Joli succès pour Sylvie Henry qui a présenté son film sur les oiseaux de son jardin…

Publié le par Jean-Louis Schmitt

C’est une fidèle de ce blog, Sylvie et son époux Philippe Henry ont captivé un public venu nombreux, samedi 25 janvier, à la Maison des arts de Lingolsheim. Au programme : une vidéo présentant les oiseaux de leur jardin, une conférence et quelques conseils pratiques pour faire prospérer la nature sur le pas de sa porte !

Sylvie et Philippe Henry. Photo : DR

Sylvie et Philippe Henry. Photo : DR

Les organisateurs de la soirée ne s’attendaient pas à un tel succès : il n’y avait plus un fauteuil de libre à la Maison des arts. La biodiversité et la protection de l’environnement sont indéniablement des sujets qui intéressent les habitants.

Le film d’une trentaine de minutes, réalisé par Sylvie Henry, a présenté la vie des oiseaux au fil des saisons, dans son jardin, à Lingolsheim. On y découvre mésanges, moineaux, rouges-gorges, pics verts ou encore tourterelles : elle a recensé une quarantaine d’espèces. Un document amateur qui a ravi les spectateurs, mais ne doit cependant pas faire oublier que, d’année en année, les oiseaux se font plus rares dans nos jardins.

Ne pas arracher les pissenlits !

Ensuite, c’était au tour de Philippe Henry d’emmener les spectateurs à la rencontre des êtres vivants qui peuplent le jardin du couple. Un espace « sans artifice qui favorise la vie animale et végétale » a-t-il précisé. On ne soupçonne pas la vie qu’il peut y avoir dans un jardin de ville de moins de 4 ares, véritable paradis pour les insectes, les chenilles, les escargots, les araignées…

Il a donné quelques conseils pratiques. Le premier est évidemment de bannir les produits chimiques. Ensuite, il faut diversifier les espèces végétales et privilégier les plantes autochtones, comme les violettes odorantes, tolérer quelques mauvaises herbes et ne pas arracher les pissenlits qui sont d’excellentes plantes mellifères. Installer des nichoirs, des mangeoires et des points d’eau qui permettront aux oiseaux de boire ou se laver. On peut aussi prévoir de laisser un coin du jardin à l’état sauvage, ne pas tondre le gazon à ras et laisser des branches au sol ou des feuilles mortes qui pourront être des refuges pour les hérissons…

Y.H. (31.01.2020)

Rougegorges familiers, Pinsons du Nord, Verdiers d’Europe ou encore Mésanges (ici, la charbonnière) sont des habitués des mangeoires en cette saison… Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)
Rougegorges familiers, Pinsons du Nord, Verdiers d’Europe ou encore Mésanges (ici, la charbonnière) sont des habitués des mangeoires en cette saison… Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)Rougegorges familiers, Pinsons du Nord, Verdiers d’Europe ou encore Mésanges (ici, la charbonnière) sont des habitués des mangeoires en cette saison… Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)Rougegorges familiers, Pinsons du Nord, Verdiers d’Europe ou encore Mésanges (ici, la charbonnière) sont des habitués des mangeoires en cette saison… Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

Rougegorges familiers, Pinsons du Nord, Verdiers d’Europe ou encore Mésanges (ici, la charbonnière) sont des habitués des mangeoires en cette saison… Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

 

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Claire 03/02/2020 08:33

Bravo à Sylvie dont je découvre le travail et dont j'apprécie, par ailleurs, les commentaires : nous avons je pense la même sensibilité !

Zoé 02/02/2020 20:25

Quel beau travail! Je suis heureuse du succès de cette conférence.

Sylvie 02/02/2020 21:00

Merci Zoé !

Sylvie 02/02/2020 20:04

Merci Jean-Louis.
On est heureux que cette conférence ait plu.

dominique 02/02/2020 15:02

Beaucoup d'amis vivant à la campagne et nourrissant les oiseaux s'étonnent depuis plusieurs années d'en voir beaucoup moins; on sait bien pourquoi leur nombre diminue mais on dit aussi que certains se sont réfugiés dans les bois même si ce n'est pas leur habitat naturel, afin d'échapper aux pesticides ???

Sylvie 02/02/2020 20:02

Oui les oiseaux désertent les campagnes remplies de pesticides; alors ils vont dans les forêts ou dans les endroits encore préservés des villes comme les jardins, mais là aussi leur population diminue.

domi 02/02/2020 13:40

une contribution appréciable en faveur de l'environnement, à multiplier par des millions

Jacky 02/02/2020 12:57

Félicitations pour ce travail en couple, en osmose.