Moselle : Victoire pour le renard, la justice condamne les tirs de nuit !

Publié le par Jean-Louis Schmitt

En 2016, à la demande de la Fédération départementale des chasseurs, le préfet de la Moselle avait autorisé la destruction des renards par tirs de nuit sur 170 communes du département. Cet arrêté a été déclaré illégal le 10 janvier dernier par le tribunal administratif de Strasbourg, donnant ainsi raison aux associations de protection de la nature et aux citoyens qui se sont exprimés !

Photo : Jean-Louis Schmitt

Se référant aux études fournies par les associations et soulignant les effets contre-productifs de tels abattages sur la santé humaine, le tribunal a retenu que « le préfet ne justifie aucunement que la destruction de renards supplémentaires par des tirs de nuit pourrait réduire efficacement la dissémination de [l’échinococcose alvéolaire] chez l’homme ». Il a également considéré que la protection des espèces dites petit gibier (lièvres, perdrix, faisans) « n’est pas davantage de nature à justifier la mesure contestée, dès lors qu’il n’est pas démontré que la population de ces espèces sauvages serait menacée par la présence de l’espèce renard, ni que cet objectif rendrait nécessaire le tir de nuit de cette dernière ».

Dans le cadre de la consultation publique, à laquelle de nombreux scientifiques ont participé, les 674 avis exprimés étaient tous opposés à ce projet. Une pétition citoyenne a recueilli plus de 36 000 signatures, et l’avis du Conseil Scientifique Régional du Patrimoine Naturel a signé à l’unanimité une motion soulignant « l’aberration et le non-sens écologique que représente l’autorisation de destruction du renard roux par tir de nuit, ainsi que les conséquences potentielles sur les activités agricoles et les risques sanitaires induits ». Malgré cette importante mobilisation, le préfet de Moselle avait signé cet arrêté.

L’ASPAS et la LPO Moselle, toutes deux membres du Collectif Renard Grand Est, ont alors porté cette affaire devant les tribunaux. Rappelons que le renard roux peut actuellement être chassé, déterré et piégé toute l’année par des moyens souvent barbares, y compris en période de reproduction. Ce sont plus de 10 000 renards qui sont tués chaque année en Moselle ! Pourtant, de très nombreuses études scientifiques tendent clairement à démontrer que non seulement renard roux est loin d’être le coupable désigné, mais qu’en plus l’acharnement dont il fait l’objet est totalement contre-productif, aussi bien au niveau écologique que sanitaire et économique.

Avec ce jugement, les préfets doivent rapidement cesser de prendre des décisions idéologiques qui n’obéissent qu’au lobby de la chasse et qui ne génèrent que souffrance animale, déséquilibres naturels et favorisent la transmission de maladies à l’homme. Nous réaffirmons avec force que l’image diabolisant le renard et véhiculée par le monde de la chasse ne reflète pas la réalité et qu’il est temps désormais de retirer cet animal sauvage de la liste des espèces dites « nuisibles ». Vous trouverez nos publications relatives à la réhabilitation du renard sur : www.renard-roux.fr  et www.aspas-nature.org

Communiqué de presse - Collectif Renard Grand Est (16 janvier 2018)

 

Collectif Renard Grand Est / LPO 57 : Franck Vigna - franckvigna@sfr.fr / 06 20 18 52 22

ASPAS : Madline Reynaud, directrice - direction@aspas-nature.org / 06 79 44 61 17

 

Le Collectif Renard Grand Est regroupe plus de 60 structures liées à la connaissance et à la protection de la nature du Grand Est. Il milite pour que soient enfin pris en compte les éléments scientifiques en faveur du Renard roux et que cesse l’acharnement inutile contre cette espèce.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Frédéric Evrard 23/01/2018 15:13

Le renard n'est pas un "nuisible" contrairement à l'homme !!.
Il contribue en tant que prédateur à réguler la population de petit rongeur au même titre que les rapaces.
Maintenant on nous dit : Les agriculteurs utilisent un puissant produit chimique le ( Bromadiolone) pour éradiquer une surpopulation de rongeur ...!!. Franchement !!. Réfléchissez un peu...Arrêter de jouer les apprentis sorciers.
Ce produit de "M...." n'est sans doute pas sans conséquence pour la faune et la flore. Donc: tout le biotope !!. Même si les services sanitaires nous affirment le contraire.
Laissez les renards jouer leur rôle de prédateur naturel et tout se passera très bien. De plus c'est 100/100 écologique...

chez laramicelle 22/01/2018 18:18

une décision qui fait plaisir , en attendant que l'on arrête le massacre de ces petits animaux

domi 21/01/2018 21:56

où l'on voit que les préfets ne sont pas indépendants des influences locales pour ne pas parler de lobbies qui peuvent les amener à prendre de mauvaises décisions ensuite annulées par la justice ce qui fait qu'on paie un fonctionnaire pour prendre des mauvaises décisions et d'autres pour les annuler
Il faut savoir que le renard a sa place dans le milieu naturel et qu'il protège l'homme contre certaines maladies dont la terrible dite de lime qui avec le renard abondant progresserait moins
Il y a un équilibre à respecter dans la nature, que l'homme perturbe par exemple en élevant des animaux pour en faire du gibier, faut pas s'étonner que le renard en profite ; lors de mes balades en forêt j'ai parfois été entouré par des faisans d'élevage bien sympas qui au lieu de fuir attendaient que je leur donne du grain ; dans ces conditions, pas difficile de faire un carton avec un fusil, ce n'est plus de la chasse, c'est de l'abattage !

Jean-Louis 21/01/2018 20:10

Bonne nouvelle pour les renards même si, j'en conviens, cela ne les met pas pour autant à l'abri des chasseurs qui continuent, malgré les résultats des études scientifiques incontestables, à leur vouer une haine féroce ! Il faut toujours et encore continuer le combat contre la bêtise et l’obscurantisme de certains...

domi 21/01/2018 21:57

c'est sûr, le renard est un petit mammifère sympa et discret qui se montre très utile tout comme monsieur le blaireau que certains mal intentionnés ne peuvent pas blairer