Domino’s Pizza utiliserait des poulets provenant d’atroces élevages intensifs du Brésil

Publié le par Jean-Louis Schmitt

L’approvisionnement en poulet de l’enseigne de restauration rapide Domino’s Pizza proviendrait d’élevages intensifs brésiliens, selon la nouvelle enquête de l’association L214, qui pointe les conditions désastreuses infligées aux volailles dont la viande se retrouve notamment dans les assiettes françaises. La Fondation 30 Millions d’Amis exige des acteurs industriels qu’ils se détournent des pires pratiques qui engendrent la souffrance animale…

Au Brésil, les poulets élevés pour leur chair souffrent de graves malformations liées à leur croissance accélérée, et de la forte densité d'animaux par mètre carré. Photo : L214 - Mercy for Animals (Cliquez pour agrandir)

Au Brésil, les poulets élevés pour leur chair souffrent de graves malformations liées à leur croissance accélérée, et de la forte densité d'animaux par mètre carré. Photo : L214 - Mercy for Animals (Cliquez pour agrandir)

Pourquoi s’approvisionner localement... quand on peut faire voyager la viande sur plus de 8 000 km ? La vidéo rendue publique par l’association L214 montre un employé de l’enseigne Domino’s Pizza en France, filmé en caméra cachée, dévoilant l’origine du poulet dont la viande vient garnir les pizzas vendues par l’enseigne. Il s’agirait du Brésil, ce que confirmeraient les informations affichées sur les emballages de viande stockés dans la chambre froide de l’un des restaurants. En outre, ces mêmes emballages – consultés et filmés par les lanceurs d’alerte – permettraient de lier la provenance du poulet à l’entreprise Seara, « filiale du groupe JBS largement impliqué dans la déforestation au Brésil », précise l’association par communiqué.

À l’origine brésilienne de la viande, si elle est avérée, s’ajouteraient d’effroyables conditions d’élevages pour les animaux. En effet, le pays sud-américain n’applique pas les normes européennes en matière de bien-être animal. Les images diffusées par l’association –provenant de l’ONG internationale Mercy For Animals– montrent des oiseaux entassés dans un hangar, avec une densité de 20 volailles par m2, victimes de graves malformations causées par la sélection génétique visant à obtenir une croissance accélérée. Malades, pour certains agonisant au sol, leur existence est un véritable calvaire.

En France et dans le monde, la majorité des poulets proviennent d’élevages intensifs

La firme de restauration rapide revendique pourtant son éthique : « Dans son code de conduite, Domino’s Pizza Enterprises Ltd [la « master franchise » australienne détentrice de Domino’s Pizza France, NDLR] indique requérir de ses partenaires commerciaux qu'ils s'assurent que tous les animaux entrant dans sa chaîne d'approvisionnement soient traités sans cruauté », relève l’association, soulignant l’incohérence entre les valeurs prônées par l’enseigne et son refus de répondre aux organismes de protection animale. En effet, depuis quelques mois, plusieurs ONG européennes ont déjà demandé à Domino’s Pizza de s’engager à bannir les pires pratiques d’élevage et d’abattage des animaux, en garantissant un minimum de 20 % de plein air pour leurs approvisionnements en viande de poulet. Jusqu’ici, sans résultat.

Alors que plus de 8 Français sur 10 s'opposent à l'élevage intensif (Baromètre 30 Millions d'Amis/Ifop - 2020), la majorité des poulets élevés en France et dans le monde continue à provenir de fermes-usines. Soutenant le Référendum d’Initiative Partagée pour les animaux, qui propose notamment d’interdire les cages et de mettre fin à l’élevage intensif, la Fondation 30 Millions d’Amis exige des acteurs industriels qu’ils se détournent – une bonne fois pour toutes – des pires pratiques engendrant la souffrance

Vidéo-Enquête : Domino’s Pizza, poulet origine Brésil (1 :47)

 

 

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Claire 22/09/2020 10:40

Je l'ai déjà dit : grâce à vous et à votre magnifique blog, j'ai cessé de consommer d'abord de la viande et, désormais aussi des produits laitiers ! De fait, je boycotte donc intégralement toute cette malbouffe à laquelle du reste je n'ai jamais touché ! Je diffuse vos articles auprès de mes connaissances mais, je dois reconnaître que j'ai peu de retours : les gens -y compris les ami(e)s- sont assez peu sensibles à la souffrance animale et c'est un vrai crève-cœur pour moi qui suis de plus en préoccupée par tout cela...
Merci de continuez à nous informer !

Anne 22/09/2020 14:19

Anne pas Annem

Annem 22/09/2020 14:18

Eh oui hélas Claire il est triste de penser que si on profite d’une occasion pour évoquer la maltraitance animale, la conversation est aussitôt déviée : ce n’est pas correct il ne faut pas en parler...

Zoé 21/09/2020 16:42

Boycott , bien évidemment! Comme disait Coluche: Quand on pense... Qu'il suffirait que les gens ne les achètent plus pour que ça se vende pas [...]

Béa kimcat 21/09/2020 14:58

Boycottons absolument !!!!!!!!

Anne 21/09/2020 14:41

Et tenez-vous bien j’ai vu une pub de Domino qui expliquait que la livraison des pizzas se faisait maintenant en vélos électriques pour le bien de la planète !!! Peut être que les poulets devront venir en pédalos ! enfin si ils peuvent encore marcher...
L214 a obtenu l’engagement de Lidl, espérons le même succès avec Domino car oui Mario : les cons-sommateurs commencent à devenir des consomm’acteurs et merci pour cette belle formule!

danièle 21/09/2020 09:22

L214 l'avait signalé. Je boycotte depuis longtemps ces produits et industriels !

Mario 21/09/2020 09:07

Comme dit Jean Louis une seule solution boycott de ces chaines. Tant qu'elles gagneront de l'argent ces pratiques continuerons.Au cons-sommateurs de devenir des conssom-acteurs ...

Jean-Louis 21/09/2020 07:12

Il n’y a pas de mystères : toutes ces grandes chaînes vont chercher les produits les moins chers possibles afin de pouvoir afficher les prix les plus bas et, ainsi, attirer les ‘’cons-sommateurs’’, adeptes de la malbouffe…
Ces endroits sont à boycotter absolument car leurs dirigeants n’aucune éthique autre que celle du gain !