures, nécessaire pour assurer les transports du quotidien. Les fédérations de transporteurs routiers crient au scandale face à l’annonce d’une nouvelle « taxe », après les annonces de hausse du montant des carburants. Oubliant qu’ils ont proposé cette même vignette en 2015 en lieu et place… de l’écotaxe, et qu’il s’agit simplement d’appliquer le principe utilisateur-payeur.

France Nature Environnement demande que les bons signaux, notamment fiscaux soient envoyés. Une fiscalité des transports plus équitable doit in fine permettre que chaque utilisateur finance le coût d'entretien de l'infrastructure lorsqu'il effectue un trajet (via la mise en place d’une redevance kilométrique d’utilisation des routes pour les poids lourds de plus de 3,5 tonnes). Sur le principe du pollueur-payeur, France Nature Environnement plaide également pour une intégration progressive d'une partie du coût de la pollution de l’air et du bruit dans les péages autoroutiers poids lourds.

Pour Michel Dubromel, président de France Nature Environnement« la vignette poids lourds constitue une réponse moins efficace et pérenne qu’une redevance kilométrique poids lourds, mais elle a le mérite de mette en œuvre le principe utilisateur-payeur. Les recettes dégagées pourront contribuer à une mobilité plus durable, et financer un service plus fiable et régulier des trains du quotidien par exemple ».

 

France Nature Environnement (27 septembre 2018)

 

[1] La pollution de l’air est la 3ème cause de mortalité en France derrière le tabac et l’alcool. Chaque année, 52 000 personnes décèdent prématurément et le coût sociétal en soins est chiffré à 101,3 milliards d’euros par an (OMS).

Pour aller plus loin :

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

Publié dans Environnement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Bonsoir Jean Louis<br /> Je ne sais pas si l'on arrivera à libérer les autoroutes de tous ces camions qui polluent et encombrent nos autoroutes et de plus qui se croient tout permis, comme les Espagnoles sur À 63. Je ne sais pas si l'ecotaxe ferait quelque chose. On se pose la question. Bonne soiree
Répondre
F
De toute manière, en France quoi qu'on propose, dès qu'on touche au porte-feuille c'est le tollé .<br /> L'éco-taxe qui aurait pu être une solution équitable a été remisé aux oubliettes alors que les portiques étaient installés. montage et démontage, ça a coûté cher à l'Etat et donc au contribuables . Merci les Bonnets rouges...<br /> Bien sûr il y a des alternatives pour moins polluer et transporter à moindre pollution les marchandises et le fret... Voies fluviales et voies ferroviaires... Mais voilà les transporteurs routiers ne le voient pas comme ça... N'oublions pas les nombreux transporteurs étrangers qui transitent par la France... et là, le problème devient européen ... <br /> On n'a pas fini de respirer des gaz polluants et de se se gaver de particules en moult endroits de passages fréquents de camions ... <br /> Bonne soirée...
Répondre
J
Plutôt que de maintenir coûte que coûte un transport routier débordant et cher qui est finalement payé par le consommateur : qui peut croire que le prix de l’écotaxe serait uniquement supporté par les transporteurs et qu’ils ne répercuteront pas son coût sur l’utilisateur, il serait plus profitable de relancer le transport fluvial beaucoup moins polluant, ainsi que le transport ferroviaire.<br /> Au moment où l’espérance de vie sur la planète se réduit à tel point que l’on aperçoit un horizon bien sombre il faudrait je pense avoir des idées un peu plus intelligentes que de créer une nouvelle taxe totalement inefficace en ce qui concerne le dégagement de CO2.<br /> Pour sauver la vie sur terre c’est très simple, il faut arrêter de brûler ! l’idée du pollueur payeur est stupide car elle n’arrete pas la pollution et même l’aggrave car au final ce n’est pas le pollueur qui paye mais le consommateur qui est en bout de chaîne! Excusez ce ton un peu abrupte mais je crois que ces solutions passant par l’impôt direct ou non, sont un bon moyen encore une fois inventé par les politiciens pour que l’on continue de tourner en rond…ou alors je n’ai peut être rien compris et dans ce cas expliquez moi !
Répondre
D
c'est du bon sens mais quand on pense que le ministre Macron a libéralisé les autocars sur les routes...<br /> Faudrait être cohérent et privilégier le rail, pauvre rail qui déraille
Répondre
K
Ce serait une bonne chose...<br /> Que de camions sur les routes !!<br /> Bonne soirée
Répondre