Journal du déconfinement (3)

Publié le par Jean-Louis Schmitt

En dépit d’une certaine liberté retrouvée, je n’ai changé que très peu mes habitudes : certes, les balades sont désormais bien plus longues mais, pour le reste, on continue à éviter les contacts et on passe toujours beaucoup de temps au jardin, à observer ce qui s’y passe… et c’est absolument passionnant !

Avec le Rouge-queue noir, c’est un des oiseaux qui commence à chanter bien avant le lever du jour : il n’y a pas à dire, le Merle noir -ou ‘’Sifflet d’or’’ comme le nomme affectueusement notre amie Dominique- est un authentique virtuose dans son genre.

Merle noir au poste de chant… Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

Merle noir au poste de chant… Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

Ce chant clair et sonore constitué de longues phrases mélodieuses et flutées est aisément reconnaissable ! Et pourtant, savez-vous que chaque merle a son propre répertoire et que, si vous écoutez attentivement, vous pouvez même différencier les individus entre eux ? Et ce d’autant plus facilement qu’un merle prend l’habitude d’utiliser toujours les mêmes perchoirs : une branche élevée et bien en vue, une antenne, une cheminée…

En période de reproduction, les oiseaux se confinent volontairement dans des espaces qu’ils défendent avec acharnement contre leurs congénères : cette attitude n’est pas l’apanage des seuls merles mais, à quelques exceptions près, de la plupart des membres qui constituent la grande famille de la gent ailée ! Une fois la période des naissances* menée à bien, tout ce petit monde redevient moins vindicatif  mais, fort heureusement, le Merle noir continue tout de même de chanter de temps à autres du haut de ses perchoirs favoris… pour notre plus grand bonheur !

De couleur sombre, on observe les merles le plus souvent au sol où ils sautillent ; les 2 sexes sont différents ; le plumage du mâle est tout noir, contrastant avec le jaune-orangé vif de son bec,  ses yeux noirs sont entourés d'un cercle de peau jaune… Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)De couleur sombre, on observe les merles le plus souvent au sol où ils sautillent ; les 2 sexes sont différents ; le plumage du mâle est tout noir, contrastant avec le jaune-orangé vif de son bec,  ses yeux noirs sont entourés d'un cercle de peau jaune… Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

De couleur sombre, on observe les merles le plus souvent au sol où ils sautillent ; les 2 sexes sont différents ; le plumage du mâle est tout noir, contrastant avec le jaune-orangé vif de son bec, ses yeux noirs sont entourés d'un cercle de peau jaune… Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

La femelle est brune, souvent avec une gorge plus claire, son bec est noirâtre avec du jaune pâle… Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

La femelle est brune, souvent avec une gorge plus claire, son bec est noirâtre avec du jaune pâle… Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

Les jeunes quittent le nid au bout de 12 à 13 jours après la naissance. Les parents les nourrissent encore pendant trois semaines et ils sont indépendants au bout d'un mois. Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

Les jeunes quittent le nid au bout de 12 à 13 jours après la naissance. Les parents les nourrissent encore pendant trois semaines et ils sont indépendants au bout d'un mois. Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

*La période de reproduction est plutôt longue chez les merles : les couvées peuvent, en effet, s’enchaîner les unes après les autres (deux, parfois même trois !) et souvent le mâle est encore en train de nourrir les jeunes que la femelle en commence déjà une nouvelle !

Vidéo : Merle noir (cris et chants) 4 :34

 

 

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

claire 26/05/2020 20:47

Article intéressant et belles photos : voilà un excellent alliage qui fait plaisir à la lectrice que je suis et qui, tout en lisant, écoute le chant du merle ! C'est juste magique !

kimcat 26/05/2020 18:36

Que du bonheur ces merles !!

dominique 24/05/2020 11:15

En effet Sifflet d' Or ne chante plus que matin et soir , après une période de chant "en boucle" dans la journée; mais c'est déjà une joie de l'entendre; pas vu ses petits cela m'étonne...Chez mon fils, Sifflet d'Or est revenu nidifier dans son rosier grimpant habituel; j'ai reçu une photo de merlot mais depuis plus personne; or je lis ici que les parents s'occupent de leurs petits pendant 3 semaines...inquiète ! Oserai-je dire que Clochette, la chatte de leurs voisins (qui n'en porte pas), vient souvent faire un tour ? Quoi qu'il en soit pas question de toucher à un poil de chat !

Jacky 24/05/2020 08:00

J'ai souvent pensé à tous les oiseaux de notre secteur. Le déconfinement, ces centaines de promeneurs, ces milliers de motos ont dû leur couper le sifflet. Bon, la vie continue.

Cléo 24/05/2020 00:20

Oh! C'est divertissant tous ces chants! Merci du partage! Bises et beau dimanche à vous deux!

domi 23/05/2020 23:44

si tes reprises d'articles sont intéressantes, comme une revue de presse, j'aime particulièrement tes rubriques personnalisées et celles qui parlent du jardin et de ses hôtes, bonne soirée

Sylvie 23/05/2020 21:11

Nous avons cette année, un merle qui se montre beaucoup quand il chante ; alors on apprécie encore plus.

osswald pierre 23/05/2020 21:03

J'essaie de déconfiner avec élégance, ce n'est pas facile. Je sentais comme un flottement au début, on ne savait plus ce qui était autorisé, ce qui ne l'était pas. Maintenant tout va mieux les bonnes habitudes ont été vite reprises, les autos vrombissent, les motos pétaradent et les tondeuses dégazonnent comme avant, tout va bien. Au jardin les iris sont d'une splendeur inaccoutumée, mais ne durent pas vu la sécheresse. C'est le lot des jolies fleurs de ne pas durer. J'ai entretenu mes tomates dans mes serres, quelques variétés goûteuses. Un grillon m'accompagne dans mes travaux. Il stridule, grillonne, fredonne, déconne je ne sais plus. Il me harcèle et me nargue, s'arrête et recommence, me vrille les tympans, aucun respect pour mes oreilles, insupportable dans un lieu clos, au moins 80 décibels. Et l'on parle du silence bienfaisant de la campagne. Pour lui rabattre le caquet j'ai posé "New Grass" d'Albert Ayler (Impulse 1968) sur la platine, et bien ça marche ça la laissé sans voix. Il fallait bien que l'un de nous deux cède....

Jean-Louis 23/05/2020 22:07

Mettre en compétition un malheureux petit grillon et New Grass d'Albert Ayler est terriblement cruel pour la pauvre bestiole : comment résister à une telle caca... phonie ! Je crains que l'insecte orthoptère ne soit mûr pour une sérieuse thérapie !

Zoé 23/05/2020 19:16

Ah le merle siffleur! On en a toujours eu dans le jardin . Une année , un petit était tombé du nid dans le jardinet d'entrée . Jusqu'à ce qu'il sache voler, les parents s'en sont occupé , admirablement, l'un apportait la becquée et l'autre surveillait sur le faîte du toit et fonçait sur la chatte si elle mettait le museau dehors pour la faire rentrer . Et elle s'exécutait .

Stéphane 23/05/2020 18:36

Quel joyeux luron, ce merle alors !