L’envol des buses

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Pour la fête de la nature, le Gorna a relâché deux buses variables après les avoir soignées. PHOTO Franck TRICAULT

Pour la fête de la nature, le Gorna a relâché deux buses variables après les avoir soignées. PHOTO Franck TRICAULT

À l’occasion de la fête de la nature organisée par la Ville de Neuwiller-lès-Saverne et le GORNA (Groupement Ornithologique du Refuge Nord Alsace), deux buses ont été relâchées après avoir été soignées.

Guy Marchive, directeur du GORNA, a tenu à apporter des précisions quant à leur comportement agressif envers l’homme, comme par exemple l’attaque d’un joggeur à Bernardswiller (DNA du 17 mai).

« Les buses ne sont pas agressives naturellement. Celles qui le sont, ont été en contact rapproché avec l’homme auquel elle s’identifie », argumente-t-il. C’est le cas des buses récupérées par des particuliers, « des cas plus nombreux qu’on n’imagine. » Elles sont alors « apprivoisées » puis relâchées.

« Il ne faut jamais garder un animal sauvage chez soi, il faut le ramener au plus vite dans un centre de soins où il est placé dans un boxe d’isolement. Un animal trop proche de l’homme est “handicapé” définitivement et ne peut plus vivre dans la nature, au risque d’attaquer les humains qu’il prend pour ses congénères et avec qui il se bat pour garder son territoire. »

DNA-S.G. 24/05/2016

Publié dans Centre de soins

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Jpl 24/05/2016 23:33

Pour la région parisienne, les animaux trouvés ou blessés peuvent être apportés au sedaf à l'école vétérinaire de Maisons Alfort, association qui , après les avoir soignés, les relâche en milieu naturel et ceci quelque soit l'animal.
Ceci étant, ces rapaces planeurs m'ont toujours émerveillé mais Jean Louis me demande de dessiner des coucous!

Jpl 25/05/2016 12:43

"Chouette" (je les adore aussi) ça a marché!

Jean-Louis 25/05/2016 06:18

Eh oui : c'est dur la vie d'artiste ! On ne fait pas ce qu'on veut et les "clients" ont parfois des demandes bizarroïdes.
Bon, mon cher JPL, on ne va pas te brimer davantage : prochainement on te demandera un joli rapace mais... chut : c'est encore un secret !
A bientôt donc.