Confinement J.53

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Vendredi 8 Mai. Voilà deux jours que les faucheuses sont en action suivies par des norias de tracteurs attelés de gigantesques remorques : l’herbe récoltée est en effet en grande partie ensilée (*). Quant à moi, je tremble pour tous les animaux qui se cachent dans les herbes (faons, levrauts, nichées d’oiseaux, insectes…) qui se font réduire en bouillie par les engins qui sont de plus en plus rapides et impressionnants par leur grande taille…

Pré fauché pour ensilage… Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

Pré fauché pour ensilage… Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

(*) Ensilage : procédé de conservation de végétaux frais utilisant la fermentation lactique et consistant à les placer dans un silo ou à les mettre en tas et à les presser après les avoir hachés. Ce produit est destiné à l'alimentation du bétail…

C’est à fond de train que les machines sillonnent les prés, couchant l’herbe au moyen de larges barres de coupe. Le fourrage est aussitôt mis en andain par un second engin, prêt à être pris en charge par le suivant qui confectionnera les balles enrubannées de plastique de couleur que tout le monde connaît… Dans d’autres prés, c’est une autochargeuse qui est à l’œuvre : le fourrage est coupé et aussitôt propulsé dans les bennes dont les tracteurs avancent à la même allure que l’autochargeuse ! L’herbe hachée est acheminée par les tracteurs vers des silos ou d’autres engins la compactent… S’il reste la bonne odeur d’herbe coupée, le temps des foins semble, lui, bel et bien révolu !

Autochargeuse en action… Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

Autochargeuse en action… Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

Outre quelques belles rencontres que j’évoquerai ultérieurement, ce vendredi a été marqué par un ‘’grand’’ retour que j’attendais avec impatience et dont, chaque année, je redoute qu’il n’ait pas lieu ! Bonne nouvelle donc pour cette saison : la Pie-grièche écorcheur est de retour près du village !

En France, malgré une population encore abondante, la Pie-grièche écorcheur (Lanius collurio) est classée parmi les espèces "en déclin". Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)
En France, malgré une population encore abondante, la Pie-grièche écorcheur (Lanius collurio) est classée parmi les espèces "en déclin". Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)En France, malgré une population encore abondante, la Pie-grièche écorcheur (Lanius collurio) est classée parmi les espèces "en déclin". Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)En France, malgré une population encore abondante, la Pie-grièche écorcheur (Lanius collurio) est classée parmi les espèces "en déclin". Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

En France, malgré une population encore abondante, la Pie-grièche écorcheur (Lanius collurio) est classée parmi les espèces "en déclin". Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

Ce joli petit passereau que je surnomme affectueusement ‘’le petit brigand’’ en raison du masque qui barre la tête du mâle, est un redoutable chasseur d’insectes que, grâce à son bec légèrement crochu à la manière des rapaces, il tue net ! Ce comportement alimentaire lui a d’ailleurs valu la dénomination anglaise de « butcher bird » (oiseau boucher).

Lorsque les proies sont abondantes, la Pie-grièche écorcheur les empale sur des branches épineuses ou, à défaut, sur des fils de fer barbelés. Les pattes de l’oiseau sont munies de griffes qui lui permettent de transporter parfois ses prises à la manière de certains rapaces…

Les populations de l’espèce sont de plus en plus menacées principalement à cause de la fragmentation de son habitat et l’expansion de l’agriculture destructrice des biotopes favorables (haies) et l’utilisation de pesticides qui entraîne très logiquement une perte importante des ressources alimentaires !

La pie-grièche écorcheur est protégée sur l’ensemble du territoire français par l'arrêté ministériel du 29 octobre 2009… Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)La pie-grièche écorcheur est protégée sur l’ensemble du territoire français par l'arrêté ministériel du 29 octobre 2009… Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)La pie-grièche écorcheur est protégée sur l’ensemble du territoire français par l'arrêté ministériel du 29 octobre 2009… Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)
La pie-grièche écorcheur est protégée sur l’ensemble du territoire français par l'arrêté ministériel du 29 octobre 2009… Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

La pie-grièche écorcheur est protégée sur l’ensemble du territoire français par l'arrêté ministériel du 29 octobre 2009… Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

La Pie-grièche écorcheur a été élue ‘’Oiseau de l’année 2020’’ par le BirdLife Suisse ! Découvrez sa vie dans la vidéo de l’association ci-dessous…

Vidéo : La pie-grièche-écorcheur, oiseau de l’année 2020 (6 :47)

À suivre…

 

Et vous ? Comment vivez-vous ce confinement ? Racontez-nous !

 

 

 

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

kimcat 10/05/2020 18:21

Je partage la belle vidéo.

kimcat 10/05/2020 18:20

Oui un drame ces faucheuses pour les animaux qui sont cachés dans les herbes hautes...
Quelle chance que la la Pie-grièche écorcheur soit de retour !

Stéphane 10/05/2020 10:18

Une belle découverte que cette vache de pie ! (et non pas l'inverse, hein!)

Zoé 09/05/2020 21:13

Entre la faune massacrée par ces engins monstrueux et l'endettement des agriculteurs on touche du doigt tout ce dont se fichent les lobbys. Bienvenue dans le monde merveilleux de la Fnsea and co
J'ai appris plein de choses sur ce brigand et il me plaît bien!

Cléo 09/05/2020 17:51

Il n'y aurait pas moyen, un peu avant de passer, de faire de gros bruits de pétards pour que les animaux qui le peuvent se sauvent? Je sais : c'est naïf de penser ainsi... Pour l'oiseau, c'est bien qu'il soit protéger. Bises et belle journée à vous deux!

