Une nouvelle vie pour les filets de pêche en plastique

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Une amoureuse des océans, a décidé de s’engager professionnellement pour une meilleure gestion des déchets de la pêche. Elle récupère auprès des marins les filets de pêche usagés pour les transformer.

Un pêcheur consomme en moyenne 800 kg de filet par an. Photo : © Getty/PhotoPlus Magazine

Sabine Meneut, 27 ans, se qualifie elle-même de rêveuse active. Elle a créé sa société Glokis implantée à Marseille afin d'agir pour la défense des océans.

Les filets de pêche, un outil de travail en plastique

Elle veut préserver les pêcheurs qui sont en voie de disparition dit-elle. Ils ne sont plus que 1 038 sur le littoral méditerranéen français. Avec ses deux associés Kevin et Julien, océanographe et biologiste, elle leur propose une solution éco responsable pour ne plus continuer de polluer avec leur outil de travail en plastique, les filets.

800 kilos de filet par an et par pêcheur

En principe les filets usagés sont apportés en déchetterie. Mais la plupart du temps, ils sont abandonnés dans un hangar ou ailleurs. Comme il est estimé qu'en moyenne un pêcheur utilise 800 kg de filet par an, ce sont des milliers de kilomètres de filets qui sont abandonnés.

Solution simple et gratuite

Sabine propose aux pêcheurs, trop contents de la trouver, de récupérer leurs vieux filets. Les moins abîmés sont valorisés sur place grâce à une couturière qui les transforme en sac, les autres partent à Brest. Là, ils sont broyés pour être transformés en nouvel objet, comme par exemple des montures de lunettes recyclées et recyclables...

Des dauphins nageant dans le plastique

Cet engagement pour préserver les océans lui est venu à 11 ans alors qu'elle traversait l’océan à la voile, avec sa mère. Née au Kenya, elle a vécu 14 ans en Guyane. Sa mère, aventurière, avait décidé de faire la traversée Guyane-Les Açores à la voile. C'est à cette occasion qu'elle a vu des dauphins nager au milieu des bouteilles plastiques. Lorsque plusieurs années plus tard, au cours d'une plongée à Marseille, elle revu ces mêmes bouteilles plastiques, elle a décidé de créer sa société pour s'engager personnellement dans ce combat pour la planète. 

Emmanuel Moreau*

 

Retrouvez Sabine Meneut, cofondatrice de Glokis au micro d'Emmanuel Moreau

 

*Esprit d’Initiative, du lundi au vendredi à 6h18 sur France Inter

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

Publié dans Initiative, Pêche

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Françoise 21/04/2020 22:57

Très belle initiative ! Bravo Sabine !

kimcat 21/04/2020 18:30

Bravo à Sabine

Chantal33300 21/04/2020 15:23

quelle bonne idée ! c'est super

Mario 21/04/2020 09:39

Très bonne initiative.
Espérons quelle fera école ailleurs aussi.

Zoé 21/04/2020 09:04

Une belle initiative ! Le nombre de filets est effarant!

Claire 21/04/2020 08:23

Il y a des personnes formidables qui innovent et qui ont de surcroît le soucis de la protection de l'environnement !
On ne peut qu'applaudir une telle initiative;
Merci pour le partage.

Chewbyspirit 21/04/2020 07:46

Merci beaucoup pour cet article qui fait du bien, cela est tellement vital de s'occuper enfin de notre planète et de tenter de limiter le mal que nous lui faisons. Amitié.

Jean-Louis 21/04/2020 05:41

Vu le contexte, je lance une nouvelle idée : des masques en filets de pêche recyclés ! Pas sûr qu'ils soient efficaces mais, effet garanti dans la rue !

osswald pierre 21/04/2020 14:35

Ce n'est pas si sot, mais il faut bien sûr plusieurs couches pour que les interstices finissent par faire moins d'un micron ce qui va donner une certaine épaisseur et enlever un peu d'élégance. Quant aux masques publicitaires je ne suis pas pour, encore qu'il faut laisser les fantaisies s'exprimer. Pour ma part je porte un masque du Mali en bois à incrustation de cauri de l'ethnie Bambara, très stylisé et distingué en même temps.

Jean-Louis 21/04/2020 08:13

Toujours à propos des masques de protection : j'ai entendu aux infos de ce matin qu'un club de foot envisageait de faire faire des masques aux couleurs de son équipe ! A quand les masques "Votez pour le RN", histoire de renflouer les caisses vides ? Ça m'étonne que ça ne leur soit pas encore venu à l'esprit, et à d'autres aussi bien sûr...