Ici, ailleurs... Escapade dans les Vosges (2)

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Du Lac du Fischboedle à Mittlach

Ici, ailleurs... Escapade dans les Vosges (2)
Spirée à feuilles de saule (Spiraea salicifolia)

Spirée à feuilles de saule (Spiraea salicifolia)

Ici, ailleurs... Escapade dans les Vosges (2)
Ici, ailleurs... Escapade dans les Vosges (2)
Ici, ailleurs... Escapade dans les Vosges (2)
Ici, ailleurs... Escapade dans les Vosges (2)
Ici, ailleurs... Escapade dans les Vosges (2)
Ici, ailleurs... Escapade dans les Vosges (2)
Ici, ailleurs... Escapade dans les Vosges (2)
Arnica des montagnes (Arnica montana)
Arnica des montagnes (Arnica montana) Arnica des montagnes (Arnica montana)

Arnica des montagnes (Arnica montana)

L’Arnica des montagnes, ou Arnica (Arnica montana L., 1753), est une espèce de plantes herbacées vivace rhizomateuse du genre Arnica et de la famille des Asteraceae. Cette plante européenne principalement montagnarde est typique des sols acides et pauvres en éléments nutritifs.

Ses populations, fortement malmenées par l'agriculture intensive, deviennent de plus en plus rares. Cette situation lui vaut d'ailleurs d'être nommée dans de nombreux textes de loi la protégeant et particulièrement dans la Directive habitats européenne.

Plante vivace de 20 à 40 cm, à rosette, l'Arnica des montagnes fleurit entre mai et août selon les étages de végétation. Elle est pollinisée par les insectes et ses graines sont dispersées par le vent1.

Toute la plante est de couleur vert pâle et couverte de poils glanduleux très odorants (trichomes). Cette plante est facilement reconnaissable d'une part grâce à ses feuilles basilaires sessiles, ovales et à nervures longitudinales saillantes en dessous ; l'ensemble des rosettes forme couramment des plaques compactes.

D'autre part, elle s'identifie aisément grâce à sa hampe florale de 20 à 40 cm munie de 2 petites feuilles caulinaires opposées ou sub-opposées. Ses capitules jaune-orangé sont assez grands (6-8 cm) et solitaires (ou réunis par 3 ou 4), dégageant une forte odeur aromatique caractéristique.

Ici, ailleurs... Escapade dans les Vosges (2)Ici, ailleurs... Escapade dans les Vosges (2)

La Pensée sauvage ou Pensée tricolore (Viola tricolor) est une espèce de plantes herbacées, commune dans toute l'Europe, de la famille des Violaceae. Elle est recherchée pour la délicatesse de sa fleur.

C'est l'ancêtre de la pensée cultivée. Le terme de pensée est antérieur au début de la culture des pensées. C'était une dénomination alternative, qui renvoyait à la signification symbolique de la violette, d’après le langage des fleurs.

Ici, ailleurs... Escapade dans les Vosges (2)
Ici, ailleurs... Escapade dans les Vosges (2)

La gentiane jaune (Gentiana lutea) encore appelée grande gentiane est une plante de la famille des Gentianacées présente dans divers massifs montagneux européens, dont les Alpes, le Massif central, le Jura, lesPyrénées et les Vosges. Observée en 2013 dans les hautes Ardennes belges.

La gentiane jaune est aussi appelée gentiane officinale, jouvansanne, quinquina d'Europe, quinquina des pauvres, lève-toi-et-marche, jansonna, bananier des Alpes et quinquina indigène. Grande herbe robuste et vivace, elle peut vivre 50 ans et met 10 ans pour fleurir la première fois.

Les feuilles sont opposées et nervurées. Elles sont pétiolées à la base et sessiles embrassantes sur la tige. Les grandes fleurs jaunes sont serrées à la base des feuilles supérieures. La corolle est divisée en 5 à 9 lobes presque jusqu'à la base.

Elle est parfois confondue avec le vérâtre blanc (ou hellébore blanc), qui est violemment toxique, mais dont les fleurs sont blanches et les feuilles alternées, alors que les fleurs de la gentiane sont jaunes et les feuilles opposées.

