Carte postale de…

Publié le par Jean-Louis Schmitt

C’est insolite mais, finalement totalement raccord avec le calendrier : Jacky nous emmène aujourd’hui dans… un cimetière corse ! Et il s’en explique…

Cimetière de Propriano. Photos : Jacky Herber (Cliquez pour agrandir)Cimetière de Propriano. Photos : Jacky Herber (Cliquez pour agrandir)

Cimetière de Propriano. Photos : Jacky Herber (Cliquez pour agrandir)

« J'ai été impressionné par les cimetières corses. Des mausolées sont installés dans des endroits magnifiques, même en dehors des cimetières. Certains monuments sont luxueux. Ils surprennent avec leurs colonnes grecques, leurs coupoles byzantines, leurs murs passés à La chaux d'une blancheur qui rappelle quelque édifice arabe ou grec... La tradition corse accorde une très grande importance aux morts. 

Un proverbe local dit" A casa a plu sicure è a cascia": la maison la plus sûre est le cercueil !

La plus ancienne sépulture connue en corse date de 6500 ans avant JC. Elle a été mise à jour en 1971 dans un abri sous roche près de Bonifaccio : la dame de Bonifaccio (lire ci-dessous) ».

 

Bien amicalement,  Jacky

Cimetière de Propriano. Photos : Jacky Herber (Cliquez pour agrandir)
Cimetière de Propriano. Photos : Jacky Herber (Cliquez pour agrandir)Cimetière de Propriano. Photos : Jacky Herber (Cliquez pour agrandir)
Cimetière de Propriano. Photos : Jacky Herber (Cliquez pour agrandir)Cimetière de Propriano. Photos : Jacky Herber (Cliquez pour agrandir)

Cimetière de Propriano. Photos : Jacky Herber (Cliquez pour agrandir)

La "Dame de Bonifacio"

Elle fut découverte en 1972 par François de Lanfranchi, professeur à l'université de Corte, dans l'abri d'Araguina-Sennola, une grotte au fond du goulet de Bonifacio. Maintenant, la "Dame" repose au musée de la Préhistoire de Levie et chacun la considère avec affection et respect comme la grande ancêtre.

Beaucoup d'archéologues et de scientifiques se sont penchés sur elle et ont pu reconstituer sa vie... Grâce aux mesures données par le carbone 14, on sait qu'elle vivait aux alentours de l'an 6 000 avant notre ère et qu'elle est décédée vers l'âge de 35 ans.

Elle se nourrissait de poissons, mais également de petits mammifères, chassés dans l'environnement de la grotte. Elle avait dû se blesser dans sa jeunesse et ne pouvait pas vivre de façon autonome. Son témoignage est vraiment passionnant et plein d'enseignements sur les conditions de vie de cette période. Il nous révèle déjà deux aspects essentiels de la tradition insulaire :

- Le culte des morts, car elle fut enterrée selon un cérémonial (allongée sur le dos, les bras le long du corps, les pieds joints, la tête sur l'épaule droite),

- La solidarité du groupe, car, étant donné qu'elle était handicapée, elle n'aurait pu survivre pendant plusieurs années sans l'aide constante de son entourage.

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Trés intéressant , merci beaucoup pour ces deux reportages, sur des cimetières, avec le minet.
également.
belles traditions que ce pays de Corse !
Mais Michèle , Ce minet des Vosges du Nord , je crois, n' est trop jeune alors?
Répondre
D
très intéressant et puis en plus ça montre un vivier électoral : http://elections.lefigaro.fr/flash-presidentielle/2012/05/06/97006-20120506FILWWW00135-corse-l-ump-fait-voter-des-morts-selon-le-ps.php c'est pour rire bien sûr, c'est une légende
Répondre
K
Une belle carte postale corse
Bon jeudi de Toussaint
Répondre
J
La Corse est une terre de traditions. Pendant neuf jours avant la Toussaint, les corses suivent des offices dédiés à cette fête avec des chants magnifiques. Dans la nuit du 1 au 2 novembre, les défunts regagnent leurs pènates d'avant, un retour pacifique et bienveillant. En leur honneur, des offrandes leur sont offertes, du lait, des gateaux. A Sartène, on fait le" sciacce di morti" à base de brocciu et raisin sec.
Comme dit Jean-Louis, ayons une pensée pour nos chers défunts.
Répondre
L
j'aime beaucoup ce billet, très interressant-
incroyable de pouvoir retracer la vie de cette jeune femme- d'apprendre qu'ils étaient solidaires---
de grands progrès sont fait-
merci pour ce beau partage-
amitiés-
Répondre
J
‘’Nature d’ici et d’ailleurs’’ mène décidément à tout y compris à une ‘’Carte postale’’ d’un… cimetière, de Corse certes avec vue sur la Méditerranée mais, cimetière tout de même ! Preuve que l’on peut voyager (et s’instruire) même un matin de Toussaint ! Avec une pensée toute particulière à nos chers défunts…
Répondre