Linky : le débat avant le débat

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Linky : le débat avant le débat

Le conseil municipal de Strasbourg a pris des allures surréalistes, lundi en fin d’après-midi, avec l’examen d’une motion au sujet des compteurs Linky. Ces nouveaux outils communicants, en phase de déploiement dans tous les foyers français, devraient être installés à Strasbourg à l’horizon 2019. Proposé en début de séance par le groupe des élus écologistes et citoyens, le texte - qui préconise un débat public - a été revu durant la séance.

Co-président du groupe écologiste, Jean Werlen a défendu la nécessité d’organiser un tel débat, faisant part de « quelques suspicions sur la crédibilité d’un tel investissement. » D’autant, insiste-t-il, que « les expérimentations réalisées n’ont pas prouvé des économies d’énergie. »

Le débat est vif entre des usagers qui craignent les ondes émises par ce compteur dit « intelligent » ou les atteintes à la vie privée. Ces ondes transportent les infos sur la consommation et les anomalies éventuelles.

Ondes dangereusesou pas ?

Résultat : la motion strasbourgeoise - amendée par les différents groupes politiques - reprend les inquiétudes exprimées par « des citoyens » qui l’ont fait connaître « par voie de pétitions, de courrier ou de presse ». Interpellations qui concernent « notamment la protection de la vie privée, les risques éventuels liés aux ondes électromagnétiques, le coût de ce dispositif et plus largement son efficacité pour la transition énergétique ».

La motion en question conclut que « la Ville de Strasbourg, soucieuse de la bonne information de ses habitants et attachée au débat démocratique, s’engage à permettre la tenue d’un débat citoyen qui permettra l’expression de l’ensemble des avis. »

Scepticisme de rigueur

« Il faut savoir ce que l’on veut », a réagi, en levant les yeux au ciel, Eric Senet , conseiller d’opposition qui rappelle que « la décision d’installation de nouveaux compteurs est d’ores et déjà actée. » Rejoint par Thomas Rémond (MoDem) qui « ne comprend pas l‘intérêt d’une telle motion » : « Si l’on veut faire un débat, qu’on l’organise… »

À son tour, Fabienne Keller (LR) s’étonne que l’« on discute d’une motion qui va nous permettre de travailler… ». Elle relève que « généralement, une motion revêt un caractère solennel », ce qui n’est pas adapté au cas présent, et demande par conséquent à ses collègues écologistes de la retirer.

L’adjoint Paul Meyer (PS) se montre partisan d’une « transparence sur cette question » et préconise un débat « sans instrumentalisation politique ».

François Loos (UDI) soulève d’autres interrogations d’ordre économique et annonce qu’il soutiendra la motion.

Une demi-heure plus tard, le mot de la fin revient au maire Roland Ries : « Il semble qu’il existe un accord entre nous pour tenir un tel débat. » Puis s’adressant à Jean Werlen : « Nous attendons vos propositions pour l’organisation d’un débat. » Renvoyant la balle dans le camp d’Europe Écologie/Les Verts…

Dominique Duwig (01/06/2016)

Publié dans Linky

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article