Beckerich, un exemple de commune écologique

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Beckerich, petite commune du Grand-Duché de Luxembourg, s’est imposée, depuis de nombreuses années, comme un exemple de commune verte. Grâce à des choix radicaux et concrets en matière de développement durable : économies et productions alternatives d’énergie, valorisation des ressources locales, mobilité intégrée, démocratie participative approfondie, rénovation rurale…, Beckerich est en route vers l’indépendance énergétique.

La commune luxembourgeoise est dirigée depuis 1990 par un bourgmestre écologiste, Camille Gira. Dès son entrée au conseil communal en 1982, à 23 ans, l’homme essaye d’introduire ses idées ambitieuses. 

En 1990, élu bourgmestre, il conçoit le premier programme de développement écologique de la commune. Le processus est enclenché et aujourd’hui, toute la commune tire vers le même but.

La dimension écologique : vers une autonomie énergétique

L’éolien : un projet de 4 éoliennes de 1,8 Mw chacune est en cours de préparation. Ce site éolien est initié par une Société Anonyme dont les actionnaires sont les habitants de la commune et des environs.

La biométhanisation agricole : une première unité de biométhanisation a été installée dans une ferme. Elle produit de l’électricité pour 15 ménages ainsi que de la chaleur et l’électricité pour la ferme elle-même.

Une seconde  centrale de biogaz recycle le fumier et le lisier des 2500 unités de gros bétail de 19 agriculteurs, pour produire de l’électricité pour 700 ménages. Une troisième unité installée dans une commune voisine, assure le chauffage d’une piscine récemment rénovée et de bâtiments communaux.

Les panneaux solaires photovoltaïques : 10 % des ménages de la commune ont investi dans l’énergie solaire. Les toits de bâtiments communaux ont été mis gratuitement à la disposition de citoyens organisés en copropriété pour y installer des panneaux solaires. De nombreuses maisons individuelles ou bâtiments agricoles complètent sont aussi dôtés de panneaux solaires photovoltaïques. Actuellement, 5 % de la consommation électrique globale des ménages est assurée par le solaire photovoltaïque.

Un chauffage collectif aux copeaux de bois avec réseau de chaleur : Beckerich dispose d’un potentiel forestier de 700 ha de forêts, 300 ha appartenant à la commune et 400 ha à des privés. Le projet d’un chauffage collectif aux copeaux de bois est en cours. La commune essaie de convaincre les propriétaires privés de forêts de s’associer dans le projet. Camille Gira ne perd pas courage et voit dans le « bois-énergie » un complément idéal aux unités de biométhanisation existantes.

La commune de Beckerich vise l’autarcie énergétique d’ici 2020-2025.

Transports en commun : aujourd’hui, il y a un bus toutes les heures vers Luxembourg et on compte une moyenne de 15 passagers par trajet. Les communes envisagent même d’étendre les horaires en soirée. En association avec des communes voisines, une campagne d’encouragement à l’utilisation des transports en commun a vu le jour.

Campagnes de sensibilisation dans le domaine des déchets et de l’utilisation rationnelle de l’eau et de l’énergie : ces campagnes ont permis à la commune de réduire 15 % la consommation d’eau.

Les citoyens ont participé activement à ces campagnes de sensibilisation ce qui montre une réelle mobilisation de la part des habitants de Beckerich.

Préservation de la biodiversité : les sites importants pour le maintien de la biodiversité ont été acquis par la commune ou ont fait l’objet d’un contrat d’exploitation avec les agriculteurs concernés. C’est ainsi que les ruisseaux locaux ont été revitalisés.

Bioconstruction : de nombreux projets tels que les bâtiments scolaires ou les bâtiments administratifs ont fait l’objet de bioconstruction. Aujourd’hui, c’est devenu un réflexe pour les décisions de la commune : les bâtiments doivent être pensés de manière écologique.

La dimension économique : pour un développement local

L’eau : il a été démontré que l’eau de Beckerich peut rivaliser en qualité avec n’importe quelle eau minérale distribuée dans le commerce. En 1986, une entreprise française a investi dans la création d’une unité d’embouteillage de l’eau minérale. La commune est resté propriétaire des sources et actionnaire à 15 % dans le capital de l’entreprise et veille à sa gestion durable.

Outre la création d’emploi local, les droits de tirage annuels sur les sources et les dividendes de l’actionnariat rapportent 250.000 €/an à la commune.

