RHÂÂ, Gotlib est mort !

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Génial créateur, dessinateur virtuose et révolutionnaire, il avait donné un sérieux coup de pied aux fesses de la BD franco-belge. Marcel Gotlib vient de mourir, à l'âge de 82 ans.

Marcel Gotlib a révolutionné la bande dessinée et laisse des lecteurs orphelins © Maxppp / Pierre Augros

Marcel Gotlib a révolutionné la bande dessinée et laisse des lecteurs orphelins © Maxppp / Pierre Augros

Ah ça, il nous en aura fait voir jusqu'au bout. Non content d'avoir bousculé l'univers de la bande dessinée, avec son regard mordant, son talent de caricaturiste et son irrespect le plus total pour les règles de ce noble art, voilà que Gotlib casse sa pipe un dimanche, sans prévenir, comme un ultime pied de nez à ceux qui aiment que les choses soient bien organisées.

ÉCOUTEZ | En 2014, Gotlib était venu parler de sa vie sur France Inter

Rhââ Lovely, Gai-Luron, Pervers Pépère, Hamster Jovial, les Dingodossiers, Rubrique-à-Brac... 

Autant de titres que les jeunes des années 70 (mais aussi leurs parents un peu tordus, leurs enfants dépravés et leurs petits-enfants pervers) ont dévoré, parfois en cachette, parfois au vu et au su de tous. Il faut dire que Gotlib n'y allait pas avec le dos de la cuillère : on trouvait chez lui aussi bien le jeu de mot d'une exquise finesse, le rebondissement absurde à la limite du british que la réjouissante scatologie, le nichon libéré ou le gros mot bien placé. Gotlib était inclassable, unique, inimitable (et ce n'est pas faute d'en avoir vu essayer) : c'est la marque des génies.

"Le répétez pas, mais y'a rien qui me fasse plus marrer que la scatologie"

Juste histoire de le faire râler depuis là-haut, quelques éléments de biographie un peu plus sérieux : né Marcel Gottlieb en 1934, il entre au journal Pilote en 1965 avec la bénédiction du rédacteur en chef de l'époque, René Goscinny. Les deux hommes travaillent de concert sur "Les Dingodossiers", avant que Gotlib ne décide de voler de ses propres ailes en créant "Rubrique-à-brac", une petite révolution qui casse, encore un peu plus, les codes traditionnels.

En 1975, un 1er avril (évidemment), il fonde son propre journal, Fluide Glacial, "magazine d'Umour et Bandessinées", après avoir déjà participé en 1972 à la création de l'Écho des Savanes. Il se fâche un peu (beaucoup, passionnément même) avec son mentor Goscinny, au passage. La légende veut que ce dernier, à qui Gotlib avait envoyé le premier numéro de "L'Écho", lui aurait réservé un accueil glacial. Qu'importe, Gotlib persiste et signe. Il en profite pour aller chatouiller Orson Welles et le monde du cinéma avec le bouleversant "Les vécés étaient fermés de l'intérieur", de Patrice Leconte, dont il coécrit le scénario.

En 1986, il publie son dernier album, "La bataille navale ou Gai-Luron en slip". Tout un programme, là encore.

Depuis, on ne cessait de lui rendre hommage en se disant qu'avec un peu de chance, ça l'obligerait à rester encore un peu pour continuer à nous raconter ses histoires plus ou moins salaces, avec cette voix inimitable où l'on percevait toujours un rictus bienveillant. Un astéroïde porte son nom. Georges Perec lui avait consacré un texte. Il a eu une rétrospective à Saint-Malo en 2013, une exposition au musée d'art et d'histoire du judaïsme, aussi. À croire que ça ne suffisait pas. Sa sempiternelle coccinelle est orpheline, et quiconque a déjà fait une bêtise étant enfant aussi.

France Inter (4 décembre 2016)

RHÂÂ, Gotlib est mort !
RHÂÂ, Gotlib est mort !

Disparition - Le père de Gai-Luron est mort à 82 ans

Gotlib, l’anti-héros de la BD

Gotlib, l’auteur de BD, père de Gai-Luron, de Superdupont et de Pervers Pépère, est décédé hier.

Gotlib est décédé hier à son domicile dans les Yvelines. Photo AFP

Gotlib est décédé hier à son domicile dans les Yvelines. Photo AFP

Le dessinateur de BD Gotlib, de son vrai nom Marcel Gottlieb, 82 ans, « est décédé brutalement à son domicile dans les Yvelines », a annoncé hier son éditeur, Dargaud. « Les millions de lecteurs ayant appris à rire dans les pages de la « Rubrique-à- brac », des « Dingodossiers » ou de « Gai-Luron » perdent un humoriste fascinant, un dessinateur virtuose, un touche-à-tout iconoclaste et un ami cher qui parvenait à provoquer le rire à la moindre de ses pages », a ajouté l’éditeur.

L’Echo des savanes et Fluide glacial

Né le 14 juillet 1934 à Paris de parents juifs hongrois, victimes de la Shoah, il débute dans la bande dessinée en 1962, après une formation en arts appliqués. Durant ses premières années, dans les pages du magazine Vaillant, il crée son personnage le plus célèbre, le chien Gai-Luron.