Jean-Louis 10/05/2020 13:10

Oui Cléo, là, clairement tu rêves ! Déjà, ces engins agricoles sont très bruyants donc, les animaux qui en sont capables, peuvent fuir ! L'ennui, ce sont tous les autres qui ne le peuvent pas (nichées d'oiseaux, levrauts trop petits, faons qui a appris à ne pas bouger en l'absence de maman...) et qui sont à la merci des monstres rugissants... En fait, il n'y a pas vraiment de solutions et c'est bien le drame !
Belle journée au Québec et bises d'Alsace !

Sylvie 09/05/2020 17:05

Pauvres petits animaux ! Ils avaient bien la paix quand les humains étaient confinés ! La nature et les animaux ont eu une pause bienfaisante , dommage pour eux que ce soit terminé.

Jean-Louis 10/05/2020 13:13

Oh, le confinement n'a finalement pas changé grand-chose pour ces animaux : les agriculteurs ne l'ont pas été eux, confinés, ni d'ailleurs un certain nombre de chasseurs qui avaient pour la plupart des autorisations de tirs de nuit pour les sangliers et autres 'nuisibles'' ce dont ils ne se sont évidemment pas privés !

dominique 09/05/2020 16:18

Un drame ces faucheuses, chaque année je pense à ces animaux sacrifiés d'avance et chaque année je me dis mais nous n'avons pas ce droit.. "L'Homme n'a de droit sur l'animal que ce qui est indispensable à sa survie!"

Chantal33300 09/05/2020 15:41

moi, aussi je m’inquiète pour tous ces animaux qui ont pris de l'aisance en trouvant le champ libre. Ils vont avoir peur et certains vont mourir. Ce petit brigand est vraiment très mignon. Bon weekend

Anne 09/05/2020 15:04

Au sujet du ramassage pour ensilage, je le vois chez nous aussi mais je fais toujours mon colibri : nous avons deux champs qui seront fauchés beaucoup plus tard pour faire du foin laissés à ceux qui viennent le faire et nous n'en gardons qu'un peu (deux round Ball cette année) pour pailler le pied de tout ce que nous plantons : des haies et des arbres. Et aussi, je voudrais dire que les agriculteurs de chez nous ne sont pas non plus des grands vilains puisque depuis qq années, je vois de plus en plus de coquelicots partout. Il faut que tout le monde vive : la nature mais aussi nos agriculteurs pour nous nourrir.

Anne 09/05/2020 14:56

Bonjour Jean-Louis, nous en avons vu un sans savoir qui il était. Pour moi, une pie grièche ... ben était une sorte de pie :) J'ai honte mais j'ai appris et suis bien contente de connaitre un nouvel oiseau, Grand merci encore pour tout !

osswald Pierre 09/05/2020 14:26

Content de retrouver le bandit masqué.
Il y bien entendu de nombreux agriculteurs qui connaissent de graves difficultés, personne ne peut le nier. Mais comme Jean-Louis je préfère l'odeur de foin à celle aigre de l'ensilage, et je m'interroge comme lui sur les pratiques agricoles brutales, les engins dernier cri de plus en plus puissants, achetés par des agriculteurs souvent en train de geindre, prompts à manifester leur colère avec rudesse et de revendiquer de copieuses subventions. Et d'arroser le tout généreusement de pesticides divers. Et de réclamer la considération du consommateur comme un dû.

osswald Pierre 10/05/2020 11:22

Ce n'est pas une critique Stéphane, c'est un constat étayé par une longue pratique.

Stéphane 10/05/2020 10:16

La critique est aisée envers les agriculteurs qui est une des professions avec le plus fort taux de suicide. Je ne suis pas pour le déni du vécu d'autrui qui mène à la violence mais plutôt pour la solidarité, donc l'empathie.

The PRIMITIF 09/05/2020 14:22

Cette façon de faire depuis des années est une catastrophe à tous les points de vue .Saccage de l'environnement et de la vie des personnes qui essayent de vivre de la Terre .Ces engins agricoles qui coutent un pognon de dingue (Comme dirait l'autre) font le bonheur des constructeurs des dits engins et des Banques .

Jacky 09/05/2020 13:46

La photo des marguerites du confinement 51 m'a inspiré. Je suis allé cueillir ces fleurs dans une de ces rares prairies de notre secteur de forêt. Le spectacle de ces hautes herbes, de ces fleurs de toutes les couleurs est fabuleux. Je connais même pas le nom de la moitié de ces espèces. Nous voyageons vite et loin et nous ne connaissons plus le pas de notre porte. Ce confinement nous recentre sur nous même et c'est très bien. J'ai ramassé mes fleurs de marguerite. Elles sont très bonne avec une salade et j'en ai mis à sécher pour consommer en tisane.

anne 09/05/2020 14:54

Bonjour, ceci me fait repenser ce poème japonais mis en début du livre d'H. Reeves sur les fleurs sauvages : "J'ai vu une fleur sauvage. Quand j'ai su son nom, je l'ai trouvée plus belle". Depuis quand je me promène, je parle au géranium de Robert, à la petite véronique de perse, à la fleur de coucou au compagnon blanc etc ...

domi 09/05/2020 12:35

l'évolution des méthodes agricoles a de quoi inquiéter au plan environnemental sans apporter, à cause de l'importance des investissements, une meilleure vie aux agriculteurs qui se plaignent souvent de leurs faibles revenus