Linky, une erreur stratégique ? (2)

Publié le par Jean-Louis Schmitt

A la suite de ses homologues européens et après une expérimentation menée auprès de 300 000 foyers en 2010 et 2011, ERDF va généraliser le déploiement de la nouvelle génération de compteurs électriques Linky sur toute la France, moins les ELD (Entreprises Locales de Distribution), pour équiper 35 millions de foyers d’ici 2020. Face à ce projet industriel ambitieux, de nombreuses voix s’élèvent pour critiquer un dispositif qui ne tient pas ses promesses (voir également ici, l’article précédent sur le même sujet).

L'ancien et le nouveau compteur

L'ancien et le nouveau compteur

Un projet mal préparé

Transmettre en temps réel aux fournisseurs les relevés de consommation des ménages pour aider ces derniers à mieux maîtriser leur consommation d’électricité, tel est l’objectif affiché du compteur intelligent Linky. Cependant, les nombreuses difficultés rencontrées dans sa mise en œuvre décrédibilisent ce projet mal engagé de modernisation des compteurs électriques.

Ainsi, initialement estimé à 4,3 milliards d’euros, le budget du déploiement de la nouvelle génération de compteurs Linky a finalement été réévalué à la hausse par le gouvernement qui a annoncé en juillet 2013 que pas moins de 7,5 milliards d’euros seraient finalement consacrés à la mise en place de ces 35 millions de compteurs intelligents ! Ces problèmes de financement ont par ailleurs retardé de plus de trois ans le calendrier prévisionnel d’installation des nouveaux compteurs électriques. Un dérapage de coûts et de délais qui n’est pas sans rappeler le chantier de l’EPR de Flamanville…

Une facture finalement salée pour le consommateur

Malgré les promesses d’une consommation mieux maîtrisée pour réduire tout à la fois sa facture d’électricité et son empreinte environnementale, les coûts annoncés de ces nouveaux compteurs font craindre une nouvelle augmentation de la facture d’électricité pour le consommateur.L’Etat s’est certes engagé à ce qu’ERDF supporte seul le coût de financement de ce nouveau dispositif par les gains de productivité du gestionnaire de réseau dans les 20 prochaines années. Mais si le retour sur investissement de Linky ne tient pas ses promesses, la Commission de régulation de l’énergie (CRE) risque d’accepter d’augmenter les taxes perçues par ERDF, répercutant ainsi sur le consommateur les surcoûts du dispositif.

Par ailleurs, selon l’UFC-Que choisir, près de 55% des usagers de l’électricité ont une puissance de compteur inadaptée à leurs besoins de consommation. Or, avec l’installation du compteur Linky, et l’affinement de la puissance souscrite prévu, les consommateurs seront invités à faire corriger la puissance de leur compteur par un technicien ERDF, une intervention qui n’est pas sans frais ! Une incertitude supplémentaire pèse également sur les usagers EJP et Tempo, tarifs en extinction, dont le passage à Linky pourrait bien signer l’arrêt de mort.

On trouve également surprenant que les nouveaux logements raccordés ne soient toujours pas équipés de Linky.

Enfin, si d’aucuns se félicitent de la meilleure maîtrise de la consommation par le consommateur, cette information du consommateur ne sera possible que si ce dernier s’équipe d’un boîtier – payant – lui permettant de connaître son niveau de consommation…

Une protection des données personnelles insuffisante

Le risque de violation du droit à la vie privée des consommateurs est également pointé du doigt par les autorités européenne et nationale de protection des données personnelles. En effet, Linky permet la collecte massive de données personnelles pouvant aboutir à une intrusion excessive des fournisseurs dans la vie privée des ménages français. Le risque de profilage excessif des consommateurs à des fins de marketing ou publicité est également important. Les compteurs intelligents n’ont donc pas fini de susciter la controverse

Linky, une erreur stratégique ? (2)

Pour aller plus loin :

Linky, le compteur qui fait polémique

Il est peut-être déjà chez vous, où sera installé dans peu de temps, dans tous les cas, le nouveau compteur électrique, dit intelligent, de ERDF fait polémique. Va-t-il véritablement nous faire faire des économies, n'est-il pas trop intrusif dans notre vie privée ?

Le site de l'émission : http://france4.fr/pigeons (Vidéo ci-dessous durée 22:10 )

Linky, faut-il avoir peur du nouveau compteur ?

A suivre

Publié dans Linky

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

D.S. 17/03/2016 12:16

Parler de flou artistique serait un euphémisme car cette affaire pue l'arnaque de bout en bout.
Financièrement autant que techniquement.
C'est comme si j'avais besoin d'un outil et que je vous forcais à me le payer...
Entre les lignes électriques les ondes radio, les micro-ondes, les antennes relais et donc bientôt Linky, je pourrai affirmer que les migraines ne sont imputable ni au chocolat, ni au café pas plus qu'elles ne sont d'origine psychosomatiques !

Tout comme je me suis habitué à me démerder tout seul à ma station-service, je me suis fait à l'idée de transmettre chaque mois mon auto-relevé de consommation électrique.
Je ne vois donc pas de raison de me refourguer un compteur jaune fluo, moderne, aussi « intelligent » soit-il !.
Me dire que les appareils en veille consomment, je le savais : les éteindre après chaque usage me contraint néanmoins à de fastidieuses reprogrammations de bon nombre d'entre-eux.
Il faudrait condamner les fabricants de nous avoir vendu ces aberrations techniques.
Quant à nous demander de consulter à tout propos internet, attitude certes moderne, me fait craindre qu'à partir d'un certain âge nous ne devenions tous en raison de la complexification des démarches, des naufragés informatiques, des clodos numériques, dans l'incapacité de communiquer avec qui que ce soit !

Si le prochain n° Linky 3 s'adresse aux maires, il faudrait dès maintenant leur en adresser un exemplaire. Mais c'est déjà trop tard car les lobbyistes sont déjà passés et en ont mis 90 % dans leur poche.

Quant au matraquage publicitaire discrètement distillé entre deux annonces, il suffira à nous lobotomiser médiatiquement pour que le jour venu nous ouvrions, souriants, nos portes à Monsieur Linky.

Ce n'est ni plus ni moins que la propagande, de la vente forcée, avec une fois de plus la complicité de L’État.

Jean-Louis 17/03/2016 06:01

Second volet consacré à Linky ! D'autres suivront forcément encore tant le sujet est d'importance et nous concerne tous au plus haut point...

Sans tomber dans la paranoïa, restons vigilant tant que des réponses sérieuses émanant d'organismes indépendants ne seront pas fournies !

Prochain volet : ce que les maires ne doivent (ou ne devraient) pas ignorer à propos de Linky.