Primevères élevées ou officinales ?

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Des primevères, il y en a en fait plus de 400 espèces ! Petites fleurs du printemps des bouquets d’enfants, la plupart d’entre nous ne les voient même plus ou, tout au moins, ne les regardent pas…

Primevère officinale (P. veris). Photo : JLS

Primevère officinale (P. veris). Photo : JLS

La primevère élevée est l’une des premières fleurs à fleurir au printemps. Le nom scientifique du genre provient du mot latin primus, qui signifie « premier » et se rapporte à la période de floraison hâtive des espèces les plus connues. L’espèce est une plante sauvage du sud de la Scandinavie, et sa beauté lui a permis d’être adoptée dans les jardins finlandais, à partir desquels elle s’est parfois naturalisée.

Si la primevère élevée peut être facilement confondue avec la primevère officinale (P. veris), son calice est vert, angulaire et plus étroit que le collier entièrement jaune et lâche de cette dernière. Un autre critère d’identification est la forme des feuilles : le limbe des feuilles de la primevère officinale est plus large à la base, tandis que celui de la primevère élevée est plus large en son centre…

Primevère élevée ou Coucou des bois. Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)
Primevère élevée ou Coucou des bois. Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)Primevère élevée ou Coucou des bois. Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)Primevère élevée ou Coucou des bois. Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

Primevère élevée ou Coucou des bois. Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

Le coucou (1) ou primevère officinale (Primula veris) est une primevère aux propriétés médicinales importantes, en particulier pour son aspect expectorant. On utilise ses fleurs séchées en infusion. Celle-ci se teinte d'une jolie couleur jaune et prend un goût parfumé. On peut l'agrémenter de fleurs de lamiers maculés (Lamium maculatum).

Les fleurs sont parfumées et légèrement sucrées. Elles peuvent être ajoutées aux salades, tout comme les jeunes feuilles. Elles sont utilisées pour apaiser la toux, d’où le nom autrefois utilisé pour désigner la primevère : coqueluchon, en référence à la coqueluche qui provoque une toux très douloureuse. Les fleurs de primevères possèdent d’autres propriétés : diurétique, calmante, antalgique, antirhumatismale.

L’histoire de son utilisation est longue et variée. Sous Louis XV, elle est employée contre la paralysie et le bégaiement, puis au 19ème siècle contre l’arthrite et les rhumatismes avant de tomber dans l’oubli  puis de ressortir comme remède contre la toux durant le XX ème siècle.

C’est une plante peu exigeante, acceptant les sols pauvres et rocailleux, même secs en été, et se naturalise facilement dans le jardin. C'est une plante sans souci, idéale pour les jardins naturels et les rocailles semi-ombragées. Elle a aussi sa place au jardin des simples, ou dans les sous-bois clairs…

  1. Si on l'appelle joliment "coucou", c'est parce que les petites fleurs jaunes de la primevère annoncent généralement le printemps bien avant le retour des hirondelles. Et c'est bien ce signe sympathique de la fin de l'hiver que nous attendons avec impatience…
Primevère officinale (P. veris). Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)Primevère officinale (P. veris). Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

Primevère officinale (P. veris). Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

Primevères élevées ou officinales ?

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Sylviane Hoff 01/05/2018 12:52

Ce sont des fleurs que j'adorai cueillir quand j'étais gamine - ça fait de beaux bouquets - merci pour la belle leçon de botanique
Bisous

Jean-Louis 01/05/2018 19:38

Bonsoir Sylviane,
Merci pour ton mot ! En suivant mon blog, tu devrais y dégoter d'autres sujets d'intérêt... En tous cas, ça me fait plaisir que tu sois passée !
On t'embrasse.

Cléo 23/04/2018 21:18

Oh, que de détails sur ces biens belles fleurs! Bel article! Bonne semaine!

kimcat 23/04/2018 17:20

Bel article sur les primevères...
Bon lundi soir Jean-Louis

Jpl 23/04/2018 08:43

J’ai aussi la chance d’avoir des primevères dans le jardin, que j’ai introduites il y a plus de 20 ans, qui n’ont pas tenu là où j’avais planté les premiers pieds mais se sont multipliées dans d’autres zones pourtant beaucoup moins fertiles. Elles font ce qu’elles veulent et c’est très bien comme cela!
Bon rétablissement jls !

Jean-Louis 23/04/2018 06:27

Au repos forcé depuis quelques jours –et pour un moment paraît-il- mon actuel ‘’champ d’action’’ se limite au jardin et au verger proche ! J’y fais néanmoins de belles découvertes et de fascinantes observations : le torcol (j’y reviendrai bientôt…) tout comme les étourneaux qui nichent çà et là, me distraient efficacement et me consolent un peu de cette inactivité qui ne m’est pas vraiment coutumière ! Dans mon malheur, j’ai de la chance : le printemps est sublime et les floraisons se succèdent, magnifiques. Ainsi, après les hépatiques et les corydalis, voici les ‘’coucous’’ des prés et des bois qui me font me prosterner devant leur beauté simple et généreuse ! Admirons toutes ces petites «’’merveilles’’ qui nous entourent…

Jacky 23/04/2018 08:42

Cette inaction est positive pour toi et nous fait profiter de découvertes simples et belles.

domi 23/04/2018 06:04

belle passionnante leçon de botanique, je n'en ai pas vues au pays de la eterna primavera !