Les chasseurs en colère manifestent dans la ville du Premier ministre

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Un millier de chasseurs selon la police, jusqu'à 1.500 selon les organisateurs, ont manifesté aujourd’hui à Prades (Pyrénées-Orientales), fief du Premier ministre Jean Castex, pour dénoncer notamment l'interdiction de la chasse à la glu et défendre une idée de la ruralité.

Des chasseurs manifestent contre l'interdiction de la chasse à la glu à Prades (Pyrénées-Orientales), le 12 septembre 2020. Photo : Raymond Roig/AFP (Cliquez pour agrandir)

Des chasseurs manifestent contre l'interdiction de la chasse à la glu à Prades (Pyrénées-Orientales), le 12 septembre 2020. Photo : Raymond Roig/AFP (Cliquez pour agrandir)

Répondant à divers appels, notamment de l'Association de défense des chasses traditionnelles à la grive ou du Mouvement de la ruralité, les manifestants ont symboliquement choisi de se réunir dans la ville dont Jean Castex était maire jusqu'à son accession au poste de Premier ministre.

"Jean Castex n'a pas tenu sa parole, tout comme le président de la République", déplore Eric Camoin, le président de l'association des chasseurs à la glu. Il invoque un accord qui, selon lui, "avait été conclu avec Castex début août pour maintenir le quota de 22 000 oiseaux à attraper par les glueurs".

Les manifestants, venus d'une dizaine de départements selon les organisateurs, ont défilé depuis le stade jusqu'à la mairie dont Jean Castex est toujours le premier adjoint. Parmi eux, des viticulteurs de l'Aude, répondant à l'appel de leur syndicat. Ses responsables entendent défendre les chasses traditionnelles, qu'ils jugent menacées, alors qu'elles contribuent selon eux à protéger les cultures des dégâts des sangliers et cervidés.

L'influenceuse Johanna Clermont, nouvelle égérie de la Fédération nationale des chasseurs (FNC), a également fait le déplacement. (Cliquez pour agrandir)

L'influenceuse Johanna Clermont, nouvelle égérie de la Fédération nationale des chasseurs (FNC), a également fait le déplacement. (Cliquez pour agrandir)

"Je suis là à titre personnel. Il y a beaucoup d'incompréhension par rapport au monde de la chasse, il faut aller au-delà des pré jugés", lance la jeune femme de 23 ans.

"Pompili démission"

"Ne tirez pas sur la chasse", "La chasse, ni un sport, ni un loisir, c'est un mode de vie, une liberté de conscience", proclamaient des banderoles. "Pompili démission", "Castex menteur, Macron trahison, Pompili démission", appelaient d'autres, visant la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili. Les chasseurs l'accusent d'être l'inspiratrice de ce qu'ils interprètent comme un changement de cap du président Macron sur la chasse.

"La ministre règle ses comptes avec la chasse. Elle semble agir par vengeance pour son passif avec le Président de la FNC en interdisant la pratique de la chasse à la glu avant de punir prochainement tous les chasseurs de France", a dénoncé le Mouvement de la Ruralité.

Présent dans le cortège, Robert Michel, un professeur de mathématique du Vaucluse défend dans la chasse à la glu une activité "qui n'est pas simplement ‘’une chasse traditionnelle’’ mais une chasse accessible, notamment aux personnes âgées ou aux personnes en situation de handicap". Il espère la transmettre à son fils de 12 ans car selon lui elle est "écologique et facile à contrôler".

Emmanuel Macron a décidé fin aout de suspendre pour cette saison cette pratique, dénoncée par écologistes et défenseurs des oiseaux. Avec ce geste, il répond également aux injonctions de la Commission européenne qui, début juillet, a donné trois mois à la France pour mettre fin à cette méthode de chasse non-sélective, interdite par une directive de 2009 sauf dérogation.

Géo et AFP (12/09/2020)

 

 

 

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Chasse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

JC 13/09/2020 08:53

Éternel problème des anciens et des modernes. Mais quand l’évolution est très rapide et que la capacité d’adaptation diminue, certains se replient sur leurs habitudes, appelées aussi traditions, même si elles ne sont pas dans le sens de l’histoire. Remplacer la chasse par la randonnée, le VTT ou simplement la promenade dans la nature n’est peut-être facile pour certains. En plus, je ne pense pas que les chasseurs soient les principaux responsables de la disparition des espèces. Ils sont même aussi des victimes collatérales, comme nous tous, de l’évolution de notre mode de vie. Et bien sûr derrière eux il y a aussi des intérêts encore moins avouables que la chasse.

Zoé 12/09/2020 21:32

La liberté de zigouiller : un mode de vie et une liberté de conscience , avec la mort aux trousses pour plein d'êtres vivants, quelle indécence! Et le conseil d'Etat qui vient de refuser le massacre des tourterelles, il vont en faire une jaunisse! https://one-voice.fr/fr/blog/les-tourterelles-des-bois-graciees.html?fbclid=IwAR3RJf4H5t8JmvSSj9BbZ3z5Dr7yZ6G7_UzNwe-GmXLYwpoBe64EBBArWUk

hepiegne 12/09/2020 20:43

Ils ont défilé ! Nous espérons que cette suspension sera traduite en interdiction totale et irrévocable !
Yes !

jean 12/09/2020 18:26

c'est sur c'est un mode de vie,mais pas pour tout le monde:ça dépend de quel coté du fusil on se trouve!!!

Mario 12/09/2020 18:22

La rhétorique des chasseurs fidèles à eux mêmes. la ou on sombre dans le ridicule c'est de dire que les chasses traditionnelles contribuent à faire baisser les dégâts de gibiers aux cultures.Déjà ces chasses ne concernent absolument pas le grand gibier et ce sont précisément les chasseurs qui sont à l'origine de la prolifération des sangliers qu'ils sont incapables de maitriser de nos jours.Bref quand on a pas d'arguments on invente n'importe quoi.
Pour Pompili j’attends de voir pour l'instant, elle lâché sur le massacre des tourterelles et sur les néonicotinoïdes j'ai bien peur que la suite ne soit guère meilleure. Les ministres de l'écologie sont de toute façon là à titre décoratif. Ce sera le résultats des prochaines élections qui sera pris en compte et rien d'autre.

Jean-Louis 12/09/2020 18:01

"La chasse : une liberté de conscience" ! Tenez-le vous dit car, la liberté de conscience -traduisez ici par la liberté de flinguer (et de glugluter aussi...) sans entrave- faut pas y toucher sinon ils vont vraiment se fâcher les "traditionalistes" !
Barbara Pompili vient de marquer un point et, du coup, grimpe pareillement dans mon estime... Reste à voir maintenant ce que les "hautes instances" vont décider et combien de temps la ministre de transition écologiste va pouvoir tenir !

domi 12/09/2020 17:56

Mode de vie, l'argument me paraît bien nul ; quant à la liberté de conscience, elle ne se place pas à ce niveau

dominique 12/09/2020 17:32

Un mode de VIE !!!!! quelle indécence !

Béa kimcat 12/09/2020 17:10

On aura tout vu...