 

Centre commercial : un centre commercial d’envergure régionale a vu le jour à proximité directe de la Belgique. La vente d’essence et d’autres taxations commerciales contribuent également à fournir des moyens financiers à la commune.

Création d’emplois locaux : la commune a décidé de restaurer un ancien presbytère et de le louer à une agence de conseil en comptabilité. Le milieu rural redevient attractif pour les entreprises et ce type d’implantation décentralisée va contribuer à alléger les problèmes de mobilité urbaine. Beckerich peut aussi se réjouir de l’installation de plusieurs jeunes artisans dans la commune.

Potentiel touristique : actuellement, le tourisme est peu présent à Beckerich. Mais la commune à continuer à préserver son architecture « Maria-Thérésa », de restaurer différents témoins du passé religieux, de créer des pistes cyclables sur d’anciennes voies de chemin de fer. Ainsi le potentiel de tourisme demeure intact à Beckerich.

La dimension sociale : pour une vie locale paisible

L’école au village : la commune a rénové l’ensemble de ses écoles et fait le choix de maintenir des classes maternelles et certaines classes du primaire dans les 4 localités que compte Beckerich. Les architectes ont travaillé en collaboration étroite avec les enseignants, les élèves, les parents et bien sûr avec les techniciens et les élus communaux. Le résultat : une école où il fait bon vivre, où la pédagogie est ouverte sur le village et sur le monde (la salle de gymnastique est aussi louée à la population locale comme salle de fête ou de banquet).

Services collectifs : pour préserver le dynamise de la commune, Beckerich et les communes voisines ont créé une crèche et un service d’accueil des enfants de 6 à 12 ans en dehors des heures scolaires. La mise à disposition des jeunes d’un lieu de rencontre et la création d’une maison de retraite pour les personnes âgées s’ajoutent à cette politique sociale préventive.

Résultat : en 25 ans, la commune de Beckerich a attiré 700 habitants en plus. Le nombre d’élèves a doublé dans les écoles.

Politique volontariste pour l’égalité des chances : Beckerich a reçu le prix de la meilleure politique de l’égalité des chances homme/femme du Grand-Duché de Luxembourg.

Politique d’intégration des personnes d’origine étrangère : le pourcentage des personnes d’origine étrangère (belges, français, portugais) est de 28 % dans la commune et atteint même 50 % dans un de ses villages.

Création d’une commission consultative pour les personnes sans passeport luxembourgeois, activités multiculturelles veillent aux échanges enrichissants entre communautés…,

Beckerich met tout en œuvre pour disposer d’une véritable politique d’intégration.

Consoglobe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

kimcat 09/02/2018 14:03

Un bel exemple à suivre... et à encourager...
Merci Jean-Louis pour la belle séquence "Nostalgie", à la suite de mon article sur les chansons de Maxime.
Amitiés et bonne fin de semaine

manou 09/02/2018 10:41

C'est super et il faut espérer que d'autres communes suivront. J'ai parlé aussi sur mon blog d'une petite commune de Haute-Loire qui peut être citée en exemple : il s'agit de Saint-Jean-Lachalm. Je te mets le lien vers mon modeste article mais tu peux retrouver des infos dans la presse...
http://www.bulledemanou.com/2017/08/le-village-de-saint-jean-lachalm-4-les-eoliennes-et-autres-energies-renouvelables/balade-en-haute-loire.html

domi 09/02/2018 09:43

Cela me paraît intéressant à tous points de vue d'autant plus que l'ouverture aux autres et la générosité font partie du programme ; cependant cela est facilité par le fait que le Luxembourg est un pays particulièrement riche, ce qui n'ôte rien au mérite de la municipalité de cette commune exemplaire

aurélie 09/02/2018 07:03

comme quoi c'est possible ! tout est, comme souvent, question de volonté politique...

Jean-Louis 09/02/2018 07:44

Merci Aurélie ! En effet, quand on veut, on peut !
A l'instar de la commune alsacienne d'Ungersheim, cet exemple de la ville de Beckerich, également régulièrement citée comme étant à la pointe en matière de transition énergétique, constitue un réel encouragement et, surtout, prouve que le changement est non seulement possible mais profitable à toute la communauté !
A encourager absolument et, pourquoi pas ? à faire lire à nos élus, même dans nos petites communes !