Pourquoi des abattoirs ont dérapé?

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Cadences de travail, problèmes liés à l’abattage rituel, formation insuffisante : la commission parlementaire sur les abattoirs tente de comprendre ce qui a pu conduire aux scandales de mauvais traitements d’animaux révélés par des vidéos terrifiantes.

Pourquoi des abattoirs ont dérapé?

Mercredi les responsables de l’association de défense des animaux L214 ont été entendus, avant, hier matin, les directeurs des abattoirs publics d’Alès (Gard), du Vigan (Gard) et de Mauléon-Licharre (Pyrénées-Atlantique), ainsi que les élus locaux.

Le maire d’Alès Max Roustan (LR) a soulevé le problème de l’abattage « rituel », qui représente 50 % de l’activité de l’abattoir municipal – le seul sur les trois incriminés à pratiquer cette procédure. Selon lui, la vidéo de L214 montrait uniquement des animaux abattus de manière « rituelle », sans étourdissement préalable, afin de pouvoir être saignés. « Il y a une manière de fonctionner spéciale.

Il appartient au législateur de décider si on peut abattre ou pas de cette manière-là ».

Le système global est visé, pas les salariés des abattoirs

L214 s’est interrogée sur le rythme de travail imposé aux employés de ces établissements. « Peut-on tuer à la cadence d’un milliard d’animaux par an en respectant les règles ? À ce rythme, on est loin de cas de maltraitance individuels ou d’un employé déficient, c’est une question structurelle », a estimé le président de l’association Antoine Comiti.

« Les salariés ont été des boucs émissaires faciles », renchérit la porte-parole Brigitte Gothière, citant l’abattoir de Mauléon, dernier scandale en date avec d’insoutenables images de moutons brutalisés. Des accusations rejetées par les responsables des abattoirs incriminés, qui mettent en avant leur taille modeste et leur statut public.

Dans celui de Mauléon-Licharre, certifié bio, Gérard Clemente estime que la vidéosurveillance constitue la « seule réponse ». Les images de L214 montraient un agneau écartelé encore vivant.

Publié dans Bidoche

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Les abattoirs sont cautionnés par tous les consommateurs de viande et produits animaux. Ils sont en partie responsables des conditions de travail des ouvriers de ces abattoirs.<br /> Les abattoirs ont été inventés fin XIXè pour des questions de salubrité (les abattages en ville commençaient à poser de sérieux problèmes d'hygiène) et aussi pour éloigner de la vue des habitants ces scènes sanglantes qui, disait-on, attisaient la violence entre humains !!!!<br /> Un responsable de la com. d'un abattoir a clairement reconnu que si l'on montrait ce qui se passe réellement, la plupart des gens ne mangeraient plus de viande !<br /> Sur la question de l'abattage "rituel", il y aurait pas mal de choses à dire...en fait, dans les religions la consommation de viande est "tolérée" pour des raisons de nécessité... Elle suppose tout de même le respect de l'animal et une pensée reconnaissante pour le Créateur et le sacrifice qu'il autorise... là on en est très , très loin !<br /> J'ai entendu un imam expliquer que normalement, dans une situation de nécessité, si on pense devoir tuer un animal pour se nourrir (pas pour festoyer) il fallait prier et demander à l'animal choisi son accord... celui-ci devrait être devant vous, non entravé... s'il reste immobile et calme à votre approche armé du couteau, c'est qu'il consent a se sacrifier pour votre survie... sinon il se sauve et vous ne devez pas lui courir derrière. Tout le monde admettra que nous sommes bien loin de cette situation dans les abattoirs et même dans les pays musulmans (la maltraitance et violence envers les animaux est assez courante d'après ce que j'ai vu lors de mes nombreux voyages...)<br /> Quant à nos pays "chrétiens", je ne comprends pas comment on peut tolérer, voire trouver normal, le massacre inutile de 3 millions d'animaux chaque jour (en France). Cette situation morale a un nom, c'est de la "dissonance cognitive", on met la tête sous le sable et on dit qu'il ne se passe rien...<br /> Pourtant, c'est tellement simple et bon de manger végétal, tout le monde y gagne en terme de santé et de bonne conscience d'agir de façon plus éthique.
Répondre