Balade historique et naturaliste sur un site d’exception : le HWK

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Le Hartmannswillerkopf, surnommé HWK ou encore « Montagne de la mort », rebaptisé Vieil Armand après la 1ère guerre mondiale, est un promontoire qui s’avance à 956m d’altitude au-dessus de la plaine d’Alsace : c’est un site unique et impressionnant, un lieu de mémoire singulier de la Grande Guerre de 1914-1918 !

Photos : JLS

Photos : JLS

Mais pourquoi diable sont-ils venus s’entretuer ici ? Cette question, obsédante, vaut naturellement pour tous les lieux où l’homme, dans sa folie guerrière, n’a trouvé autre chose à faire que d’étriper celui que l’on qualifiait d’ennemi… Ici, en Alsace, les sites de combats ne manquent pas et, si depuis la fin des hostilités, la nature a largement repris ses droits, de nombreuses traces et cicatrices de cette horreur qu’est la guerre, subsistent et interpellent !

Photos : JLS

Photos : JLS

Si de très nombreux touristes français et étrangers fréquentent quotidiennement le mémorial et la crypte dans laquelle se trouve un ossuaire qui renferme les restes d’environ 12 000 soldats inconnus tombés en ces lieux, beaucoup plus rares sont ceux qui s’aventurent sur les circuits de ce qui fut le champ de bataille ! De nombreux vestiges d’époque (abris, tranchées…) jalonnent le parcours menant au sommet : « Le calme et la beauté de tous ces sites de mémoire font oublier qu’il y a un siècle se dressait en ces lieux une guerre cruelle, qui tel Chronos dévorant ses enfants, a broyé toute une génération d’Hommes. Ce carnage, on lui donna en France le nom de « Grande Guerre ». Par « grand » il faut comprendre grand par la douleur et les sacrifices consentis par des milliers de jeunes soldats se débattant dans la boue et la crasse pour une victoire à la Pyrrhus se mesurant souvent en mètres. Le Hartmannswillerkopf, aujourd’hui lieu de mémoire et de nature fut naguère un champ de bataille inhumain, une montagne « mangeuse d’Hommes » telle que l’appelaient les poilus » (1).

(1) Jean Klinkert (Président du Comité du Monument National du Hartmannswillerkopf)

Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)
Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

90 kilomètres de tranchées, 6 000 abris…

De 1914 à 1918, les soldats ont creusé 90 kilomètres de tranchées et vécus dans quelques 6 000 abris. Lorsqu’on se promène du côté de ce qui fut le « côté allemand », on est surpris par la qualité des installations : les pionniers du génie ont apporté l’électricité jusque dans les premières lignes grâce à l’aménagement d’une centrale électrique. Ils ont également construit un téléphérique qui acheminait vivre, munitions et matériaux de construction directement depuis la vallée tandis que, côté français, on faisait monter le tout à dos d’hommes et de mules…

Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)
Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

Un musée à ciel ouvert

 

La montée vers le sommet s’effectue par le boyau 0, le point de départ du bataillon français avant de rencontrer les Allemands dans la montagne. C’est en traversant les anciennes tranchées et divers points stratégiques que l’on se rend compte que la nature a repris ses droits, tout en gardant néanmoins des cicatrices du champ de bataille. Les pierres sont marquées par le passé et la tôle a rouillé. Par endroit, le sol est encore creusé des explosions d’obus survenues il y a maintenant plus de cent ans… Il y a plus de 45 km de tranchées conservées ainsi que de nombreux sentiers permettant de les visiter. En cours de balade, on découvre également des installations militaires rénovées pour le centenaire !

 

Bombardements et combats ont totalement bouleversé les paysages du HWK, qui a mis du temps à cicatriser. Cela d’autant plus que des incendies survenus après-guerre ont ralenti le travail de la nature. Mais aujourd’hui, le site révèle un patrimoine écologique remarquable qui justifie la protection au titre de Natura 2000 : forêt sub-naturelle, faune et flore protégées.

 

Une flore qui s’est adaptée

 

L’environnement dénudé, plus sec et plus chaud, a engendré le développement d’une nouvelle flore. Sur les dalles rocheuses, les rochers et les éboulis siliceux, les habitats de milieux ouverts abritent ainsi une végétation dite chasmophytique, qui pousse à la faveur de petites accumulations de terre dans les fissures et les anfractuosités…

 

 

Balade historique et naturaliste sur un site d’exception : le HWK
Balade historique et naturaliste sur un site d’exception : le HWKBalade historique et naturaliste sur un site d’exception : le HWK
Balade historique et naturaliste sur un site d’exception : le HWKBalade historique et naturaliste sur un site d’exception : le HWK
Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)
Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)
Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Merci et bonne suite.
Répondre
C
Souhaitons ardemment que plus jamais de telles horreurs ne se reproduisent et que la belle nature continue à prendre de l'expansion! Bonne soirée!
Répondre
K
Belle flore sur ce site...<br /> Folie guerrière...<br /> Bonne soirée
Répondre
D
très intéressant, là où l'écologie et le pacifisme se rejoignent, là ou la nature et la mémoire se mêlent !
Répondre
M
Chouette balade sur un site profondément et durablement marqué par un conflit qui, rappelons-le en cette année du centenaire de l'armistice, a fait des millions de victimes, pour le plus grand nombres, jeunes...<br /> Il est rassurant de voir que, en dépit des drames qui se sont joués en ces lieux, la Nature finit par gagner et à être malgré tout magnifique ! Une belle leçon de vie en somme…
Répondre
J
Tu as bien restitué notre balade. Belle citation du président du comité HWK. A bientôt.
Répondre
J
Content que vous soyez de retour !
R
Un autre visage de l'Alsace, loin des clichés touristiques habituels mais qui ne manque ni d'intérêts ni de beauté... malgré tout ! Merci pour cette belle présentation !
Répondre
J
Émouvante et touchante visite de ce site emblématique de la "grande guerre", celle qui devait être la "der des der"... On connaît la suite !<br /> Avec nos amis Michèle et Jacky, nous avons passé des heures riches en émotions diverses en ces lieux terriblement marqués et chargés...
Répondre
J
C'est sympa Jo et je te remercie ! Mais... pourquoi Michel ?<br /> Pour le reste, il y aurait certes beaucoup à dire : en bref, une certitude, notre pays est effectivement un "fournisseur" d'armes important sur cette planète et aucun de nos gouvernants successifs n'a jamais daigné contrer les marchands d'armes qui sont pourtant une calamité !<br /> Mais voilà : il y a du pognon à se faire et, pour ces gens-là, les idées pacifistes doivent être un beau et amusant sujet de conversation !
S
Salut Michel<br /> <br /> MERCI pour ce beau reportage , à une quinzaine de Km de chez moi ( THANN ) <br /> et dire que je ne m'y suis pas encore rendu depuis les travaux ...<br /> Je suis émerveillé devant ta capacité de faire de très belles photos de la nature,<br /> Tes commentaires sur l'absurdité des guerres sont pertinents,<br /> et pourtant l'homme continue de s'entretuer sur la planète, et le pire pour nous<br /> que nous sommes parmi les grands fournisseurs d'armement ... Manuhrin à <br /> Mulhouse qui va mal , ne me dérange pas , son activité de " cartoucherie "<br /> n'a rien de positif pour l'humanité<br /> très bonne journée à toi , je regarde régulièrement ton activité débordante sur le net<br /> bonne suite , et pourquoi pas : amicalement<br /> jo le coucou de Leimbach ( c'est le surnom des habitants de mon village )<br /> a plus , lundi matin 25 juin 2018