Comment construire un hôtel à insectes ?

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Les abeilles solitaires et bien d'autres insectes sont en déclin partout dans le monde. Accueillez-les chez vous en leur construisant un hôtel à insectes.

Image extraite de la Minute Nature n° 194 (Cliquez pour agrandir)

Image extraite de la Minute Nature n° 194 (Cliquez pour agrandir)

Dans un précédent épisode la Minute Nature, vous découvriez un énorme hôtel à insectes qui abritait des dizaines d'osmies. Ces abeilles nichent dans des trous de 8 mm de large. Mais d'autres espèces d'abeilles solitaires peuvent nicher dans des trous de diamètres différents, il faut donc les varier au maximum.

Plus généralement, la diversité est le maître mot pour construire un hôtel à insectes. Le réalisateur du film Jardin Sauvage le détaille dans son documentaire. Commencez par construire comme une grande étagère avec des blocs de tailles différentes. Il est important d'utiliser du bois non traité pour que les insectes y viennent !

Remplissez ensuite ces blocs avec différents éléments qui plairont à d'autant plus d'insectes. Des pots en terre retournés et remplis de paille pour les perce-oreilles, du foin tassé derrière une planche fendue pour les chrysopes, des tiges creuses et des buches percées pour les abeilles solitaires, des pommes de pins pour les coccinelles et des ardoises debout pour les papillons…

Vidéo : Comment construire un hôtel à insectes ? La Minute Nature n° 194 (3 :33)

 

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

croliquette 62 21/05/2020 12:44

bonjour , merci pour ce partage, j'en ai fait un chez moi avec des matériaux de recup...amitiés annick 62.

Véronique 21/05/2020 12:37

Merci pour ta réponse JL!
Nouvelle surprise dans le verger! Plusieurs couples ont donné naissance à des faons ; nous les avons surpris par hasard! Ils sont au moins 3 petits! C’est magnifique! Ils ont profité de l’herbe haute pour se cacher et la présence des enfants pendant 2 mois ne les a pas gênés.
Pas de bon appareil pour les prendre en photos...

Jean-Louis 21/05/2020 14:01

Super, bonne nouvelle : là au moins, ils sont à l'abri ! Dommage qu'ils ne restent pas : ça servirait de tondeuse écologique :-)

dominique 20/05/2020 22:40

On en voit de plus en plus, des petits des grands des moyens et ça les attire me dit-on.. Incapable d'en construire un je vais l'acheter...un petit..... à petit jardin petit hôtel; nous avons déjà de jolis bourdons orangés et noirs, peu d'abeilles mais qui semblent adorer les fleurs de houx maintenant sur la fin et comme tous les ans une grosse abeille xylocope bleutée qui vient butiner le seringa...
; san

kimcat 20/05/2020 18:47

Dans le Jardin de Public de Guéret; il y en a 2. Je trouve ça très bien !

Véronique 20/05/2020 18:17

Vous allez me trouver bien ignorante, mais je ne comprends pas l’intérêt d’un hôtel à insectes. Chaque recoin de mon jardin en est un et même sur mon balcon parisien, les fourmis sont sous mon nain de jardin( oui je sais.. mais moi il me fait sourire) ou sous un pot de fleurs. Je suis au 2 eme étage sur un grand boulevard et il y a toujours un coin naturel pour les insectes. Merci de m’eclairer

Jean-Louis 21/05/2020 11:53

Chère Véronique,
S'il est des jardins ou nul hôtel à insectes n'est nécessaire, les hôtels à insectes, eux, sont d'un grand intérêt pour nombre d'espèces qui trouvent de moins en moins d'abris pour s'y réfugier mais aussi pour se reproduire ! Certains jardins sont en effet tellement "propres" et inhospitaliers qu’ils sont des déserts pour cette micro faune : lui proposer un gîte correspond donc aussi à un état d’esprit qui prend également en compte d’autres éléments pour venir en aide à la biodiversité –plutôt malmenée comme tu le sais- comme la présence de « zones refuges » où l’herbe ou les buissons ne sont pas coupés à ras !
La présence de certaines plantes accueillantes, de haies, d’arbres etc. conjuguée à des gîtes ou hôtels à insectes, pourra favoriser la présence d’insectes « auxiliaires » qui, outre de leurs permettre tout simplement d’exister, sera également un bienfait pour le potager (pour ceux qui en ont un) et pour la nature en général !
Ces insectes auxiliaires sont les coccinelles, les carabes, les chrysopes, les syrphes, les forficules (ou perce-oreilles), les osmies (abeilles solitaires) et les papillons…
Dans cet esprit, il importe aussi de privilégier l’accueil des oiseaux, des reptiles, des batraciens… qui se nourrissent ou parasitent les ennemis des cultures, ainsi que d’autres espèces fort utiles (araignées, chauves-souris, hérissons, lézards etc.
J’espère que j’ai répondu à tes interrogations ! En tous cas, je peux te rassurer : Colmiche est « naturellement » accueillant !

Zoé 20/05/2020 17:54

Superbe! ça fait envie!

Chantal33300 20/05/2020 15:56

j'en ai un, mais je l'ai acheté tout fait

Jacky 20/05/2020 13:58

Si le gaillard déteste le bricolage, il a réussi un bel hôtel à insectes.

Jean-Louis 21/05/2020 11:54

Qu'est-ce que ce serait s'il aimait le bricolage ?