Brève rencontre

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Ce sont des moments d’une intense émotion… Des moments rares où l’on se sent réellement privilégié, des moments qu’il est assurément difficile de partager avec de simples mots ! Alors… peut-être qu’avec les images ?

Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)
Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

C’était un matin gris de fin octobre ! Je marchais depuis bien deux heures sans trouver ce que je cherchais : la petite troupe de chevreuils qui commencent à se rassembler pour, ensemble, affronter les mauvais jours… Apparemment, les battues incessantes des derniers week-ends avaient considérablement perturbé les graciles cervidés qui semblaient s’être réfugiés dans les profondeurs des bois…

Je venais de passer sous une énième clôture de barbelés et m’extirpais à grand-peine d’une haie buissonnante dont les redoutables aubépines m’obligeaient à d’âpres contorsions : pas de doute, ma veste allait encore être durement marquée… C’est en me redressant que je le vis : il était fort occupé à patrouiller, à la recherche du moindre petit coléoptère, de quelques baies mais, surtout, d’un éventuel rongeur imprudent ; incontestablement sa préférence !

Je me redressais pour mieux le voir : j’étais à présent totalement à découvert ! Absorbé par sa quête, le renard où, plus exactement la renarde, ne m’avait pas vu, une véritable aubaine… Je me risquais à faire 2-3 photos tandis que la belle continuait d’avancer dans ma direction et puis, toujours parfaitement immobile, je tentais une petite séquence vidéo ! L’animal levant la tête avait dû me voir… Mais non, il continuait à avancer vers moi : mon immobilité parfaite devait me faire ressembler à un vieux tronc décharné J et le vent de face m’était évidemment favorable… Renarde approchait encore et encore et c’était amusant de la voir ainsi, sursautant d’une feuille la frôlant en tombant et regardant régulièrement dans ma direction : ce « vieux tronc » était décidément passablement intriguant !

Qu’elles furent longues ces quelques petites minutes à lutter pour demeurer totalement figé ! Renarde avançait encore et puis, décida d’en rester là : « ça » ne bougeait pas mais, le « vieux tronc » n’avait vraiment pas l’air catholique ! Mieux valait donc prudemment prendre la tangente…

Fin de la séquence !

Merci Renarde ; tu n’en sauras jamais rien mais tu m’as beaucoup donné ! Te voir ainsi a été le plus beau cadeau de la journée… D’autres hommes beaucoup moins bien intentionnés t’auraient exécutée, froidement, sans le moindre scrupule, ignorants et hermétiques qu’ils seront à jamais de tant de beauté sauvage…

