Le (petit) miracle du jour…

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Revoilà le temps où les oiseaux se rapprochent ostensiblement des maisons ou, plus exactement des mangeoires que nous sommes nombreux à garnir copieusement à leur attention ! Avec Luc, nous avons fait quelques belles observations, bien à l’abri et dans la douce chaleur diffusée par la cheminée de son salon… Peut-on rêver un affût plus cosy ?

Photo : Luc Haettel (Cliquez pour agrandir)

Photo : Luc Haettel (Cliquez pour agrandir)

Le Gros-bec casse-noyaux

Difficile à observer et même à repérer en-dehors de la période hivernale, ce bel oiseau n’hésite pas à fréquenter les mangeoires et même à s’y installer à tel point qu’elle est souvent inaccessible aux autres passereaux ! Avec Luc, qui a réalisé cette sympathique « galerie de portraits » de notre oiseau du jour, nous avons pu l’observer tout à loisir !

Sa taille –il est plutôt massif et presqu’aussi grand qu’un étourneau- et ses couleurs font que le gros-bec est facilement identifiable même pour des néophytes en ornithologie ! Il fait partie de la famille des pinsons mais il est beaucoup plus timide et discret que d’autres, comme par exemple, le pinson des arbres…

Fréquentant de préférence les hautes cimes des arbres, farouche, il recherche tout naturellement les mangeoires situées en hauteur. Toutefois, comme le montre les photos de Luc, il lui arrive aussi d’évoluer au sol.

Le (petit) miracle du jour…
Le (petit) miracle du jour…Le (petit) miracle du jour…
Le (petit) miracle du jour…Le (petit) miracle du jour…
Le (petit) miracle du jour…

Mais, au fait, pourquoi casse-noyaux ?

Le gros-bec a une spécialité : il casse les noyaux très durs des fruits des rosacées pour en extraire l’amande comme les noyaux des cerises ou des cenelles (fruits de l’aubépine). Pour ces derniers, il doit souvent s’y prendre à plusieurs reprises pour casser la coque très dure, repositionnant le noyau dans son bec à chaque tentative. Quand l’amande est atteinte, il la fait tourner avec sa langue pour l’éplucher contre le bord tranchant de la mandibule inférieure (comme il le fait avec la pépite de tournesol) et il rejette aussi la peau qui entoure la graine. Cette étape est cruciale car ces graines renferment des substances toxiques concentrées dans cette écorce. Il procède de même avec les grosses graines dures des ifs elles aussi particulièrement toxiques…

Le (petit) miracle du jour…
Le (petit) miracle du jour…Le (petit) miracle du jour…
Le (petit) miracle du jour…Le (petit) miracle du jour…
Photos : Luc Haettel (Cliquez pour agrandir)
Photos : Luc Haettel (Cliquez pour agrandir)Photos : Luc Haettel (Cliquez pour agrandir)

Photos : Luc Haettel (Cliquez pour agrandir)

Publié dans Le miracle du matin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Une découverte pour moi, je ne connaissais pas cet oiseau, merci à vous.
Répondre
D
Pensez aux mangeoires, aux épluchures, etc...
Répondre
J
Pour les épluchures, c'est plutôt au compost qu'il convient de les mettre. Sauf pour celles des pommes et des poires dont les merles et autres grives se régalent...
S
Bravo à vous deux ! Les photos et les commentaires se complètent parfaitement... vous faites une belle « équipe » ! Merci pour ce nouveau partage.<br /> C’est vraiment sympathique ce blog !
Répondre
L
Content de cette belle observation et heureux de pouvoir partager ces images grâce à notre avec ami Jean Louis.
Répondre
J
...et merci à Luc bien sûr !
Répondre
S
La photo avec la mésange permet de donner une idée de la taille de la bête.
Répondre
S
Bon bec et pas casse-bonbon ce gros bec ! Merci pour ta plume et les photos !
Répondre
A
L’hiver dernier je n’en n’ai pas vu un seul à la mangeoire ! Cette année, il est également de retour chez moi (en Alsace Bossue) : serait-ce un signe annonciateur d’un hiver rude ? Les nombreux passages de vols de grues cendrées semblent le confirmer aussi ! <br /> <br /> Merci pour cette belle fiche que je conserve précieusement avec les autres !
Répondre
R
Bel oiseau et jolies photos ! Avec le chant en prime : mon petit-fils (6 ans) a adoré aussi...<br /> On en redemande !
Répondre
D
merveilleuse nature ; cet oiseau, qui sait éviter le poison des noyaux, en est un bel exemple
Répondre