Une route fermée pour favoriser la copulation des crapauds

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Les crapauds et tritons palmés, qui font partie de la liste rouge mondiale des espèces menacée, ont en effet pris l’habitude de se reproduire dans une mare située à proximité d'une route de Saint-Malo.

Une route va être fermée pour favoriser la reproduction des crapauds. Photo d'illustration : Pixabay/Domaine public

Une route de Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) va être interdite à la circulation automobile pendant deux mois pour favoriser la reproduction des crapauds.

La rue des Petits Ports, située près de la pointe de la Varde, un site protégé classé espace naturel sensible et Natura 2000, est interdite à la circulation du 15 janvier au 15 mars par arrêté municipal.

Une première interdiction en 2017

L’an dernier une "forte mortalité des amphibiens en cours de migration", due au trafic routier, avait été constatée par le département.

Les crapauds et tritons palmés, qui font partie de la liste rouge mondiale des espèces menacée, ont en effet pris l’habitude de se reproduire dans une mare située à proximité de la route. "Mi-février 2017, environ un millier d’amphibiens ont été comptabilisés autour de ce point d’eau", selon la mairie.

En 2017, une première interdiction de circulation pendant un mois avait déjà "permis d’endiguer la mortalité des amphibiens et de préserver leur reproduction, de très nombreuses pontes ayant été constatées" après la fermeture de l’axe routier, rappelle la collectivité.

AFP (13/01/2018)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Jean-Louis 16/01/2018 07:47

Un peu partout, de nombreux bénévoles se mobilisent chaque année pour intervenir en des lieux stratégiques pour limiter l'hécatombe due au trafic routier ! Un travail considérable qui se doit d'être salué comme de juste !

domi 15/01/2018 23:16

OUI c'est une bonne chose, et je me rappelle, en Boulonnais, avoir participé à une opération du parc naturel souhaitant recenser les lieux de passage des batraciens, grenouilles, crapaud, salamandres, pour ensuite y établir des aménagements.
Le problème des batraciens est crucial ; ces vertébrés fort sympathiques et utiles dans la nature ont beaucoup souffert, dans maintes régions, de l'assèchement des mares. Aujourd'hui le moindre point d'eau leur est précieux et les possesseurs de grands jardins à la campagne, susceptibles d'en créer ou d'en restaurer, sont les bienvenus ; une simple fontaine peut accueillir notamment des tritons !
Les enfants aiment bien les batraciens et il faut leur apprendre à les protéger et à laisser les têtards où ils sont. Je me souviens avoir emmené mes petits enfants, de nuit en forêt d'Autun le long d'un ruisseau : ils ont été ravis d'observer, sous le faisceau de leur lampe, des dizaines de crapauds et salamandres noir et jaune : précieux moments !

Gomez Victoria - Lynn 15/01/2018 13:12

une belle initiative