Dans la famille brebis, le berger... (2)

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Il y a quelques semaines (voir "Dans la famille brebis, le berger... (1)", il nous parlait de son métier de berger. Installé dans le parc régional du Haut-Languedoc, Alex Soulé évoquait le quotidien d'un homme évoluant au milieu d'animaux, ses moutons, ses chiens, ses ânes…

Il disait la beauté d'être berger aujourd'hui et aussi les difficultés : la paperasse, les normes européennes, l'accélération insensée de l'époque. Il évoquait aussi la chasse aux sangliers, une passion locale, une « religion » qui là-bas, pousse parfois ses adeptes aux limites du bon sens et du droit. Mais de cela à l'évidence il ne faut pas parler et encore moins à la presse.

Alex Soulé vient d'adresser cette triste lettre à Télérama.

Photo: Olivier Metzger pour Télérama

Photo: Olivier Metzger pour Télérama

Très cher Télérama,

Je me permets de vous écrire, afin tout d’abord de vous remercier pour l’article que vous m’avez consacré dans votre numéro, Les animaux peuvent-ils croire en l’Homme ? Il est rare pour un berger de pouvoir s’exprimer librement sur son métier, son environnement, et les difficultés rencontrées sur le terrain.

Dans mon esprit, il était clair que mon avis n’engageait que moi. Les retours que j’ai pu avoir ont été très positifs et personne n’est venu se plaindre de mes propos. La réponse est arrivée de manière bien plus sournoise avec l’empoisonnement de mon ânesse et de son ânon (autopsie pratiquée par un vétérinaire).

Si je suis dévasté par cet acte ignoble et incompréhensible, il permet néanmoins d’éclairer de manière définitive les rapports que certains individus entretiennent avec les animaux et donc les humains.

J’ai porté plainte, pour le principe, sans rien en attendre ; le propre des lâches étant de ne pas se montrer ! Etant très attaché à la liberté d’expression, je ne regrette absolument pas d’avoir fait cet interview.

La conclusion de l’article indiquait que mon métier séculaire était menacé par le profit, la paperasse et les ordinateurs, je vais me permettre de rajouter, la bêtise crasse et la lâcheté de certains.

Bien amicalement,

Alex Soulé, futur ex-berger.

Publié dans Portrait

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
Courage Alex, ceux qui s'en prennent aux animaux sans défenses n'ont aucun honneur, ce sont des lâches qui n'ont pas le courage de dire les choses en face. Ils ne connaitrons jamais les valeurs qu'on à reçu au GEM . Signé un ancien de AEMF
Répondre
J
Bonjour le niveau mental, c'est effectivement la triste réalité qui n'est pas que locale d'ailleurs car si certains donnent dans la lâcheté extrême comme ici, il y en à beaucoup d'autres tout aussi lâches au masculin comme au féminin et qui malheureusement ont des responsabilités de décision dont ils, elles usent en contradiction avec ce qu'ils ou elles crient sur les ondes la main sur le cœur en prônant la sauvegarde de la planète.
Répondre
D
Je pleure pour ces ânes mais aussi sur la bêtise humaine car en accord avec la conclusion de ce berger humaniste, je pense que la base c'est ça ; il s'agit des chasseurs, ils sont capables du pire, enfin la majorité, ceux qui pensent être des hommes en tuant; je les exècre moi aussi !
Répondre
D
J'ajoute simplement cet extrait de "L'âne Culotte" d'Henri Bosco :<br /> " Jamais je n'oublierai ce regard, le plus grave, le plus raisonnable regard de bête qui se soit levé jusqu' à moi.<br /> Plus de résignation, ni de sombre patience, plus de mélancolie venue des profondeurs d'un esclavage millénaire, mais une sorte de dignité animale, de conscience modeste, de bonté sans rancune...un regard de bête libre, de bête associée."
D
C' est affreux, indigne d'un être humain !<br /> Lorsque je cherche les actions de Satan, en voilà une !<br /> Et mes larmes n'y changeront rien...<br /> Danielle
Répondre
D
Dans ces propos rien de bien neuf, ni de particulièrement virulent ou de fallacieux.<br /> J'ajouterai que ce n'est là que la triste vérité… c'est comme ça!<br /> D'où ma crainte que le mal ne soit plus profond qu'une simple opposition locale berger/chasseurs ou ailleurs éleveurs/loups quand ce n'est pas une confrontation lynx/homme *<br /> Il aura fallu moins d'un siècle pour éradiquer l'ours des Pyrénées, conscient que cela constituerait un pléonasme, je n'ai volontairement pas écris « définitivement »...<br /> Pourtant ce mot résume bien la situation : il n'y en a plus et il n'y en aura jamais plus, même si l'on importe des ours de partout, que l'on en fabrique ou que l'on en clone !<br /> Par contre la race des sales cons est loin de figurer sur la liste des espèces en voie d'extinction ! Au contraire, elle prolifère dangereusement en tous lieux.<br /> Ailleurs à la place d'une ânesse et de son petit ce sont des arbres qui sont abattus parce qu'ils ont "tué" un crétin en voiture.<br /> On pourrait ajouter à la liste ces avalanche scélérates qui engloutissent des innocents qui skient hors-piste ou l'océan immonde qui...<br /> <br /> En bref qui veut noyer son chien l'accuse de la rage.<br /> <br /> (* A chacun de choisir la « casquette » qui convient près de chez lui.)
Répondre
J
« Bêtise crasse et lâcheté de certains… » : Oui ! S’en prendre à des bêtes parce qu’on a un avis autre ou des convictions personnelles divergentes est immonde et pas vraiment très courageux ! Voilà qui caractérise fort justement les couards traqueurs armés de nos campagnes… Souvent des jean-foutre tout juste aptes à assouvir leur haine viscérale sur les malheureuses bêtes qui ont le malheur de croiser leur chemin ! <br /> Ces ignominieux paieront-ils un jour tout le mal qu’ils sèment ? Rien n’est moins sûr… Hélas !
Répondre