L'Humanité se met en danger en surexploitant la planète

Publié le par Jean-Louis Schmitt

L'Humanité surexploite la planète et menace son propre bien-être en provoquant le déclin de la flore et des animaux sur la Terre, confrontée à la première extinction d'espèces depuis celle des dinosaures, ont alerté vendredi des experts du monde entier.

Un ouistiti pygmée âgé de 2 jours se tient sur le dos de son pèere dans le zoo Sante fe de Medellin (Colombie), le 21 mars 2018. Photo : AFP.com - Joaquin Sarmiento

Un ouistiti pygmée âgé de 2 jours se tient sur le dos de son pèere dans le zoo Sante fe de Medellin (Colombie), le 21 mars 2018. Photo : AFP.com - Joaquin Sarmiento

"Nous sommes en train de saboter notre propre bien-être à venir!", a déclaré à l'AFP Robert Watson, président de la Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES), à l'origine de cette enquête. Si rien n'est fait pour enrayer la tendance, la ressource en poissons de la région Asie-Pacifique sera épuisée d'ici 30 ans et jusqu'à 90% de ses coraux gravement détériorés d'ici 2050.

En Afrique, ce sont plus de la moitié des espèces d'oiseaux et de mammifères qui seront perdues d'ici 2100, avertit cette étude compilée pour l'IPBES dans quatre énormes rapports régionaux. "L'état de la biodiversité empire", a averti Mark Rounsevell, l'un des co-auteurs de cette vaste étude dévoilée vendredi à Medellin, en Colombie.

Menaces sur la qualité de vie

"Cette tendance alarmante menace des économies, des moyens de subsistance, la sécurité alimentaire et la qualité de vie des populations partout" dans le monde, soulignent les experts à l'origine de quatre rapports régionaux longs de 600 à 900 pages. Durant trois ans, plus de 550 chercheurs ont travaillé bénévolement sur ces évaluations, qui synthétisent les données d'environ 10.000 publications scientifiques, sur les Amériques, l'Afrique, l'Asie-Pacifique et l'Europe-Asie centrale. Le résultat final couvre la totalité de la Terre, hormis les eaux internationales des océans et l'Antarctique.

Les rapports ont été passés au peigne fin par plus de 750 experts et décideurs de 115 des 129 pays membres de l'IPBES réunis toute la semaine à huis clos à Medellin, en Colombie. Ils en ont rédigé des synthèses d'une trentaine de pages chacune pour orienter les dirigeants en matière de protection de la biodiversité. "Il y a beaucoup de débats. Les messages clés ont vraiment été discutés mot à mot", a déclaré à l'AFP Anne Larigauderie, secrétaire exécutive de l'IPBES, en précisant que "l'évaluation sur l'Europe et l'Asie centrale a demandé huit séances de trois heures (...) et une autre, la dernière qui s'est terminée à 04H00 du matin".

Si l'Humanité ne change pas son usage déraisonnable des ressources naturelles, nous mettons en danger "non seulement l'avenir que nous voulons, mais même nos existences actuelles", a averti M. Watson. "Trop de gens pensent encore que l'environnement est un luxe. Mais ce n'est pas le cas!", a-t-il déploré, en faisant le lien entre "biodiversité et changement climatique que nous devons considérer ensemble".

En Europe et Asie centrale, "la population de la région consomme plus de ressources naturelles renouvelables que ce qu'elle produit", a pour sa part précisé le professeur suisse Markus Fischer. Avant cette VIe session, l'IPBES avait déjà averti que la Terre est confrontée à une "extinction massive" d'espèces, la première depuis la disparition des dinosaures il y a environ 65 millions d'années et la sixième en 500 millions d'années.

