Comment expliquer le déni face au réchauffement climatique ?

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Il est difficile d'ignorer aujourd'hui qu'un effondrement écologique est en train de se produire. Pourtant, la mobilisation citoyenne reste assez faible. Pourquoi nous est-il si difficile de changer nos modes de vie ?

Pourquoi faisons-nous l'autruche devant la catastrophe écologique ?

Cyril Dion est le co-fondateur, avec Pierre Rabhi, du mouvement écologiste Colibri ; il est également le co-réalisateur derrière le documentaire qui a eu tant de succès en 2016, Demain. Invité à s'exprimer sur France Inter au micro d'Ali Rebeihi, l'écologiste a rappelé l'ampleur du danger environnemental qui nous guette... et que pourtant nous avons tendance à oublier : 

Nous sommes face à un danger comparable à celui d'une guerre mondiale, sans doute même plus grave.

Cyril Dion précise : "Si on écoute les scientifiques, d'ici la fin du siècle, c'est la moitié de l'humanité qui peut disparaître. C'est quand même considérable, 3,5 milliards de personnes... Ça va bien plus loin qu'une guerre mondiale !"

Pour sonner l'alerte, les initiatives ont été très diversifiées et répétées : il y a eu les cris d'alarme répétés du glaciologue Claude Lorius, les COP successives, une alerte concertée et signée par 520 scientifiques internationaux, un "train du climat" rempli des scientifiques pour vulgariser le changement climatique, sans oublier le documentaire Demain, qui a quand même été vu par 1,2 millions de personnes dans les salles... Il nous est difficile aujourd'hui d'ignorer cette épée de Damoclès qui menace notre avenir. Mais alors, pourquoi change-t-on si peu nos habitudes ?

Parce qu'on ne constate pas le problème écologique au quotidien

Pour Cyril Dion, une des explications est qu' "aujourd'hui les problématiques écologiques restent relativement lointaines pour nous : dans notre quotidien, on vit très peu les problèmes des changements climatiques, on ne le voit pas." Malgré le rythme alarmant de disparition des espèces, on le constate très peu. De même, des dizaines de milliers de morts sont imputés à la pollution de l'air... et pour autant les files d'embouteillages ne diminuent pas. 

Et à l'inverse, souligne Cyril Dion : "les Chinois qui vivent [la problématique écologique] en direct réagissent de façon extrêmement déterminée : dernièrement, ils ont réquisitionné 60 000 soldats pour replanter des forêts" - rappelons que chez eux, la pollution de l'air fait chaque année 1,2 million de morts. Et côté énergie, "ils sont en train de développer des parcs éoliens en Mongolie intérieure, dont le plus gros produit l'équivalent de 38 centrales nucléaires".

Parce qu'il est humain de "faire l'autruche"…

Le sociologue George Marshall s'est penché sur les leviers psychologiques qui nous font agir - ou pas. Et ses recherches l'ont mené à définir un "syndrome de l'autruche". Le principe est simple : nous avons toujours tendance à choisir le gain à court terme - donc quand on vous propose de nombreuses pertes à court terme pour d'hypothétiques gains à long terme (par exemple, si on vous dit : "si vous faites arrêtez de prendre l'avion, de prendre des bains et de manger de la viande, peut-être que le monde ira mieux dans 30 ans et que vos enfants vivront dans un monde à peu près viable"), ça ne fonctionne pas. 

Parce que pour changer nos actes, il faut changer de discours

George Marshall a montré également que les histoires sont fondamentales pour le fonctionnement cognitif : les récits permettent au cerveau émotionnel de donner du sens aux informations recueilles par le cerveau rationnel. Et pour toute action, il faut que les deux s'accordent…

  • Si je vous fais peur, vous allez chercher des confirmations scientifiques dans votre cerveau rationnel avant d'agir de quelque façon.
  • Si je vous donne des éléments scientifiques seuls, vous n'allez pas agir parce que votre cerveau émotionnel (qui est celui qui nous meut) ne va pas se déclencher.
  • Il faut arriver à réunir les deux - et pour cela, le mieux, c'est de raconter des histoires... Cyril Dion explique ainsi le succès de Demain : 
  • Il y avait des gens supers, qui nous ressemblaient, où on se disait « s'il le fait, je peux le faire aussi ! »
  • Il est essentiel et urgent, pour les écologistes, de changer de discours pour se faire entendre : mobiliser les gens autours d'histoires qui font rêver, proposer une vision du futur qui nous embarque ("c'est ce que font les politiques !" souligne Cyril Dion). 
  • Susciter de la créativité, de l'enthousiasme, une envie d'agir... plutôt que du déni

 

« On a besoin de remporter une bataille culturelle d'abord ».

 

Archives de France-Inter/Mariel Bluteau (Merci Claude)

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
hélas les scientifiques crient dans le désert ; et les politiques ne relaient absolument pas le message, puisqu'ils ont une vue à court terme : la prochaine élection ; c'est vraiment très très inquiétant
Répondre
J
Tout ce qui est dit est vrai. Mais aussi dans les démocraties, les hommes politiques ne sont pas vraiment concernés par les problèmes au-delà de la prochaine élection. En outre nous savons pas très bien la part de responsabilité humaine dans le réchauffement même si elle est indéniable. Un accord entre tous les pays est nécessaire mais difficile à négocier compte tenu de beaucoup d'intérêts divergents à court terme et de niveaux de développement et de risque différents. Pas simple.
Répondre
Z
Les appétits des profits immédiats sont plus forts que la menace d'une éventuelle apocalypse. Quand on voit des bateaux de croisière autorisés en Arctique on se dit que tout le monde ne doit pas avoir à perdre que ça fonde plus vite encore.
Répondre
K
L'avenir de l'Humanité me paraît sombre... Si on ne redresse pas la barre dès maintenant, on est mal barré (c'est le cas de le dire)
Je partage sur ma page FB
Bon après-midi Jean-Louis.
Répondre
C
Le déni est certainement alimenté voire amplifié par les institutions et gouvernements qui agissent comme s'il n'y avait pas d'urgence. Pas de politique écologique, aucune incitation à de bonnes pratiques, pas de barrages au lobbying, au contraire.. Il va falloir s'en remettre à l'énergie écocitoyenne qui espérons le, se transformera en véritable vague du changement. Et pour garder le moral, n'oublions pas la théorie du 100 ème Singe qui nous indique que tout pourrait se transformer rapidement et au dela de nos espérances... http://www.institut-repere.com/METAPHORES/institut-repere-base-documentaire-m-62-le-100eme-singe.html :)) Très bon week-end, écocitoyen bien sûr !
Répondre
M
c'est très juste, pouvons-nous redresser la barre? le naufrage est proche, si l'on ne prend pas les remèdes nécessaire. Chaque humain est concerné depuis la petite enfance. Les adultes sont responsable. Les enfants copies les parents, les ados sont parfois plus responsables que leurs parents.
Répondre
J
Merci pour ce lien :))
D
bonne réflexion, une de plus, ça fait plus de 50 ans que les mises en garde se multiplient, il y a des résultats,,mais inférieurs à l'augmentation des problèmes, un pas en avant, deux pas en arrière
Répondre