Le Conseil d’Etat suspend la chasse à la tourterelle des bois

Publié le par Jean-Louis Schmitt

En dépit de l’opposition de plusieurs associations, le ministère de la transition écologique avait pris un arrêté fin août autorisant le tir de 17 460 tourterelles des bois, oiseau migrateur dont la population s’est effondrée en Europe…

Le Conseil d’Etat a suspendu, vendredi 11 septembre, pour la saison 2020-2021, la chasse à la tourterelle des bois, oiseau dont la population s’est effondrée en Europe, allant à l’encontre de la volonté du gouvernement. Le ministère de la transition écologique avait pris un arrêté le 28 août autorisant le tir de 17 460 tourterelles des bois, en dépit de l’opposition de plusieurs associations dont la Ligue de protection des oiseaux (LPO), qui a porté l’affaire devant le Conseil d’Etat. L’exécution de cet arrêté « est suspendue », annonce le Conseil d’Etat dans sa décision.

Cet oiseau migrateur, dont la population a chuté de 80 % en Europe ces quarante dernières années, fait l’objet de mesures de gestion adaptative des espèces en France. Le nombre d’animaux pouvant être tués est fixé après expertise scientifique sur l’état de conservation de chaque espèce. Un comité scientifique préconisait en 2019 de ne plus chasser la tourterelle des bois, ou, au pire, de tuer 1,3 % des effectifs estimés en France, soit 18 300 oiseaux.

La chasse à la glu suspendue

Le juge des référés note « que l’espèce a diminué de près de 80 % en quinze ans, que les experts recommandent l’interdiction de la chasse de cet oiseau sauvage et que le gouvernement n’a pas apporté d’éléments permettant de justifier son autorisation », selon un communiqué.

« Le quota de prélèvements fixés par l’arrêté, en très légère diminution par rapport à l’année précédente, avait été uniquement déterminé au regard du constat d’une baisse tendancielle de la population européenne sur les décennies passées. Or, selon le juge des référés, un tel constat aurait dû conduire le gouvernement à interdire la chasse à la tourterelle des bois, et non à réduire proportionnellement le quota maximal de prélèvement », toujours selon le communiqué.

La LPO avait critiqué la décision du ministère de la transition écologique de prendre cet arrêt la veille de l’ouverture de la chasse, « afin de permettre, même en cas de recours de la LPO à la procédure d’urgence [référé-suspension], la chasse pendant dix à quinze jours, avant toute décision du Conseil d’Etat ». Selon l’association One Voice, au 10 septembre, « déjà 6 287 tourterelles des bois avaient péri dans le cadre de cet arrêté ».

La Fédération nationale de la chasse (FNC) défend cette chasse, comme la chasse à la glu, au nom de la défense des chasses traditionnelles.

Le président Emmanuel Macron, pourtant proche des chasseurs, a décidé le 27 août de suspendre la chasse à la glu pour une saison. Avec ce geste, il répondait à la fois aux demandes des écologistes et aux injonctions de la Commission européenne qui, début juillet, a donné trois mois à la France pour mettre fin à cette méthode de chasse non sélective, interdite par une directive de 2009 sauf dérogation.

Le Monde avec AFP  (11.09.2020)

 

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

Publié dans Oiseaux, Chasse, Biodiversité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jean 14/09/2020 19:59

vous avez raison ,quand on a le mal dans la peau

Ouest-France

Il était 7 h 45, samedi dernier. Jean-Patrice Nicolas organisait une chasse aux sangliers sur une propriété familiale, à Orvault. Des panneaux signalaient la battue et nous étions quatre chasseurs à remonter le chemin du Plessis-Buron, à la sortie du bourg d’Orvault vers Treillières, avec nos quatre chiens en laisse. On a entendu une voiture arriver en klaxonnant, raconte-t-il, encore sous le choc.

Des automobilistes qui n’aiment pas les chasseurs, il y en a, on le sait. Mais là, ce qui s’est passé ensuite… c’est grave !.

Jean-Patrice Nicolas et ses amis ont eu la peur de leur vie : Le conducteur de la voiture a donné un coup de volant pour nous « ramasser » de l’autre côté de la route. Il a délibérément fait un écart », insiste le chasseur. Les quatre amis se jettent alors sur le bas-côté dans un geste réflexe. La voiture frôle le groupe. Elle est passée à moins de 20 centimètres », assure Jean-Patrice Nicolas. L’un des chiens aura moins de chance. La voiture écrase une petite chienne teckel.

À la vitesse où il allait, nous n’avons pas eu le temps de noter le numéro d’immatriculation mais c’était une 307 grise. On va sûrement la retrouver sur les caméras du bourg d’Orvault, espère Jean-Patrice Nicolas.

Le propriétaire du chien tué a déposé plainte mercredi matin au commissariat d’Orvault. Les trois autres chasseurs devraient être entendus dans les prochains jours comme témoins.

Pour le directeur de la fédération des chasseurs de la Loire-Atlantique, un cap a été franchi » avec cette nouvelle péripétie survenue à Orvault. « C’est un incident bien plus sérieux que tout ce que l’on a vécu jusque-là, estime Denis Dabo.

Orvault. Le chasseur a eu la peur de sa vie : « L’automobiliste nous a volontairement foncé dessus »

Béa kimcat 13/09/2020 17:43

Une bonne nouvelle !!

Zoé 13/09/2020 16:15

Bonne nouvelle mais les chasseurs se sont bien défoulés avant cet arrêté , hélas!

Mario 13/09/2020 15:25

Bonne décision, qui en fait était prévisible et sans doute prévue par le ministère. C'est pour cela que ce type d'arrêté est toujours pris à la dernière minute cela permet de laisser les chasseurs se défouler avant que l'arrêté ne soit cassé. On estime que plus 7000 tourterelles ont été tuées depuis l'ouverture. Si le conseil d'état avait tardé un peu plus à rendre son arrêt ils auraient dépassés le quota autorisé ...
L'hypocrisie des politiques dans toute sa splendeur !

hepiegne 13/09/2020 13:25

une bonne com sur une décision de politicien cassée par notre conseil constitutionnel disposant de réflexion de meilleure qualité !
bravo à cette instance juridique

hepiegne 13/09/2020 14:10

il s'agit bien du Conseil d'Etat !

Anne 13/09/2020 12:03

Très bonne nouvelle ! Souhaitons que ce genre de décision s’étende à l’écoute de LPO et autres défenseurs de la faune sauvage. Je vois beaucoup de pigeons mais parfois une tourterelle turque et récemment il me semble bien avoir reconnu une tourterelle des bois. A observer donc !