Nicolas Vanier accusé d'avoir causé la perte de 500 œufs de flamants roses

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Une plainte contre X a été déposée après la perte de centaines d'œufs de l'espèce protégée en France lors de repérages en ULM. Affecté par les conséquences de ce vol au-dessus d'une zone protégée, le cinéaste propose de se racheter et de devenir le «porte-parole des problématiques dont souffrent les oiseaux migrateurs».

Flamant Rose-Camargue : Une plainte déposée sur le tournage de Nicolas Vanier. Photo Archives

Certains l'accusent d'être un vautour, lui se dit innocent comme la blanche colombe. Une plainte contre X a pourtant été déposée après qu'une journée de repérage pour son nouveau long-métrage Donne-moi des ailes, a causé la perte de 500 œufs de flamants roses.

Début juin, un ULM utilisé pour l'occasion avait survolé la seule colonie de flamants roses de France, installée dans les salins d'Aigues-Mortes, un lieu reculé, pour couver ses œufs, a rapporté l'association France Nature Environnement, à l'origine de la plainte. Le survol à basse altitude avait créé une panique chez les oiseaux de cette espèce protégée dans tout le pays. Un nid sur dix avait été abandonné, en pleine période de couvaison. «Cinq cents couples sur les 4500 que comprend la colonie ont abandonné définitivement leur œuf», relate l'association.

Ironie de l'histoire, le film tourné par Nicolas Vanier «parle de la protection des oiseaux», selon le réalisateur de l'École buissonnière, à travers l'histoire d'un scientifique passionné par les oies sauvages et de son fils. «La présence de cette espèce emblématique exigeait les plus grandes précautions», a ajouté l'association, qui a porté plainte pour perturbation intentionnelle et destruction d'œufs d'espèce protégée.

«Les pilotes sont allés jouer à faire s'envoler des oiseaux, j'ai été scandalisé»

Interrogé par l'AFP, Nicolas Vanier a expliqué que le pilote de l'ULM travaillait pour un prestataire extérieur à sa société de production et qu'il avait mis fin immédiatement à leur collaboration après l'incident. «Un plan de vol avait pourtant été remis à ce pilote indiquant précisément les zones à éviter, a-t-il regretté. Ils sont allés jouer à faire s'envoler des oiseaux, j'ai été scandalisé», a poursuivi le cinéaste auteur de Belle et Sébastien et de Loup, qui estime ne pas pouvoir être «tenu pour responsable».

«Très affecté»

Pour tenter de «réparer ce qui peut l'être», Nicolas Vanier, «très affecté par cette violation de règles qu'il a toujours scrupuleusement respectées», a proposé aux acteurs locaux de parrainer une population de flamants roses. Il a également demandé qu'on lui permette d'utiliser le film dans un cadre pédagogique et d'intégrer les associations à sa présentation dans la région. Le cinéaste a promis de se faire «le porte-parole des problématiques dont souffrent les oiseaux migrateurs». Le tournage, quant à lui, se poursuivra dans les semaines qui viennent en Norvège.

Nicolas Vanier avait déjà été visé par une polémique en 2014, lorsque l'État avait ordonné l'évacuation de tous les chiens de son domaine dédié aux activités nature dans la Drôme, après une mise en demeure sur les conditions d'hygiène et de sécurité. L’explorateur vedette avait alors qualifié de «grotesques» les accusations faisant état d'un très mauvais état sanitaire de ses chiens.

L'ASPAS déposera également plainte, en renfort de l’action engagée par FNE Languedoc-Roussillon.

Le Figaro/Baptiste Savignac (02 juillet 2018)

 

Des flamants roses à Aigues-Mortes (Gard). Photo : Valéry Hache/AFP

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Sacré Vanier : toujours prêt à rebondir malgré les conneries qu'il peut faire... et elles sont nombreuses ! Encore un film que je n'irai certainement pas voir : ses amis les chasseurs se cotiseront pour palier au manque à gagner !
Répondre
M
Déjà très critiqué quand il utilise des chiens de traîneau pour lesquels il n'a pas beaucoup d'empathie...
Répondre
M
Déjà en 2014 : une polémique avec ses 60 chiens.... :-(
Répondre
J
J'ai toujours eu un problème avec Vanier (voir ici : http://natureiciailleurs.over-blog.com/2017/10/a-propos-du-film-l-ecole-buissonniere.html ) ! Ce nouvel "épisode" malheureux confirme une fois encore mon (res)sentiment !
Quand je lis que l'intéressé a "proposé aux acteurs locaux de parrainer une population de flamants roses" et qu'il souhaite se faire "le porte-parole des problématiques dont souffrent les oiseaux migrateurs" je me dis que l'individu ne manque vraiment pas d'air !
Lamentable...
Répondre
D
même si c'est accidentel, c'est bien triste, et preuve d'ignorance
Répondre
K
Désastreux...
J'ai eu cette info par une amie des animaux. Le 9 juillet, elle sera en ligne sur mon blog...
Bon WE Jean-Louis
Répondre
C
tu parles d'un jeu de faire peur aux flamants pour qu'ils s'envolent. Il a gagné tiens. Que de perte ridicules ! bon après midi. Bisous
Répondre