En 1965, il réalise son rêve en publiant ses dessins dans la revue Pilote, en collaboration avec René Goscinny, qui écrit les scénarios des Dingodossiers. Il obtient un succès plus large encore avec la chronique mythique : « Rubrique-à-brac », en 1968.

Son style reconnaissable entre mille est parsemé de lubies comme la coccinelle musicienne qu’il griffonne partout, Newton et l’aventure de la pomme qui lui fait découvrir la gravité, et son autoportrait, vêtu de son habituel duffle-coat.

Pour aborder les sujets les plus tendancieux en toute quiétude, il participe au lancement de l’Echo des savanes, dans lequel il est question de sexe, de religions, et toutes sortes de thèmes réservés aux adultes. En même temps, il dessine les aventures de son anti-héros franchouillard à souhait, Superdupont. La galerie de personnages de Gotlib se complète en 1975 avec Pervers Pépère, vieux satyre à l’imagination débordante, dont les trucs et astuces pour contenter ses mœurs sont contés dans le journal culte Fluide glacial, qu’il crée la même année.

« Marcel Gotlib était un génie, un maître, un ami, et c’est bien la première fois qu’il ne nous fait pas rire », a commenté la maison d’édition Dargaud hier. Le magazine Fluide glacial s’est fendu d’un message on ne peut plus « gotlibien » sur Facebook : « Argh ! Bloody Sunday ! Merde et remerde : Gotlib est mort. »

DNA-05/12/2016 

RHÂÂ, Gotlib est mort !

Gotlib reste le Dieu de l’humour

Yan Lindingre Rédacteur en chef de Fluide glacial, originaire de Metz (Moselle)

Photo DR

Photo DR

Quelle a été votre réaction à l’annonce de la mort de Gotlib, père fondateur de Fluide glacial ?

« Je suis sonné. On savait qu’il n’allait pas bien. Il n’était pas en grande forme depuis longtemps. On se faisait beaucoup de souci. On a eu plusieurs moments d’alerte. Mais il me semblait qu’il allait mieux. La dernière fois que je l’ai vu, c’était il y a une petite année pour un roman-photo. Il jouait un grand-père. On avait ramené une carabine. Il nous flinguait à travers une porte. On s’est bien marrés. Je me souviens qu’entre deux photos, il enlevait ses tuyaux. Puis, dès qu’on avait fini, il les remettait… Il était plein d’autodérision. Depuis, on s’appelait ou on échangeait par mail. »

Quel héritage laisse-t-il, selon vous ?

« Gotlib, c’était le chef de la bande ! La BD d’humour a toujours été considérée comme un art mineur, regardé avec mépris. Mais lui, il a réussi, par son énorme travail, à imposer le respect. Je ne connais pas une personne qui n’aime pas Gotlib. Il est né avec une histoire terrible : c’était un enfant caché, il a perdu son père… Une histoire qu’il est parvenu à dépasser avec l’humour. C’était quelqu’un de très cultivé. L’amplitude de son humour était très large : il pouvait passer du « pipi-caca » à une grande finesse. C’était un être surpuissant et sur-humaniste. Il reste le Dieu de l’humour ! »

Quel hommage Fluide va-t-il lui rendre ?

« Un hommage va lui être rendu, c’est certain. Le contraire n’est pas admissible. Nous allons voir ce lundi ce que nous allons faire pour le numéro de janvier de Fluide. Nous allons recevoir plein de messages. Il y aura certainement un numéro spécial, on va voir. Par ailleurs, on avait prévu de l’interviewer pour un hors-série sur les pionniers de la bande dessinée. Ce numéro doit paraître fin 2017. »

Propos recueillis par Mickaël Demeaux (05/12/2016)

RHÂÂ, Gotlib est mort !

Bio express

Voici les grandes dates du dessinateur de BD, Marcel Gotlib, décédé hier à l’âge de 82 ans :

  • 14 juillet 1934 : naissance à Paris.
  • 1942 : son père, juif, est arrêté et déporté.
  • 1962 : entre au journal Vaillant où il crée les personnages de Nanar et Jujube, puis de Gai-Luron.
  • 1965 : entre à Pilote, où il crée (avec René Goscinny), les Dingodossiers, puis la Rubrique-à-brac, révolution dans la BD comique.
  • 1972 : lance L’Echo des savanes (avec Mandryka et Claire Bretécher).
  • 1975 : lance son propre journal, Fluide glacial.
  • 1986 : sortie de son dernier album, « La Bataille navale ou Gai-Luron en slip ».
  • 1991 : Grand prix du Festival d’Angoulême.
  • 1993 : publie son autobiographie : « J’existe, je me suis rencontré ».
  • 2013 : rétrospective de son œuvre à Saint-Malo.

DNA-05/12/2016

RHÂÂ, Gotlib est mort !
RHÂÂ, Gotlib est mort !

Publié dans Disparition

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article