Journal du déconfinement (7)

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Mis à part quelques allées et venues des adultes avec des arrêts pour nous signifier vertement que nous ferions mieux de passer notre chemin, la nidification d’un couple de Rougequeues noirs sous notre appentis s’est déroulée plutôt discrètement…

A la moindre approche de son nid par nous où par un prédateur potentiel tel un chat, la petite femelle Rougequeue noir donne bruyamment l’alerte… Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)
A la moindre approche de son nid par nous où par un prédateur potentiel tel un chat, la petite femelle Rougequeue noir donne bruyamment l’alerte… Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)A la moindre approche de son nid par nous où par un prédateur potentiel tel un chat, la petite femelle Rougequeue noir donne bruyamment l’alerte… Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)A la moindre approche de son nid par nous où par un prédateur potentiel tel un chat, la petite femelle Rougequeue noir donne bruyamment l’alerte… Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

A la moindre approche de son nid par nous où par un prédateur potentiel tel un chat, la petite femelle Rougequeue noir donne bruyamment l’alerte… Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

D’un tempérament assez peu farouche, le Rougequeue noir ne craint pas l’homme et aime, semble-t-il nicher, outre dans les cavités naturelles les plus improbables, dans les bâtiments les plus variés ! Chez nous, c’est sur une poutre de notre appentis, qu’un couple s’est installé ! Nous ne les avions tout d’abord pas remarqué : ce n’est que lorsque le sol fut jonché de matériaux divers que, levant les yeux, nous avons repéré une construction assez désordonnée en cours ! Dès lors, soucieux de ne pas déranger les tourtereaux, nous avons soigneusement évité les lieux…

Une quinzaine de jours plus tard, quatre bébés étaient nés et le jeune couple multipliait les voyages pour nourrir ces éternels affamés, revenant le bec chargé de toutes sortes d’insectes, de chenilles, de larves, d’araignées…

Sitôt les adultes repartis, les jeunes se font à nouveau tout petits dans leur nid pour ne pas se faire remarquer… Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)Sitôt les adultes repartis, les jeunes se font à nouveau tout petits dans leur nid pour ne pas se faire remarquer… Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

Sitôt les adultes repartis, les jeunes se font à nouveau tout petits dans leur nid pour ne pas se faire remarquer… Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

Véritablement insatiables, les petits ingurgitent des proies parfois conséquentes vu leur petite taille ! De fait, ils grossissent vite et, en une quinzaine de jours à peine, ils sont capables de quitter leur nid douillet devenu rapidement trop exigüe pour la fratrie ! Commence alors un autre marathon pour les parents qui continuent à les nourrir, volant d’arbre en arbre, au gré des, d’abord, timides déplacements des petits qui prennent rapidement de l’assurance et se déplacent de plus en plus, inconscients de leur vulnérabilité : heureusement, papa et maman Rougequeue veillent et, au moindre danger, lancent de bruyants ‘’tec-tec’’ répétés jusqu’à ce que l’alerte soit passée…

Après avoir quitté le nid, les jeunes sont encore nourris durant quelques jours par leurs parents… Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)
Après avoir quitté le nid, les jeunes sont encore nourris durant quelques jours par leurs parents… Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)Après avoir quitté le nid, les jeunes sont encore nourris durant quelques jours par leurs parents… Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)
Après avoir quitté le nid, les jeunes sont encore nourris durant quelques jours par leurs parents… Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

Après avoir quitté le nid, les jeunes sont encore nourris durant quelques jours par leurs parents… Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

 

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

dominique 21/06/2020 13:14

Chez vous encore un petit bonheur ..bien mérité; pour moi de grands regrets de ne pas habiter à la campagne une maison avec des abris qui les attirent tous !

Zoé 20/06/2020 16:57

Magnifique billet qui fait chaud au cœur! Merci Jean-Louis pour ce pur moment de bonheur!

Jacky 20/06/2020 07:18

Les jeunes vont en ce moment à la découverte du monde et il est aisé de les observer car ils sont moins farouches.

Claire 19/06/2020 21:17

Chouette billet et magnifiques photos : merci Jean-Louis ! J'adore ces publications qui nous changent un peu de celles nettement plus graves qui sont, hélas, très réelles aussi ! Bonne fin de semaine...

Cléo 19/06/2020 20:25

C'est superbe cet heureux événement! Merci de partager! Bises et bon week-end à vous deux!

martine 19/06/2020 18:29

Tout pareil chez moi : nidification sur et sous poutre, 4 petits gloutons à nourrir et tec tec mécontents qui se veulent dissuasifs quand nous sommes à proximité (souvent hélas pour eux car ils se sont installés juste sous l'auvent au-dessus de la table où nous déjeunons !)

Béa kimcat 19/06/2020 18:11

Magnifique billet !
Quel chant mélodieux !

domi 19/06/2020 16:44

joli document : des cousins des miens

Anne 19/06/2020 14:47

Très beau et très touchant Merci!