Nous voulons des coquelicots

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Voilà un « Appel à la résistance pour l’interdiction de tous les pesticides » lancé par une centaine de personnalités – scientifiques, artistes, militants… et même l’Eglise catholique – qui réclament l’interdiction immédiate de tous les pesticides de synthèse. C’est peut-être la première fois qu’un prélat de l’Eglise catholique s’associe à un texte publié par Charlie Hebdo. L’hebdomadaire satirique rend public, ce mercredi 12 septembre, un appel demandant l’interdiction immédiate de tous les pesticides de synthèse, soutenu par diverses personnalités, dont Marc Stenger… l’évêque de Troyes…

Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

Intitulé « Nous voulons des coquelicots » (texte ci-dessous) et lancé par le chroniqueur Fabrice Nicolino, rescapé de l’attentat du 7 janvier 2015, l’appel se veut non partisan et entend initier « un grand mouvement en faveur de la vie », selon Fabrice Nicolino. « Ce n’est ni l’appel de Charlie ni le mien, dit-il. C’est un appel lancé par des humains à d’autres humains. »

‘’Les pesticides sont des poisons qui détruisent tout ce qui est vivant. Ils sont dans l’eau de pluie, dans la rosée du matin, dans le nectar des fleurs et l’estomac des abeilles, dans le cordon ombilical des nouveau-nés, dans le nid des oiseaux, dans le lait des mères, dans les pommes et les cerises. Les pesticides sont une tragédie pour la santé. Ils provoquent des cancers, des maladies de Parkinson, des troubles psychomoteurs chez les enfants, des infertilités, des malformations à la naissance.

L’exposition aux pesticides est sous-estimée par un système devenu fou, qui a choisi la fuite en avant. Quand un pesticide est interdit, dix autres prennent sa place. Il y en a des milliers.

Nous ne reconnaissons plus notre pays. La nature y est défigurée. Le tiers des oiseaux ont disparu en quinze ans; la moitié des papillons en vingt ans; les abeilles et les pollinisateurs meurent par milliards; les grenouilles et les sauterelles semblent comme évanouies ; les fleurs sauvages deviennent rares. Ce monde qui s’efface est le nôtre et chaque couleur qui succombe, chaque lumière qui s’éteint est une douleur définitive. Rendez-nous nos coquelicots ! Rendez-nous la beauté du monde !
Non, nous ne voulons plus. À aucun prix. Nous exigeons protection.

Nous exigeons de nos gouvernants l’interdiction de tous les pesticides* en France. Assez de discours, des actes’’.

*de synthèse

Signez l’appel ICI

 

Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Signé sans aucune difficulté.
Chez moi en bord de mer breton le désherbage des bords de route se fait maintenant après la floraison. En ce moment par exemple. Les orties sont très hautes et certains bas-côtés nécessitent que je m'écarte un peu à vélo pour ne pas frotter de trop sous le cuissard.
Répondre
J
En Bretagne aussi, les vidages de cendriers de voiture et les canettes de bière jetées sans doute par les fenêtres se remarquent. Dimanche dernier lors de ma sortie du matin à vélo, un (ou plusieurs) fêtard du samedi soir avait, tel le petit Poucet, semé avec une certaine régularité des boîtes de bière en aluminium. Et il y a aussi des animaux écrasés, probablement plutôt la nuit d'autant que les jours raccourcissent : hérissons, lapins ....
J
Merci JC,
Actuellement en villégiature en Normandie, je constate également que les bords de route sont un peu moins ras qu'il y a quelques temps encore et c'est très bien ainsi... sauf, évidemment pour les mollets des marcheurs et des cyclistes ???? !
En revanche, lorsqu'on marche au bord de ces routes -il y a peu de sentiers de randonnée par ici...- on peut mesurer et les degâts dus aux voitures (hier, un blaireau, un lapin et une tourterelle...) et les très nombreux déchets qui sont jetés par les automobilistes : c'est effarant !
E
C’est fait Jean -Louis
Répondre
C
En Belgique aussi on veut des coquelicots ... signé mm je ne suis pas en France
Répondre
T
"... L’exposition aux pesticides est sous-estimée par un système devenu fou, qui a choisi la fuite en avant. Quand un pesticide est interdit, dix autres prennent sa place. Il y en a des milliers.

Nous ne reconnaissons plus notre pays. La nature y est défigurée. Le tiers des oiseaux ont disparu en quinze ans; la moitié des papillons en vingt ans; les abeilles et les pollinisateurs meurent par milliards; les grenouilles et les sauterelles semblent comme évanouies ; les fleurs sauvages deviennent rares. Ce monde qui s’efface est le nôtre et chaque couleur qui succombe, chaque lumière qui s’éteint est une douleur définitive..."
Répondre
M
Bravo, Charlie, pour cette initiative. J'ai signé la pétition. Je vais arrêter de me shooter au glyphosate et les journalistes de Charlie devraient faire de même.
Lire aussi dans le denier n° l'article de Lançon, poignant.
Répondre
V
Signé....! avec plaisir et beaucoup d'espoir...
Répondre
D
on n'en a pas fini ; j'ai encore vu ce matin un particulier qui traitait au désherbant son pied de haie, par contre la ville d'autun laisse pousser partout les herbes folles...
Répondre
K
Avec bien du mal c'est validé...
Répondre
K
Je n'arrive pas à valider ma signature...
Je partage.
C'est un très beau texte...
Répondre
C
Agir c'est déjà ne plus subir ! :))
Répondre
F
Bonjour,
J' ai signé la pétition car à Mirebeau on aime les coquelicots...
http://www.mirebalais.net/article-2896080.html
Répondre
J
Merci Farfadet 86 : je viens d'aller voir la page en question et ai beaucoup apprécié votre hommage aux coquelicots ! Cordialement...
M
Signé également même si je suis très dubitative quant à ces appels lancés par des personnalités ! En l’occurrence, la caution de Fabrice Nicolino m’a convaincu de rejoindre ce mouvement de protestation !
Répondre
J
Tu as l'air d'être étonné de l'appui de l'église catholique. Lis l'encyclique " loué sois-tu" du Pape François. Ce n'est que logique. Marc Stenger est un type bien, je l'ai rencontré. En plus il est né à Phalsbourg.
Répondre
J
Je penses que pour l'instant un fossé sépare certains catholiques des militants écologistes. Il pourra être comblé par l'ouverture de tous et surtout, par l'urgence de se rassembler pour trouver une solution à ces problèmes cruciaux de l'environnement.
J
Certes... mais avoues tout de même que cet appui est plus que timoré pour le plus grand nombre des pratiquants ! Pour ce qui est de Marc Stenger : je ne doute pas un instant que ce soit un "type bien" ne serait-ce que d'après la façon dont il a reçu (et accepté) la demande de Fabrice Nicolino !
Z
Appel signé. Abonnée à Charlie , J'ai le badge que je ne manquerai pas de porter . Nous n'allons pas dans le mur nous y sommes!
Répondre
Z
C'est Cavanna , à qui je dois bien des prises de conscience, qui a fait de moi une fidèle de CHARLIE et je le suis restée . Comme les disparus nous manquent!
J
Merci Zoé ! Heureux par ailleurs d'apprendre que toi aussi tu es "CHARLIE"... En ce qui me concerne, ça fait plus de 30 ans !