Ségolène Royal autorise la chasse aux oies après la date de fermeture officielle !

Publié le par Jean-Louis Schmitt

En pleine période de froid, et à quelques jours seulement de la fin de la saison cynégétique, la Ministre Ségolène Royal a déclaré à l’Assemblée nationale le 25 janvier que les oies pourront être chassées… dix jours de plus après la fermeture du 31 janvier !

Oies cendrées (Anser anser) - Crédit photo : Aurélien Audevard

Oies cendrées (Anser anser) - Crédit photo : Aurélien Audevard

Alors que plusieurs pays européens ont déjà fermé la chasse, la France continue à chasser des oiseaux affaiblis et affamés dans de nombreux départements. Et ce, au mépris de la règlementation.

Cette invitation au non-respect du droit est également synonyme de mépris de la Cour Européenne de Justice qui poursuit déjà la France pour le braconnage constant des bruants ortolans !

Déni de justice, déni écologique

Pourtant les décisions des Ministres français de l'environnement d'autoriser la chasse aux oies après le 31 janvier sont annulées depuis près de 20 ans par le Conseil d'État. Le Commissaire Européen Vella a répondu clairement aux questions de Madame Royal par courrier en date du 13 mars 2015 que les conditions de dérogation prévues par la Directive Oiseaux pour chasser les oies au-delà de la période légale de chasse n’étaient pas réunies dès lors que les prélèvements s’effectueraient alors sur des populations en migration de retour vers les sites de nidification. Les études scientifiques confirment le début des migrations dès la fin de la deuxième décade de janvier.

Ce n’est pas un problème pour la Ministre française en charge de l’écologie qui a déclaré dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale ce mercredi 25 janvier que, compte tenu du fait qu’un arrêté de prorogation de la période de chasse serait illégal, elle donnera des consignes orales pour ne pas verbaliser les braconniers jusqu’au 10 février !

Madame Ségolène Royal cède une fois de plus au lobby cynégétique. Pourtant la période de chasse en France est la plus longue d’Europe (plus de 6,5 mois de l’année) et s’exerce sur le nombre d’espèces le plus élevé en Europe : 90 espèces dont 64 d’oiseaux, pour des prélèvements annuels de 25 à 30 millions d’oiseaux. À noter qu’une vingtaine d’espèces chassées souffrent d’un mauvais état de conservation, inscrites sur les listes rouges européennes voire mondiales pour deux d’entre elles.

Officialiser le braconnage n’est pas compatible avec un État de droit. C’est d’autant plus choquant lorsque l’État français prétend être exemplaire pour la conservation de la biodiversité au lendemain du premier conseil d’administration de l’Agence française pour la biodiversité. La LPO a introduit un recours indemnitaire contre le Ministère en charge de l’écologie en août 2015 auprès du tribunal administratif de Cergy-Pontoise, pour non-respect successif des décisions du Conseil d’État. Suite à cette nouvelle affaire, la LPO demande aux avocats spécialisés d’étudier la possibilité de poursuivre Madame Royal en responsabilité pénale, détachable de sa fonction ministérielle.

LPO (26 janvier 2017)

Publié dans Chasse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Gérard CHAROLLOIS 28/01/2017 06:08

Le chasseur, premier destructeur de la nature

La CONVENTION VIE ET NATURE dépose plainte auprès de la Commission Européenne pour violation, par la France, de la directive relative à la conservation des oiseaux.
Le mercredi 25 janvier, la ministre dite de l'écologie déclara qu'elle avait donné l'instruction de ne pas verbaliser les chasseurs d'oiseaux d'eau qui tireraient des oies entre le 31 janvier et le 10 février, nonobstant la fermeture officielle de cette chasse.
Ainsi, la funeste chasse ne se contente pas de dérogations multiples, Il lui faut des tolérances.
Chasser en temps prohibé, en l'absence d'arrêté d'ouverture, constitue une contravention de braconnage.
La ministre couvre le braconnage pour satisfaire les exigences d'un lobby chasse nocif, hermétique à toute nécessité de sauvegarder la faune.
Malgré le froid intense de ces dernières semaines, le chasseur français veut tuer de manière compulsive.
Pendant des années, ce lobby contre-nature tenta de falsifier les données ornithologiques pour proroger en février le tir des oiseaux migrateurs.
Les ministres successifs, bien peu soucieux de l'intérêt général, déférèrent aux injonctions du monde de la chasse et prirent des arrêtés autorisant ces
tirs.
Le conseil d'Etat dut annuler, durant plusieurs dizaines d'années consécutives, ces arrêtés contraires au droit européen interdisant la chasse "lors du trajet de retour des oiseaux migrateurs vers leurs lieux de nidification".
Faute de pouvoir couvrir le braconnage par des arrêtés nouveaux que le conseil d'Etat ne pourrait qu'annuler, le ministère use de la "tolérance" contre nos oiseaux.
Nous devons dénoncer cette imposture et arracher le masque menteur dont se pare la chasse française.
Elle est la première cause, à défaut d'être la seule, de la mort de la biodiversité.
Abolissons la mort-loisir.
Votons contre les politiciens irresponsables qui flattent les tueurs.

Martina 27/01/2017 15:37

Et chez les ECOLOS POLITIQUES OFFICIELS, silence radio ????
Le Canard Enchaîné ferait bien d'aller fouiller dans les affaires de notre Ségol Haine... Rien que faire une liste de toutes ses fautes graves faites en tant que ministre... Du boulot pour un vrai journaliste.
Il faut l'empêcher de nuire !!!!

Denis la Malice 27/01/2017 10:02

Question n° 1

- dans le chaos ambiant un ministre n'a pas mieux à faire que de permettre de chasser plus ?

Question n° 2

- à quoi bon empiler des lois sur des lois pour les violer à tour de bras au plus haut niveau de l’État ?

Question n° 3

- pourquoi alors qu'on les connait continue-t-on à voter pour ces voyous ?

Question n° 4

- un ministre cède aux chasseurs alors pourquoi le nommer pour représenter et défendre le plus grand nombre ?

Question n° 5

- pourquoi députés, sénateurs, ministres, hauts fonctionnaires de ce pays sont-ils rarement pénalement responsables ?


QUEL QUE SOIT LE THÈME ABORDE, MÊMES PROBLÈMES MÊMES CAUSES : LE COMPORTEMENT DES ÉLUS !

Jean-Louis 27/01/2017 07:56

"Ministre de l'Environnement..." en voilà une qui roule ouvertement et systématiquement POUR les chasseurs et CONTRE l'environnement ! Si ces décisions débiles ne surprennent plus guère -on s'habitue à ses frasques stupides...- il n'empêche qu'il faut s'en inquiéter et s'en indigner publiquement le plus possible !
Il faut que les oreilles de Royal sifflent : crions par conséquent notre saine et légitime colère !

Jpl 27/01/2017 07:42

Une fois de plus, l'on constate la nomination à l'écologie d'une personne totalement à l'opposé de l'intérêt de la planète donc de nous autres simples humains. À classer dans la catégorie des nuisibles!