Découverte à Sumatra d’une 3ème espèce d’Orangs-Outans

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Des scientifiques qui se sont interrogés pendant des années sur la « particularité » génétique d’une petite population d’orangs-outans de Sumatra sont finalement arrivés à la conclusion qu’elle représentait une nouvelle espèce.

Ces grands singes ont été découverts lors d’une expédition dans des forêts isolées dans les montagnes en 1997. Depuis, les recherches biologiques avaient laissé les chercheurs perplexes. Cette espèce a été nommée Tanapuli, une 3ème espèce donc en supplément de celles de Bornéo et de Sumatra. Et c’est la première espèce de grand singe découverte depuis presque un siècle.

L’équipe, qui a publié ses recherches dans le journal Current Biology, attire l’attention sur le fait que cette 3ème espèce ne compte que 800 individus, en faisant par conséquent une des espèces animales les plus menacées au monde. Lorsque les scientifiques ont fait des tests d’ADN, ils se sont rendus compte de la différence de ce groupe et se sont lancé dans de longues recherches afin de reconstruire leur évolution à partir de leur code génétique.

Ils sont ensuite arrivés à la conclusion que ces orangs-outans Tanapuli s’étaient séparés de leurs parents de Bornéo il y a 700 000 ans. Une autre de leurs particularités réside dans la façon qu’ont les mâles de communiquer, avec un cri assez fort, qu’on entend de très loin et qui les différencie des autres espèces.

Enfin, dernière pièce du puzzle, la forme de leur crâne qui présente des différences subtiles avec les deux autres espèces connues. « C’est très inquiétant de découvrir quelque chose de nouveau et d’immédiatement réaliser que nous devons concentrer rapidement tous nos effort avant de la perdre », a dit un scientifique de l’équipe.

 

Bali-Gazette (3 novembre 2017)

 

Lire aussi :

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Martina 26/01/2018 16:33

Chaque jour, nous sommes obligés de constater que les lobyistes détiennent le pouvoir entre autres grâce à nos responsables politiques et toujours le fric, le fric et une partie du peuple faisant preuve de débilité (exemple : vouloir faire une affaire avec des pots de Nutella). Tellement dur de réfléchir un peu pour pas mal de monde...

kimcat 25/01/2018 19:11

Merci pour ce bel article !

domi 25/01/2018 12:40

je reviens sur cet article à cause du mot braconnage que tu utilises : pour moi, braconner des orangs-outans c'est quasiment de l'assassinat !

Jpl 25/01/2018 11:59

Oui, je suis bien d’accord avec vous, c’est pathétique de voir cette nonchalance humaine alors que les infos et les preuves se multiplient pour nous dire qu’il est plus que temps d’agir. Pendant ce temps les lobbyistes, mais s’agit-il d’humains? continuent leurs travail de destruction...

domi 25/01/2018 11:03

oui Jean-Louis quelle tristesse quand des espèces peuvent disparaître avant même d'avoir été déterminées. Le problème c'est que cela doit être le cas de très nombreuses espèces petites et donc discrètes, mais qui participent de façon indispensable à la biodiversité. Continuons à tout faire pour la sauvegarder

Jean-Louis 25/01/2018 07:08

L’orang-outan, " l’homme de la forêt " en langue Penan, n'a décidément pas la vie facile et le Tapanuli n'échappe pas à cette maudite règle : le braconnage est intense et la destruction de l'habitat permanente et irrémédiable (même certaines zones pourtant classées en réserve naturelle disparaissent au profit des plantations d’huile de palme…) ! On tente, ici et là, de sauver les animaux blessés ou capturés mais, les lobbies industriels n’arrêtent pas leur marche infernale pour autant… Quelle tristesse !