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Et puis, JeanLouis, pour tes prochaines investigations, mais penses à t'équiper d'un grand chapeau de feuillage voyons !! le " tronc " aurait alors été plus crédible haha..bisous
Répondre
S
oui quelle chance !!! je suis plus ambitieuse , moi : j'ai rêvé rencontrer le " seigneur " Loup, lors de mon séjour vosgien !! Mais évidemment, c'est resté au stade de rêve, ils n'ont pas encore suffisamment colonisé ce côté là !! belle journée à vous !
Répondre
M
Superbes photos et très beau film<br /> Tout est dit, un instant un endroit...<br /> Mots bien choisis avec ton style tout à fait Jean Louien...(?) qui nous fait bien partager ce moment que tu as vécu<br /> Mais laisse moi te rassurer, Jean Louis, tu n'as rien d'un vieux tronc décharné !!!
Répondre
J
Ah, tu me rassures (à propos du vieux tronc...) ! Cela dit, les arbres ayant (peut-être) aussi une âme (voir ici l'Appel des Arbres de Michèle : http://natureiciailleurs.over-blog.com/-9 ), je ne m'en fais pas trop et m'identifie bien volontiers avec eux ! Amitiés...
M
qu'elle est belle ; quel moment superbe ; je lui souhaite d'être plus prudente ; elle aurait pu tomber sur un fou de la gachette
Répondre
J
C’est le vœu que j’exprime à chaque rencontre de ce genre ! Malheureusement, si l’espérance de vie d’un renard est équivalente à celle de nos bons vieux toutous si, bien sûr, il n’y avait pas la chasse ni les voitures, dans la réalité il est très rare que Goupil vive plus de 2 ou 3 ans ! Toujours classé ‘’nuisible’’, sa régulation (terme des chasseurs pour ne pas dire ‘’tuer’’ ou ‘’massacrer’’…) est en effet toujours abondamment encouragée et, bien sûr, joyeusement pratiquée… Une aberration !
K
Brève et magnifique rencontre !<br /> Pauvres renards que l'on massacre...<br /> Un si bel animal<br /> Bon après-midi
Répondre
J
Merci Kimcat : j’apprécie que cette petite ‘’pause’’ vous convienne à tous ! J’aimerai pouvoir vous en offrir davantage mais, comme je l’ai déjà dit par ailleurs : l’actualité a tôt fait de nous rattraper et de briser le charme…<br /> Avec toute mon amitié !
Z
Merci à elle et à toi pour ce moment d'intense beauté . D'émotion aussi. <br /> Et que ceux qui les abattent froidement soient maudits , je leur souhaite tout le mal possible! <br /> Je partage .
Répondre
J
J’aime beaucoup ces rencontres totalement impromptues quoique toujours ardemment espérées ! Elles sont rares et d’autant plus précieuses : c’est effectivement beaucoup d’émotion pour qui a notre sensibilité… Les dépouilles (de renards et autres) qu’il m’arrive de croiser, négligemment abandonnées une fois le forfait accompli, témoigne de l’absence totale de ce genre de sentiment de la part de ceux qui, pourtant, ne cessent de clamer leur ’’amour de la na nature’’ dès qu’un micro se tend vers eux…
D
Oui "ça fait du bien à tout le monde" , pour rire un peu malgré la fin ( les "moins bien attentionnés", ce à quoi nous pensons immanquablement quand nous voyons la vie sauvage, la beauté naturelle, quand tu nous la montres) : "ça devrait être remboursé par la sécu" !<br /> Déjà les photos: quel bonheur de voir qu'Elle regarde dans ta direction et puis on découvre la vidéo et là...<br /> Mais ce n'est pas tout, la saveur du texte, bien sûr l' humour "le vieux tronc décharné" mais aussi le style, un texte littéraire !<br /> Le début donne le ton; "c'était un matin gris de fin octobre" on entend presque chanter les mots et la suite nous plonge, outre l'émotion, dans le plaisir du beau texte; l'emploi du passé simple et le vocabulaire bien sûr mais pas que , je me garderai de décortiquer ça gâcherait cette impression immédiate puis prolongée de bain littéraire; puis Michèle qui cite Lamartine, quel bonheur , d'autant que c'est lui l'écrivain qui nous émeut aux larmes avec son texte de chasseur repenti.<br /> Et quand tu t'adresses directement à la Renarde; enfin tout !<br /> Et là, alors que je lisais ton texte à Christian après lui avoir montré les photos, mes larmes même pas retenues "tu n'en sauras jamais rien mais tu m'as beaucoup donné", c'est le noeud de notre sensibilité qui fait notre réprobation de la chasse; la première est le meurtre et la cruauté, mais juste après le droit qu' "ils" s'arrogent de nous prendre ce qui fait notre bonheur, quand je dis nous, la multitude de ceux qui trouvent un grand bonheur à voir la vie sauvage mais nous ne saurons jamais le dire aussi bien que toi. Merci belle Renarde et merci Jean -Louis
Répondre
J
Chère Dominique,<br /> Je découvre ton émouvant commentaire juste après avoir visionné ‘’Didier Porte tire sur la chasse !’’ du magazine ‘’Là-bas si j’y suis’’ : une fois de plus, on découvre un de ces ‘’protecteurs’’ auto-proclamé se vantant d’avoir occis quantité d’animaux dont, notamment, nombre de brocards ‘’son animal emblématique’’ ! Le passage présenté de cette interview (la-bas.org/la-bas-magazine/chroniques/didier-porte-tire-la-chasse ) est évidemment édifiant (quant à l’état d’esprit de ces sinistres individus… et je suis poli) et affreusement grotesque… Nous n’avons vraiment pas le même ‘’logiciel’’ et, si j’avais une once d’empathie pour ce genre de zèbre (qui plus est dangereux), je le plaindrais tellement il est authentiquement burlesque ! Mais, j’ai beau essayer : je n’y arrive décidément pas (à le plaindre)…<br /> Grand merci à toi qui me comprends si bien !
B
Chasseur d'images! Voilà qui redonne toute sa noblesse à ce mot. C'est superbe et émouvant! <br /> Chaque fois que je passe dans la forêt les jours de chasse, je demande à l'Univers qu'aucun de ces animaux ne soient touchés ... <br /> Merci pour ces beaux moments de partage
Répondre
J