Ici, ailleurs... Escapade dans les Vosges (2)
Ici, ailleurs... Escapade dans les Vosges (2)
Ici, ailleurs... Escapade dans les Vosges (2)
Ici, ailleurs... Escapade dans les Vosges (2)
Ici, ailleurs... Escapade dans les Vosges (2)
Ici, ailleurs... Escapade dans les Vosges (2)
Ici, ailleurs... Escapade dans les Vosges (2)
Ici, ailleurs... Escapade dans les Vosges (2)
Ici, ailleurs... Escapade dans les Vosges (2)
Ici, ailleurs... Escapade dans les Vosges (2)
Ici, ailleurs... Escapade dans les Vosges (2)
Ici, ailleurs... Escapade dans les Vosges (2)
Ici, ailleurs... Escapade dans les Vosges (2)
Ici, ailleurs... Escapade dans les Vosges (2)
Ici, ailleurs... Escapade dans les Vosges (2)
Ici, ailleurs... Escapade dans les Vosges (2)
Ici, ailleurs... Escapade dans les Vosges (2)
Ici, ailleurs... Escapade dans les Vosges (2)
Ici, ailleurs... Escapade dans les Vosges (2)
Ici, ailleurs... Escapade dans les Vosges (2)Ici, ailleurs... Escapade dans les Vosges (2)
Ici, ailleurs... Escapade dans les Vosges (2)

La Platanthère à deux feuilles (Platanthera bifolia), encore appelée Orchis à deux feuilles, est une orchidée terrestre européenne. Elle fréquente aussi bien les pelouses que les forêts de feuillus, conifères ou mixtes, de l'étage collinéen jusqu'à 2000 mètres.

Photos : Jean-Louis SchmittPhotos : Jean-Louis Schmitt
Photos : Jean-Louis Schmitt

Photos : Jean-Louis Schmitt

A suivre...

Publié dans Balades

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Ah quelle joie vous me faites Jean-Louis, alors qu'incapable de retrouver mes chères Vosges depuis bientôt 2 ans, j'en ai un grand besoin , vous éveillez des souvenirs, en particulier, celui d'une "aventure" depuis la ferme-auberge Firstmiss où la voiture était garée, marche vers celle de Kastelberg, pause gourmande; nous décidons de descendre jusqu'au,lac de Fischboedle; la descente super mais il fallait bien remonter; moi qui m'essouffle facilement à la montée; j'ai un peu oublié, nous avons dû vouloir couper car notre fille de 16 ans alors, est partie loin devant, ne la voyant plus mon mari a essayé de la rattraper de peur d'éventuelles mauvaises rencontres, et je me suis retrouvée seule dans un petit éboulis où je devais m'accrocher aux racines pour grimper......de sales moments qui font de beaux souvenirs....nous avons retrouvé notre fille arrivée à Firstmiss bien avant nous......épuisés<br /> J'ai bien sûr reconnu les digitales ( "des digitales de pourpre à longs calices" dixit A. Daudet ) les pensées sauvages, les gentianes jaunes mais vous m'apprenez les noms d'autres que je n'aurais su nommer; je me rappelle un autre jour parmi un vrai champ d'anémones sauvages, je ne suis plus sûre sans doute pas loin du Hohneck, aux environs de 1200m d'altitude<br /> J'ai bien reconnu sur vos photos le grand et le petit Hohneck, en ai-je souvent guetté les pentes rocailleuses afin de voir des chamois mais en vain<br /> La seule fois où j'en ai vu, c'était en fin de soirée sur la pente du Hohneck face aux Trois Fours, là encore une ferme-Auberge (découverte par hasard avec les enfants alors que nous avions coupé à travers bois pour quitter le terrible Sentier de Roches) , nous en raffolons, notre préférée étant celle du Lac des Truites où nous nous rendons souvent à pied depuis Hauttes huttes au-dessus d' Orbey); les chamois, deux, je me suis trouvée presque nez à nez avec eux, j'étais seule, mon mari attendait à la ferme -auberge, plus personne sur les sentiers et je n'avais pas fait de bruit<br /> Ils se sont enfuis bien sûr , une apparition merveilleuse pour moi<br /> Si, nous en avons vu un, une autre fois, bizarre, il était seul dans un sous-bois sur le chemin qui mène de la route Bussang Thann à la ferme-auberge (encore!) du Drumont; je me demande s'il n'était pas égaré mais les gens du coin le connaissaient depuis un moment, se peut-il qu'un individu soit chassé par le groupe, cela me décevrait énormément<br /> <br /> Dès que nous aurons pu trouver le moyen de faire venir vivre chez nous notre fils afin que notre chien adoré (un ex abandonné) reste dans son cocon habituel, nous reprendrons nos bâtons, même si les marches seront désormais courtes et lentes....et les pauses aux fermes-auberges plus longues<br /> Et je chercherai les fleurs que vous avez photographiées<br /> Les pensées il y en a beaucoup au-dessus de Hautes Huttes à la croisée des chemins lac des Truites et col du Wettstein (pas loin du Linge de terrible mémoire)<br /> Un grand merci à vous pour avoir fait fort opportunément remonter ces souvenirs
Répondre