Carte Post’Alpes

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Avec cet intitulé amusant et non moins éloquent, nous poursuivons notre balade dans les Alpes en compagnie d’Etienne qui nous présente quelques facettes du patrimoine naturel et architectural du Champsaur, une magnifique vallée des Hautes-Alpes qu’il affectionne tout particulièrement…

 

Ce territoire alpin a vu naître un certain nombre de personnages célèbres et d'autres moins connus mais qui offrent au visiteur des témoignages inédits comme la Chapelle des Pétètes à Bénévent, le tombeau du poète à Prapic...

Carte Post’Alpes

Le patrimoine religieux est très présent en milieu montagnard, lieu de multiples dangers, il y revêt des caractères parfois originaux comme cette chapelle champsaurine connue sous le nom de Chapelle des Pétètes (= des poupées) mais aussi de Chapelle des Amoureux. Elle est l'œuvre d'un berger-maçon (amoureux !)…

Détail de la façade.

Détail de la façade.

Le matériau des statues est principalement constitué par une roche facile à tailler: le grès du Champsaur sur lequel nous reviendrons dans un autre article.

Une randonnée dans la haute vallée du Drac

A présent, tentons un saut vers une autre chapelle d'aspect plus conventionnel qui se trouve à une vingtaine de km à l'est, dans la vallée haute du Drac noir d'Orcières, en amont du village de Prapic. Une randonnée prisée est celle du Saut du Laire. Quelques remarques naturalistes autour de cette randonnée attirent l'attention sur des aspects souvent méconnus de l'activité humaine (nécessaire) en haute montagne.

La piste-sentier traverse une succession de paliers et ressauts. Les uns sont constitués de moraines et autres dépôts fluvio-glaciaires, les autres de roches du soubassement (grès et flyschs).

Carte Post’Alpes

A mi-parcours, le site de la Chapelle de la Saulce permet un aperçu sur la basse vallée, le plateau de Charnière dont on devine un des flancs herbeux en contre-bas (mi-hauteur du mur) et plus bas encore, sous le voile de brumes matinales, le village de Prapic. En raison de leur nature et de la topographie, certaines portions du parcours (ressaut 1) ont nécessité des travaux d'une haute technicité.

Le plateau de Charnière (palier 1) est occupé majoritairement par des prairies de fauche entourées de murets de pierres. C'est un site privilégié pour voir les marmottes. Nous les avons observées dans leurs occupations. De là, le chemin serpente dans une pente raide (2ème ressaut), elle aussi sujette à l'érosion, pour atteindre la chapelle de la Saulce (photo). Au niveau de ce 2ème palier, la vallée se resserre, elle est parsemée de gros blocs.

Carte Post’Alpes

Des environs de la chapelle, vue vers l'amont. Le ressaut suivant (3) comporte la cascade du Saut du Laire qui d'après la légende aurait été franchi en un bond par un larron (laire) en fuite. Les pentes gagnées sur la forêt de mélèzes offrent des possibilités de pâturage réservé aux bovins qui maintient ainsi un paysage ouvert. On y observe en cette fin de saison les tiges brunes des asphodèles.

Enfin, on franchit la passerelle au Saut du Laire et on gagne le début des alpages (palier 3) réservés aux ovins. Plusieurs cabanes de berger occupent les cirques glaciaires situés plus haut qui convergent vers cette cuvette. Le torrent y serpente dans un lit d'alluvions grossières et de blocs. Dans les prairies, des colonies de marmottes s'établissent…

Carte Post’Alpes

Très /trop familières, elles viennent souvent partager leur repas avec les touristes arrivés au terme de leur randonnée, à cet étage. Malgré les recommandations, les personnes leur donnent des aliments inadaptés à leur régime. «Mais ça c'était avant...» : le cliché ci-dessus date d'il y a quelques années déjà. Cette année nous n'avons plus aperçu de marmottes dans ce secteur... Alors, nous avons continué sur le sentier jusqu'à la confluence de deux torrents.

Carte Post’Alpes

Miraculeusement, des restes de neige provenant d'une coulée d'avalanche ont été conservés en cette fin d'été et passeront sans doute le cap jusqu'aux premières chutes d'automne... Au premier plan, à gauche, des pétasites et leurs fruits ailés, petit clin d'œil à un autre site visité en juin (voir la carte postale « Excursion spatio-temporelle »).

Carte Post’Alpes

Les paquets de neige durcie constituent les restes latéraux de la coulée rongée par le torrent. Formant une arche dans un premier temps, cette dernière a fini par céder à son tour. A présent les restes d'arceau s'écroulent. Leur hauteur avoisine la taille d'un humain, leur consistance est celle de la glace granuleuse. A noter les troncs et branches de mélèzes balayés par le passage de l'avalanche. Ces coulées d'avalanches ainsi que les pluies d'orage à l'origine de crues soudaines et de coulées de « boues » mais aussi les chutes de pierres sont un sujet de préoccupation permanent en zone montagneuse.

Pour le retour, nous emprunterons un circuit de descente situé sur l'autre flanc de la vallée. Il passe par endroits dans des landes couvertes de bosquets de vernes (aune), de vraies et fausses myrtilles (Vaccinium myrtillus L. et Vaccinium uliginosum subsp microphyllum L.). Cette dernière est encore appelée airelle bleue ou embrune. Et là, surprise ! Nous sommes pris au dépourvu par un premier envol de perdrix de montagne (bartavelles), puis quelques cents mètres plus loin, un oiseau au plumage noir bordé de blanc s'élance dans la pente : c'est probablement un tétras-lyre... Ailleurs, ce sont des marmottes qui s'affairent sans se soucier de notre présence -alors que nous pique-niquons- ni apparemment des faucons qui croisent au-dessus de leur territoire…

Texte et photos : EF (Cliquez pour agrandir)

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Simone 21/09/2018 21:50

quelle chance ! un Tetras Lyre , pourtant rare non ?? et les bartavelles ! ah..Pagnol, on replonge immédiatement dans ses merveilleuses histoires de la belle Provence ! je crois bien avoir lu le " château de ma mère " et " la gloire de mon père " 3 ou 4 fois..

kimcat 18/09/2018 13:22

Quelle magnifique balade !!
Bon après-midi Jean-Louis

chantal33300 17/09/2018 14:11

quelle belle ballade. C'est splendide. Cette marmotte est trop mignonne et pas farouche. Je comprend qu'ils les protègent. Bon après midi

Jacky 17/09/2018 08:42

Belle carte postale. Merci.

domi 17/09/2018 06:22

n'étant pas modestes cadettes, les Alpes sur les pires aînées

Jean-Louis 17/09/2018 05:50

Paysages, anecdotes, indications géologiques... voilà encore une très belle (et complète) balade proposée (et magnifiquement illustrée) par Etienne ! Merci à lui pour cette nouvelle évasion alpine !