J’avoue que j’ai un peu de mal avec ce terme de « chasseur d’images »… On se demande bien pourquoi ;-) ? Non, sérieusement, je ne pense pas entrer dans cette catégorie pour qui, au demeurant, j’ai la plus grande estime et une admiration non feinte : je suis simplement un naturaliste qui se passionne pour ce qui l’entoure et aime les belles images…<br /> Pour ce qui est des jours de chasse : je fuis… et je pleure ! Beaucoup…<br /> Merci infiniment pour votre fidèle soutien !
J
Superbe rencontre et superbe vidéo qu'il n'est pas donné à tout le monde de voir ni de fumer. En plus, la renarde est élégante et tranquille mais tout de même elle regarde quelque chose de bizarre dans son environnement. Je n'aurais évidemment pas non plus identifié le sexe. Bravo et merci pour ce moment rare.
Répondre
J
Merci à vous de lui réserver un si bon accueil : le plaisir du partage n'en est qu'accru ! Amitiés
J
Magnifiques instants où l’on accède à l’intimité de l’animal sauvage, instants attendus par le photographe animalier (ici un vieux tronc d’arbre bizarre) depuis des mois et semaines et instants qui vous tombent dessus par surprise car il n’y a pas d’affut organisé. On entre alors dans un monde magique où le temps s’arrête, l’émotIon grimpe en flèche, émotion bénéfique et sans aucun stress qui se fixe pour toujours dans votre mémoire : souvenirs de photo animalière, souvenirs de rencontres improbables, furtives et très riches dans un monde qui malheureusement s’effrite…
Répondre
J
C'est un beau résumé de ce que l'on ressent effectivement : Merci JP ! De toute évidence, tu sais de quoi tu parles ;-) !<br /> Amitiés à vous deux...
R
Magnifique rencontre avec cette belle Renarde et non moins magnifique mise en œuvre avec Luc....!!!!<br /> Félicitations pour cette belle prestation Vidéo-photographique.
Répondre
J
Merci René, Je pense que Luc appréciera également les divers commentaires... Dommage qu'il soit loin de chez moi : assurément, tous deux, nous ferions une sacré équipe :-) !<br /> Amitiés.
R
Magnifique et Superbe. Il n'y a pas d'autres superlatifs. Un moment rare et exceptionnel. Merci pour ce petit reportage.
Répondre
J
Je suis très flatté : merci à vous ! N'hésitez pas, si vous le souhaitez bien sûr, à partager mes publications et à faire connaître "Nature d'Ici et d'Ailleurs" à votre entourage : il en restera toujours quelque chose :) !<br /> Bien cordialement
S
Merci pour votre blog qui nous fait partager des valeurs communes; je le lis tous les jours.<br /> Quel moment merveilleux cette rencontre avec le renard !<br /> Quant on pense aux stupidités que les gens regardent à la télé !
Répondre
J
C'est gentil Sylvie, merci beaucoup et bravo pour votre fidélité car, il y a des jours où les sujets sont nettement moins attrayants ! Ce genre de "récréation" fait du bien à tout le monde d'autant plus que l'actualité nous rattrape bien assez vite !<br /> Avec toute mon amitié. JL
C
incroyable !!! t'as toujours de quoi filmer sur toi ??
Répondre
J
Mais oui Corinne, toujours ;-) !<br /> Au plaisir...
J
C'est un moment vraiment magique! Bravo au vieux tronc pas très catholique.
Répondre
J
…ni orthodoxe d'ailleurs !
N
C'est tout simplement magique <br /> Bravo pour la qualité du film et de la musique. <br /> Quel animal magnifique .Merci
Répondre
J
Plaisir de la rencontre et plaisir encore du partage ! Bises Nadia et au plaisir...
A
Merci d'avoir partagé cette belle rencontre ???? Bisous à vous deux !
Répondre
J
C'est chouette que ces quelques instants soient également appréciés par vous, chers lecteurs et fidèles du blog ! A bientôt et... gros becs !
D
j'ajoute que le film est très réussi, c'est un superbe document et tu as vraiment eu de la chance de ne pas être repéré trop vite ; le renard aussi de n'être que devant un appareil photo
Répondre
D
merci cher J Louis pour ces utiles précisions qui prouvent qu'un article, aussi bien fait soit-il n'est jamais assez complet et a besoin des commentaires et réponses aux commentaires<br /> Ton film prouve que le renard, mais c'est une évidence, ne doit en aucun cas faire l'objet d'une éradication comme d'aucuns le souhaiteraient ; même sans pied, ton film permet de le prendre...
J
Merci pour ce sympathique compliment : la renarde ne regarde pas le photographe mais plutôt ce curieux ‘’vieux tronc’’ parfaitement immobile mais néanmoins singulier dans son paysage habituel ! Ne pas bouger d’un poil est, dans ces conditions, primordial puisqu’il s’agit d’une rencontre fortuite et nullement d’un poste d’affût ! J’ajoute que, me baladant toujours très peu chargé, je n’avais bien évidemment pas de trépied qui, en la circonstance, aurait permis une bien meilleure qualité des images… L’instant n’en demeure pas moins magnifique pour l’observateur !
D
c'est une belle rencontre fort bien décrite qui récompense une observation patiente et discrète ; cependant les photos donnent vraiment l'impression que la renarde regarde le photographe<br /> à propos comment distingues-tu le mâle de la femelle ?
Répondre
J
Bonne question Domi ! Il n’est en effet pas évident de distinguer mâle et femelle : il y a bien une différence de poids et de taille mais, ces éléments sont difficilement visibles à l’œil nu et encore plus difficiles à évaluer lorsqu’il s’agit d’une rencontre de ce type ! En l’occurrence, je me suis simplement fié, dans un premier temps, à mon instinct (‘’elle a une tête de fille !’’), élément rapidement confirmé lorsque je l’ai vu ‘’marquer’’ une motte de terre : sa position était alors sans équivoque…
M
Pour cette rencontre magique,<br /> Judicieusement mise en musique,<br /> Ô temps, suspends ton vol !<br /> Bravo aux réalisateurs<br /> Et à Renard, magnifique coopérateur !<br /> A vous trois, je décerne mon obole<br /> Pour ce fugace mais réel bonheur !
Répondre