Agir pour le vivant : les ambitions citoyennes de Françoise Nyssen à Arles

Publié le par Jean-Louis Schmitt

A l'initiative du festival ‘’Agir pour le vivant’’, qui se déroule à Arles du 24 au 30 août, l'ancienne ministre de la Culture Françoise Nyssen expose le programme et la vocation de cet événement en faveur de la biodiversité et du lien social.

Le festival Agir pour le vivant se déroulera à Arles du 24 au 30 août. Photo : Bertand Levet

"Le festival est une urgence", lance Françoise Nyssen en nous accueillant dans son bureau des éditions Actes Sud. Agir pour le vivant "répond à une nécessité, poursuit-elle. La démarche de pensée par rapport à l'écologie, à l'environnement et la culture devrait être partout. Il faut que l'on change notre façon de fonctionner. Aujourd'hui, on ne peut pas vivre sa citoyenneté sans se préoccuper de ce qui est en train de se passer, ni des autres, ni du lien. Nous sommes dans une société qui demande du lien". Créer du lien. Engager le débat. Confronter les approches. Agir. L'ambition du festival est lancée. Organisé par Actes Sud, le Domaine du Possible, l'Association du Méjean et Comuna, rejoint par de nombreux partenaires, le festival déploiera du 24 au 30 août conférences, ateliers, films, expositions ou résidences d'artistes.

7 jours, 4 lieux, 100 invités

Ouvert à tous, il sera animé de 100 invités de tous les horizons : écrivains, philosophes, scientifiques, économistes, entrepreneurs, botanistes, agronomes... Parmi eux : Edgar Morin, Cyril Dion, Gilles Clément, Pierre Rabhi, Francis Hallé, Baptiste Morizot ou encore l'actrice Marion Cotillard. L'idée fédératrice est de conjuguer les disciplines et de croiser les compétences, pour, avant tout, poser le débat. "Il faut faire de l'écologie une question de débat permanent. Tous les jours, nous avons des preuves supplémentaires qu'il faut prendre la question à bras le corps. Prévenir, échanger, publier, former : c'est en permanence. Il faut alerter, alerter, alerter. Et agir. On ne peut pas baisser les bras." 

L'Urgence d'agir

Chacune des journées sera consacrée à une thématique globale, abordée de façon multidisciplinaire : économie, politique, agriculture, médecine, culture et, en ouverture, notre rapport au vivant. "On a essayé de rassembler les thématiques qui nous semblaient importantes". Dans chaque domaine, les réflexions et des initiatives engagées dessinent d'autres approches possibles et remettent en question nos a priori, nos certitudes, nos habitudes, allant jusqu'à bousculer le socle de notre vision du monde. Or, pour changer la société et dessiner un lendemain souhaitable, "il nous faut des récits qui portent ces questions. Car les transformations se sont toujours faites avec les récits." Raconter une histoire serait donc une des clés de notre avenir... Avec cinq prix Goncourt à son palmarès, Actes Sud n'est pas si mal placé en ce domaine. Et Françoise Nyssen de prévenir : "C'est une première édition par rapport à quelque chose que l'on veut enclencher." 

Elodie Rothan/L’Express (20.08.2020)

www.agirpourlevivant.fr

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Claire 27/08/2020 05:51

Je trouvais l'initiative excellente... avant de prendre connaissance de vos commentaires qui m'éclairent toujours ! Du coup, mon enthousiasme est un peu douché car les propos de Dominique et les vôtres, Jean-Louis, font réfléchir !
La présence de Edgar Morin, Cyril Dion, Gilles Clément, Pierre Rabhi, Francis Hallé, Baptiste Morizot, Marion Cotillard va peut-être apporter quelque chose à ces journées ! En tous cas, je l'espère...
Notre rapport au vivant est tellement ambigu qu'il convient d'en débattre, c'est une évidence ! Qu'en sortira-t-il : j'attends le bilan avec une certaine impatience...

Zoé 26/08/2020 21:37

Complètement d'accord avec dominique .

dominique 26/08/2020 14:27

Des débats...il est à craindre que cela ne soit qu'un prétexte pour se retrouver dans l'entre-soi du microcosme parisien et privilégié ....(avec peut-être des avantages à en tirer)....protégé même en cas de doute sur l'honnêteté !!! Francoise Nyssen avec sa SCI achetant un monument historique et les aides apportées à Actes sud; ne me semble pas crédible ; admettons, je ne peux l'affirmer. "Agir pour le Vivant" ? elle ne manque pas d'air !!!! Sur ce blog on est contre la corrida pour l'amour du Vivant , contre la torture et la barbarie et ce qui est sûr c'est qu'elle fait partie des 40 noms qui se sont insurgés contre le projet de loi visant à interdire la corrida aux mineurs , avec Arditi, Dupont-Moretti, Podalydès, etc etc , des gens tellement nantis et sûrs d'avoir raison contre tous, d'être impunis, qu'ils font passer leur plaisir sanguinaire avant le moindre sentiment d'humanité et de justice à l'égard des autres espèces ! Leur argument : "la corrida est de l' Art"; comme la pédophilie dans les années 1970 vantée et assumée par Cohn Bendit....Matzneff que l'on semble découvrir maintenant, mais à l'époque reçus dans le milieu germanopratin et même par Bernard Pivot (déception de l'apprendre) car eux aussi parlaient Art pour couvrir leurs immondes pratiques; alors dans quelques décennies ceux qui parlent Art pour couvrir la barbarie seront eux aussi livrés à l'opprobre. Evidemment je ne vise pas Edgar Morin, Pierre Rabhi et quelques autres sincères et engagés, simples invités qui ont cru devoir accepter espérant faire avancer une cause qui leur est chère. Nous jugerons sur les résultats ...

Miichelle 27/08/2020 10:41

Merci sincèrement de votre commentaire qui est édifiant. C'est un exercice que chacun de nous devrait faire : que se cache t'il derrière les mots, les images, les intervenants... au plaisir

Jean-Louis 27/08/2020 05:42

Merci Dominique de rappeler ces faits et réalités : il y a effectivement dans ce "festival" quelques faits dérangeants... Le choix du lieu d'abord : Arles, un des hauts lieux français de la "culture taurine" ! C'est tout un symbole... "Agir pour le vivant" à Arles serait en premier lieu d'évoquer ces abominables tortures infligées à des bêtes devant un public hilare et stupide... J'ignore ce qu'il sortira de ces journées mais, je ne me fais aucune illusion vu les personnes "qui mènent le bal" ! Mais, ne soyons pas défaitistes et attendons pour juger... Je tenais malgré tout à diffuser l'information, ne serait-ce que pour susciter un petit débat intérieur ! Tu joues parfaitement le jeu ma chère Dominique !
Merci à toi et bonne fin de semaine à vous deux, à Amiens...

osswald pierre 26/08/2020 17:31

Bien vu....