Le Ragondin (Myocastor coypus)

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Originaire d’Amérique du Sud, le ragondin a été introduit sur le territoire français au XIXème siècle pour sa fourrure. Il était élevé en masse jusqu’au jour où sa fourrure ne fut plus à la mode. Dès lors certains animaux ont été relâchés dans la nature où ils se sont adaptés au climat et se sont multipliés jusqu’à devenir aujourd’hui des animaux classés officiellement comme « nuisibles ».

Photo : René Michaud

Photo : René Michaud

Description : C’est un gros rongeur pouvant peser jusqu’à 10 kg ! Son poids moyen oscille entre les 5 à 7 kg pour une taille variant entre 40 et 60 cm de longueur et une queue presque aussi longue puisqu’elle mesure de 25 à 40 cm.

Cette longue queue cylindrique et très légèrement velue. Sa fourrure est épaisse et imperméable ce qui lui permet de nager durant une grande partie de son temps.

On le reconnaît aisément par ses 4 grandes incisives orange facilement observables. Sa tête est relativement grosse et ses oreilles sont toutes petites (2 à 4 cm).

Ses narines et ses yeux sont placés en hauteur lui permettant de respirer et de voir tout en nageant. D’ailleurs, ses pattes postérieures sont palmées facilitant ainsi la nage.

Son pelage est brun foncé à brun-roux et légèrement plus clair sur la partie ventrale de son corps et sur ses pattes. L’extrémité de son museau ainsi que son menton sont blancs. On note la présence de longs poils en forme de moustache et de couleur blanche de chaque côté de son museau (des vibrisses).

Le ragondin possède 20 dents dont 10 sur la mâchoire supérieure et 10 sur la mâchoire inférieure.

Déclaré nuisible, le ragondin est une espèce considérée comme invasive. Contrairement à son milieu naturel (en Amérique du Sud) ou il a des prédateurs, en France, à l’exception de l’homme et du renard roux, le ragondin adulte n’a quasiment pas d’ennemis...

Photos : René Michaud
Photos : René MichaudPhotos : René Michaud

Photos : René Michaud

Rat musqué, ragondin ou castor ?
  • Le ragondin (Myocastor coypus) est un gros mammifère pouvant dépasser les 50 cm. Il vit dans des terriers creusés dans les berges et ne s'éloigne jamais des points d'eau. C'est un bon nageur capable de rester plusieurs minutes en apnée.
  • Le Rat musqué (Ondatra zibethicus) : originaire d'Amérique du Nord, le rat musqué fut introduit en Europe pour sa production de fourrure dans des élevages. Certains individus échappés ou volontairement lâchés se sont largement multipliés. L'espèce occupe maintenant la presque totalité de la France. Il est présent sur la Meurthe.
  • Le Castor (Castor fiber) : C’est le plus gros rongeur d’Europe. En 1983, 14 castors ont été réintroduits dans la vallée de la Moselle. Cette population s’est bien acclimatée et connaît depuis lors une expansion régulière.
Ragondin - Les dents du marais

Suite aux images révoltantes de massacre de ragondins lors d’une manifestation d’agriculteurs de la FNSEA nous avons décidé de diffuser sur le web notre documentaire «les dents du marais» réalisé en 2002, qui explore tout du ragondin : son physique, son comportement, son histoire, ses amis, ses ennemis pour (r)établir des vérités qui vont déranger certain !

Le ragondin est accusé de détruire les berges, les récoltes, de transmettre la leptospirose. Importé en France au début du XXème siècle pour nettoyer les étangs puis élevé pour sa fourrure et relâché dans la nature suite à la crise économique de 1929, le ragondin est actuellement présent sur la quasi-totalité du territoire français.

Mais l’homme ne veut plus partager...

Nous avons laissé toutes les opinions s’exprimer, sans commentaire. Agriculteurs, chasseurs, pêcheurs, riverains, tous veulent sa régulation voire son élimination. Les méthodes ne manquent pas : piège, déterrage, chasse... et celle trop souvent employée : l’empoisonnement par la bromadiolone. Les ragondins meurent dans des souffrances atroces. De plus cela pollue, touche d’autres espèces et ne solutionne absolument pas le problème.

Dès qu’un intervenant ne semble pas crédible, nous glissons une interview ou des images contradictoires comme par exemple l’accusation tendancieuse du ragondin responsable de la transmission de la leptospirose, ou ce chasseur à l‘arc qui vante ses mérites «écologiques», alors qu’on le voit s’acharner à deux mètres et à plusieurs archers sur un pauvre ragondin...

Un scientifique plaide, un ancien éleveur témoigne, les plaignants se contredisent, un trappeur passionné argumente. Ils sont peu à lui trouver des circonstances atténuantes et à chercher des solutions alternatives.

La biodiversité c’est la VIE !

Ce film a joué un grand rôle dans l’interdiction de la bromadiolone, ce pesticide anticoagulant, qui a trop longtemps empoisonné aveuglement nos rivières.

Documentaire (54mn) de Catherine Lacroix et François-Xavier Pelletier (2002)

Publié dans Faune-Flore

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Jean-Louis 02/04/2016 07:31

Sujet intéressant : la vidéo a le mérite de présenter le ragondin tel qu’il est et non pas tel qu’on le décrit généralement à savoir comme un animal « nuisible » et de s’en tenir à cette seule problématique !

Passons sur l’aspect « culinaire » et les divers produits tirés du pauvre animal pour attirer le chaland ainsi que sur l’image de ce piégeur tenant dans ses bras un ragondin véritablement « animal de compagnie » : j’avoue être perplexe devant certaines attitudes qui demeurent pour moi un mystère décidément insondable !

Le tout, encore une fois, ne manque pas d’intérêt !

JL 02/04/2016 07:50

Et naturellement : merci à René Michaud pour ses photos aimablement mises à disposition !