"Avec les effets croissants du changement climatique (...) cette perte pourrait atteindre 40% d'ici 2050" dans les Amériques où elle s'élève déjà à 31%, a-t-elle souligné vendredi pour cette région. Au cours du siècle écoulé, deux espèces de vertébrés ont disparu chaque année en moyenne sur la Terre. Une autre est sur le point de disparaître avec la mort récente de Sudan, célèbre rhinocéros blanc du Kenya et dernier mâle de son espèce, décimée par le braconnage et dont il ne reste que deux femelles.

Des pistes pour minimiser les dégâts

"Si nous continuons ainsi, oui, la sixième extinction, la première causée par les humains, va se poursuivre!", a averti M. Watson, ajoutant toutefois que "la bonne nouvelle, c'est (...) qu'il n'est pas trop tard". Car les rapports de l'IPBES suggèrent aussi des pistes pour minimiser l'impact des activités humaines sur l'environnement : créer davantage d'aires protégées, restaurer les zones dégradées et développer l'agriculture durable.

"Nous devons prendre la biodiversité en compte dans notre façon de gérer l'agriculture, la pêche, la forêt, la terre", a expliqué le président de l'IPBES, conscient que la population mondiale va continuer à croître, donc ses besoins aussi. "Le monde gaspille environ 40% de la nourriture qu'il produit (...) Si nous pouvions réduire le gaspillage de nourriture, nous n'aurons pas nécessairement à doubler sa production dans les 50 prochaines années", a-t-il suggéré.

Lundi, l'IPBES lancera un cinquième rapport, le premier du genre sur l'état des sols de la planète, dégradés par la pollution, la déforestation, l'exploitation minière et des pratiques agricoles non durables.

 

Florence Panoussian/TV5 Monde (23.03.2018)

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

CENKI FRançois 06/04/2018 22:58

Ce constat est effectivement désespérant... mais le pessimisme de la raison ne doit pas empêcher l'optimisme de l'action ... Alors que chacun retrousse ses manches et fasse ce qu'il peut pour aller dans le bon sens...au niveau individuel et au niveau collectif.

chez laramicelle 06/04/2018 18:21

hélas les gens ne se sentent pas concernés ; et la perspective va leur sembler trop éloignée; pourtant on va à la catastrophe

kimcat 06/04/2018 13:24

Si rien n'est fait, on va à la catastrophe !!!
La situation est plus qu'alarmante...
Bonne fin de semaine Jean-Louis

domi 06/04/2018 12:26

quand on parle de 2050 ou 2100 les décideurs qui voient à court terme ne se sentent pas concernés hélas

corbin 06/04/2018 11:18

L'humain ne changera pas, soit il fait la sourde oreille, soit il n'y croit pas, soit il s'en fout, soit il en est incapable, bref, il n'y a rien à en attendre, c'est une "vermine".

corbin 06/04/2018 13:26

Il y a encore de doux rêveurs....

domi 06/04/2018 12:29

ce n'est pas dans le mépris de l'humain que se trouvent les solutions, l'avenir doit se construire avec lui

Jpl 06/04/2018 08:47

Je suis bien d’acc avec toi Jean-Louis, on ne pourra pas dire qu’on ne savait pas.
Pour s’en sortir il faudrait arrêter ce fichu principe de la croissance à tout pris qui est complètement débile car impossible du fait de la taille limitée de la planète, mais cela aussi on le sait!

Jean-Louis 06/04/2018 06:49

Toujours le même triste constat... Et après ?
La plupart des "grands" de ce monde continuent de prôner l'hyper consommation tout en faisant fabriquer et en vendant des armes à tire-larigot ! Dans le même temps, l’exploitation ou, plus exactement le pillage de la moindre ressource naturelle se poursuit avec les drames humains et environnementaux que cela implique… Tout cela en dépit du bon sens alors que, plus que jamais, il faudrait exhorter l’humanité à la modération !
En tous cas, on ne pourra pas dire qu’on ne savait pas…

dominique 06/04/2018 17:53

tu as raison notamment sur la question des armes, pollution pour les fabriquer, pollution pour les essayer et lors des entraînements, pollution pire encore lors des guerres qu'elles facilitent