Un monde sans viande

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Un monde sans viande

En 2050, il y aura au moins neuf milliards de bouches à nourrir. Avec l'augmentation de leur niveau de vie, des pays comme l'Inde et la Chine vont consommer de plus en plus de viande. Ce qui signifie qu'il faudra en produire au moins deux fois plus pour satisfaire la demande mondiale. Or la planète est déjà proche de la saturation.

L'élevage monopolise déjà 30% des terres habitables et absorbe 70% des ressources en eau. Pour nourrir ce bétail, la monoculture de soja OGM, avec son cortège de pesticides et de déforestation, dévaste l'Amérique du Sud.

Nombreux sont ceux qui appellent donc à un changement radical dans l'alimentation humaine.

Diffusé sur France 5 le mardi 16 février 2016 à 20:45 - Durée : 50 min.

Publié dans Bidoche

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
En première "projection" ce film m'a profondément agacé, il faudra que je le revoie en détail et à tête reposée.<br /> <br /> Il mélange tout.<br /> - en 2050 nous serons 2.5 milliards de plus, une solution simple et immédiate existe, cessons de nous multiplier comme des lapins, la contraception existe n'en déplaise à ceux qui pensent conquérir la planète grâce aux ventres de leurs femmes (j'aimerais revenir dans 50 ans pour voir comment ils alimenteront le produit de leurs copulations forcenées et militantes).<br /> - Remplacer la viande par du soja, les rayons des épiceries "vertes" regorgent depuis un quart de siècle de sous-produits de cette plante devenue entre-temps transgénique ...<br /> - Se rendre en Hollande pour y recueillir les bons plans de malbouffe du futur : quelle blague quand on sait combien ce pays contribue aux tripatouillages agronomiques sous serres !<br /> - Quant à notre petit « Docteur Oetker » national et ses ersatz en éprouvettes, je préfère ne rien en dire mais, je n’en pense pas moins…<br /> <br /> Préoccupation : "faire passer" des épinards en leur donnant le goût du carambar, presser des galettes au goût de viande… A quand d’appétissantes bouses de vache à la pistache ou à la pêche ?<br /> Franchement, dans le bordel ambiant, entre les marées noires, le gaz de schiste, les pesticides, déchets nucléaires… je crains qu'une fois de plus il ne nous faille choisir entre la peste et le choléra.<br /> Il est bien tard pour choisir non plus notre qualité de vie mais la cause de notre mort…<br /> <br /> Dans l'océan des méfaits quotidiens qui sont commis par les rapaces (pas les oiseaux, les autres, les nuisibles…) de la Bourse et l'incurie de leurs complices "démocratiquement élus", je crains que nous ne soyons morts avant de ressentir le moindre coup de blues à l'idée de ne plus avoir de viande à bâfrer !<br /> <br /> Quant à dénoncer les habitants de la Chine ou de l'Inde, futurs carnivores, et artisans de la fin du monde : je vous rassure, ils nous auront liquidé financièrement, industriellement, démographiquement bien avant qu'il nous faille partager avec eux notre steak quotidien…<br /> <br /> Amen
Répondre
C
Bien dit Jean Louis......
Répondre
J
C’est agaçant ce besoin de fabriquer et de proposer toujours davantage de produits sans viande mais aux allures à s’y tromper de chair ou de charcuterie ! De deux choses l’une : soit on est consommateur de produits carnés et, dans ce cas, on l’assume sans en rougir ni se cacher ! Soit, pour des raisons éthiques et/ou environnementales, on refuse la consommation de produits animaux et, dans ce cas, nul besoin d’ersatz parfois ridicules. <br /> Malheureusement, business et marketing ont encore flairé là un filon juteux et s’y engouffre avec délice ce qui aboutit inévitablement à des outrances de ce type : produire une fausse pièce de viande, ressemblant à s’y méprendre et ce jusqu’à la texture à la vraie… Personnellement : je ne veux surtout rien dans mon assiette qui pourrait me rappeler que ce sont des milliards d’animaux qui sont sacrifiés pour finir en steaks, en saucisses, en rôtis…! <br /> Autre problème de taille : ce recours massif au soja –d’abord pour nourrir «notre » bétail et maintenant et de plus en plus, comme le montre ce documentaire, pour fabriquer des produits de substitution à l’attention d’une catégorie de végé et de végan-… Le soja, décidément, pollue non seulement le débat mais, surtout, la planète et ce de façon mortifère ! <br /> Les consommateurs manquent-ils à ce point d’imagination pour réaliser des repas équilibrés avec des produits du terroir et… locaux ? <br /> L’exemple du « Café Pinson » rappelle fort heureusement cet aspect crucial de notre alimentation et constitue un bon épilogue à un sujet dont on n’a pas fini de parler puisque, c’est une évidence incontestable, pour des raisons non seulement éthiques mais surtout écologiques : il faudra bien que la production et la consommation de viande diminue de manière considérable… <br /> Pour l’heure, on ne semble malheureusement toujours pas en prendre le chemin !
Répondre