Les randonneurs appelés à signaler les actes de malveillances envers les ours

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Une association pro-ours appelle les usagers de la montagne à signaler les actes de malveillance destinés à nuire aux ours des Pyrénées…

Un ours brun comme ceux qui vivent dans les Pyrénées. Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

Un ours brun comme ceux qui vivent dans les Pyrénées. Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

Charognes indigestes disposées là intentionnellement, pots de miel aromatisé au verre pilé, ou, plus évident, pièges à mâchoires et cages de capture. Voilà le florilège cité par l’association pro-ours Ferus des « pièges » destinés à nuire aux plantigrades que l’on peut selon elle trouver dans les Pyrénées.

« Nous avons de sérieux indices qui font craindre que les tentatives de destruction de l’ours continuent, et tout particulièrement en Ariège », explique l’association qui vient de relancer son opération « Vigie ours* ». Elle appelle les usagers de la montagne, randonneurs estivaux en tête, à lui signaler tous les indices pouvant laisser croire à des tentatives de braconnage d’ours. « Il est important que les utilisateurs de la montagne soient vigilants et aux aguets », insiste Sabine Matraire, la vice-présidente et coordinatrice ours de l’association.

Un pot de miel empoisonné retrouvé

La militante ne veut pas trahir de secret judiciaire sur les événements récents qui poussent Ferus à réactiver l’opération. Elle confie toutefois qu’un pot de miel empoisonné a bien été retrouvé sur les hauteurs ariégeoises au mois de janvier.

Et pour les promeneurs qui trouveraient des indices vraiment évidents d’intention de nuire à l’ours, elle conseille de contacter directement et immédiatement soit la gendarmerie du secteur concerné, soit le service départemental de l'Office français de la Biodiversité (OFB).

Cette incitation à protéger les ours, que Ferus espère aussi « dissuasive » pour les ennemis de la cause, arrive dans un contexte tendu. Le 9 juin dernier, le cadavre d’un ours tué par balle(s) a été découvert en Ariège. L’enquête est toujours en cours.

Hélène Ménal/20 Minutes (14.08.2020)

 

*vigie@ferus.org ou par téléphone 06 46 62 19 47

 

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Claire 27/08/2020 05:22

Bonne initiative : il faut impérativement dénoncer ces actes odieux... puisque les pouvoirs publics ne font pas grand-chose dans ce sens ! Je partage...

Zoé 26/08/2020 21:44

Ignobles pratiques! Pauvres ours!

Anne 24/08/2020 23:49

Infâme ! J’ai changé mon opinion à propos du loup et donc aussi de l’ours grâce à vous Jean-Louis. J’ai compris que la cohabitation était tout-à-fait gérable mais avant, même devant les images de brebis engorgées (En fait mal protégées par leur berger) jamais je n’aurais pu imaginer de telles choses. Comment imaginer que de tels esprits pervers puissent circuler librement?

Anne 28/08/2020 08:06

Merci Jean-Louis, j’ai trouvé le billet..., et cet hiver, je vais « fouiller » votre blog où il y a tant de choses MERCI!!!

Jean-Louis 25/08/2020 06:02

Merci Anne, je suis évidemment touché...
Pour compléter votre information, je vous invite à lire un article que j'ai publié en 2018 ! Il s'agit de : "Plaidoyer d’une bergère en Béarn" ( http://natureiciailleurs.over-blog.com/2018/07/plaidoyer-d-une-bergere-en-bearn.html ).
Élise Thébault donne un autre éclairage concernant la présence de l'ours (elle est bergère) et explique combien il est difficile pour elle de s'exprimer : "On ne peut pas en parler, ça va être la guerre"... Comme les anti-loups, les anti-ours sont des "forts en gueule" capables de bien des choses pour faire taire ceux qui ne sont pas de leur avis...

Denis 24/08/2020 21:51

"Détruire ou construire" là est la question...
Une chose est certaine et l'on peut s'en rendre compte en tout temps et en tous lieux. Chacun a envie ou besoin de laisser une trace du passage de sa misérable personne sur terre. Pour ce faire les meilleurs soigneront leur prochain, inventeront vaccins et antibiotiques, d'autres comme OPPENHEIMER s’enorgueilliront d'avoir propulsé la capacité de destruction à des sommets jamais atteints. D'autres ne seront heureux qu’après avoir bétonné des millions d'hectares de terre nourricière et certains enfin, et non (numériquement) les moindres chasseurs, paysans, industriels éradiquent méthodiquement ce qui reste de vie.
Les pires finiront par conquérir tous les continents qui au nom de leur dieu, qui au nom du profit. Mais une fois "installés" que leur restera-t-il à part une coquille vide, théâtre de leurs ultimes luttes de pouvoir et délires d'assassins. Dire qu'il aura fallu moins de 2 siècles pour réaliser cet exploit, cherchez l'erreur !

Béa kimcat 24/08/2020 17:44

Une bonne initiative !
Pauvres ours...

Cléo 24/08/2020 15:28

Pourquoi ces personnes s'en prennent-elles aux ours? Une chance que cette association existe et que les randonneurs peuvent aider. Bises et belle semaine à vous deux!

simone 24/08/2020 11:29

très bonne initiative !!! juste pas possible cette obsession nauséabonde à éliminer les prédateurs !

Jean-Louis 24/08/2020 05:42

Pièges, miel ou viande empoisonnés, tirs soi-disant "de défense"... que ne vont pas chercher les antis ours –du reste ce sont les mêmes que ceux qui voient dans le loup un animal à abattre impérativement...- : pour justifier leur stupidité crasse ? Leur désir de nuire à l'espèce les aveugle et les rend particulièrement "bête et méchant"…

Domi 24/08/2020 05:29

Certaines méthodes anti ours sont degueulasses