Electricité : pourquoi certaines communes refusent les compteurs Linky

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Les ondes émises par les nouveaux compteurs électriques sont-elles dangereuses? Le débat s’échauffe alors que les premiers "compteurs intelligents" sont déjà installés...

Electricité : pourquoi certaines communes refusent les compteurs Linky

"J’ai refusé les compteurs Linky dans les locaux communaux où des personnes travaillent toute la journée ou séjournent longuement: la mairie, l’école, la garderie, la bibliothèque…." En tant que maire de Saint-Pabu, commune de 2060 habitants près de Brest, Loïc Guéganton, a décidé de garder son calme et d'adopter le principe de précaution.

Face à la bataille d'arguments entre ceux qui dénoncent les dangers du nouveau compteur électrique pour la santé et ERDF, l’édile constate que, "faute d’étude indépendante", il lui est impossible de vérifier le risque sanitaire. Chaque jour, le facteur lui apporte des lettres d'administrés refusant Linky, "un tiers des courriers de la mairie en ce moment". Il s'agit souvent des copies de courriers adressés à ERDF, rédigés d'après des modèles diffusés sur internet.

Que faire ? Le maire "regrette le manque de concertation" et plus largement "que les choses ne soit pas faites dans l’ordre". Les pouvoirs publics ont, en effet, saisi l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) en septembre 2015 pour mesurer les effets de Linky mais, selon l’agence, les résultats ne seront pas disponibles avant mai ou juin 2016. En attendant, d’autres communes ont dit stop.

Le site refus.linky.gazpar.free.fr animé par un conseiller municipal de Saint-Macaire, en Gironde, recense 21 communes récalcitrantes. Il déplore aussi "un désastre écologique" consistant à "se débarrasser de compteurs en parfait état de marche".

Ce que dénoncent les anti-Linky ?

Alors que depuis le 1er décembre 2015, ERDF a commencé à poser les boitiers (35 millions doivent être remplacés d’ici 2021), plusieurs associations ou collectifs, comme Priatrem-Électrosensibles ou Robin des Toits, dénoncent des risques. Les anti-Linky soulignent que le compteur transmet des données diffusées via les fils électriques, grâce à la technologie du CPL (Courant porteur en ligne). Selon eux, il en résulterait un rayonnement électromagnétique nocif "dans tout le logement, car les fils ne sont pas blindés".

Ce que répond ERDF

"À l’exception d’une minute par jour, Linky fonctionne exactement comme les anciens compteurs", explique Gladys Larose, en charge des relations externes sur le projet Linky chez ERDF. Pendant cette minute quotidienne, Linky reçoit un signal externe puis renvoie des informations, ceci passe effectivement par le courant électrique.

Est-ce dangereux ?

Non, affirme la porte-parole d’ERDF en déroulant quatre arguments:

  • Linky génère un champ électromagnétique extrêmement faible, plus réduit que la plupart des appareils électriques branchés dans une maison (frigo, grille-pain…). À titre de comparaison, un ordinateur branché, mesuré à 40 cm, émet un champ de 5 volts par métre, alors que Linky, mesuré à 20 cm, émet moins de 0,1 volt par mètre.
  • le temps communication des données est bref.
  • Linky est testé depuis des années par des cabinets externes. Une expérimentation sur 300 000 compteurs est menée depuis 2010.
  • sur 120 000 Linky installés à ce jour, il y très peu de refus (1,4%).
Electricité : pourquoi certaines communes refusent les compteurs Linky

Les compteurs Linky et Gazpar sont chers et nocifs !

A suivre...

 

Publié dans Linky

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Denis 10/03/2016 10:26

Avant qu'Alain Peyrefitte ne publie son livre "Quand la Chine s'éveillera" nous avions peur que les Chinois ne viennent nous "manger". On appelait cela le "péril jaune".
Plus tard, c'est dans la barbarie islamiste que nous avons commencé à voir notre fin prochaine.
Nous allions mourir non plus affamés mais égorgés ...
Aujourd’hui avec Linky nos politiques (toujours eux) semblent avoir trouvé un moyen radical d'en finir.
Pour éliminer les plus faibles, économiser sur les frais médicaux liés au vieillissement, économiser sur les retraites, réduire le chômage, une solution : la mise en place de Linky pour, avant de trépasser, pourrir copieusement le bout de vie restant !
Alors que nous sommes en état de légitime défense, l'état nous infligerait une amende de 1 500 € pour refus d'installation du compteur Linky !!!
C'est comme s'il fallait, avant une agression, filer 1 500 € au premier assaillant venu pour qu'il s'abstienne de commettre son méfait. Ceci porte un nom : le racket ! Qui plus est un racket d’état !

Un réflexe naturel voudrait que l'on "tue avant d'être tué".
Mais tuer qui ?
- les ingénieurs électriciens qui ont inventé cette saloperie ?
- les politiques qui l'imposent dans leurs pays alors que d'autres et non les moindres l'ont refusé ?
- les faiseurs de pognon ?
- dites-moi qui ?

Quoiqu'il en soit la parole et l'intelligence ne suffiront pas.
Dans le même ordre d'idées partout en France nous sommes rackettés à coup de routes à péages.

Or il est un endroit en France (entrée de la portion d'Autoroute Haguenau-Strasbourg) où une réponse non équivoque a été apportée le jour de l'inauguration du péage…
C'est triste d'en arriver là dans une "démocratie".

Argument pourri habituel : cette bagatelle créera 10 000 emplois !
Certes mais… que seront devenus tous ceux qui relevaient les compteurs ?

Jean-Louis 10/03/2016 06:26

Dangereux ? Pas dangereux ? N’étant pas spécialiste, c’est aux techniciens –indépendants cela va de soi- à qui il incombe de le déterminer !

Pour autant, ce projet Linky interpelle :

- Pourquoi cette précipitation à installer ces compteurs « intelligents » ?
- Pourquoi cette dépense de 5 ou 7 milliards (les chiffres varient selon la source) alors qu’EDF est déjà en grande difficulté financière ?
- Pourquoi ne tient-on aucun compte des pays (Canada, Allemagne…) qui refusent Linky ?
- Pourquoi cette amende (1 500 € tout de même) pour qui refuserait l’installation de Linky ? Voilà qui est plus que louche et cache vraisemblablement des intérêts qui nous échappent…
- Enfin, pourquoi ne pas instaurer un « principe de précaution » alors que divers problèmes émergent suite à l’installation des premiers Linky (incendies inexpliqués, appareils ménager qui disjonctent en série, champ électromagnétique…) ?