Graeme Allwright, l'âme des "protest singers" en France, est mort

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Chanteur humaniste au parcours atypique, Graeme Allwright a fait découvrir aux Français les chanteurs contestataires d'outre-Atlantique, en adaptant Pete Seeger, Woody Guthrie ou Leonard Cohen dans la langue de Molière…

 

Chanteur humaniste au parcours atypique, Graeme Allwright est décédé dimanche à l'âge de 93 ans. Photo de 1978.

 

Le chanteur français d’origine néo-zélandaise Graeme Allwright, connu notamment pour avoir adapté de nombreuses chansons d’artistes folk américains en français, est décédé dimanche 16 février à l’âge de 93 ans, a annoncé sa famille à l’AFP.

“Il est décédé cette nuit, dans la maison de retraite où il résidait depuis une année”, en Seine-et-Marne, a déclaré sa fille Jeanne Allwright. “C’était un chanteur engagé pour la justice sociale, un chanteur un peu hippie en marge du show business qui a refusé des télés. Il a chanté jusqu’au bout, il a adoré être sur scène”, a expliqué l’un de ses fils, Christophe Allwright

L’âme des “protest singers” en France

Né en Nouvelle-Zélande en 1926, Graeme Allwright commence sa carrière comme acteur en Angleterre après la 2e guerre mondiale, avant de s’installer en France en 1948. Il n’entamera une carrière de chanteur qu’à près de 40 ans, avec un premier disque en français en 1965 baptisé “Le trimardeur”, adapté du “protest singer” Pete Seeger. Son répertoire contestataire, antimilitariste et profondément humaniste résonne avec les aspirations de la jeunesse française de l’époque.

“Petites boîtes” (adaptation de Malvina Reynolds), “Jusqu’à la ceinture” (Pete Seeger), “Qui a tué Davy Moore?” (Bob Dylan), “Johnny” (texte original) et surtout “Le jour de clarté” (Peter, Paul & Mary), son plus grand succès, deviennent des hymnes de mai 68. Dans les années 1970, il adaptera de nombreuses chansons du Canadien Leonard Cohen, dont “Suzanne”.

Il est aussi connu pour avoir écrit en 1968 la chanson de Noël pour enfant “Petit Garçon”, version francophone d’“Old Toy Trains” de Roger Miller, ou encore “Sacrée Bouteille” (d’après “Bottle of Wine” de Tom Paxton). Il alterne ensuite voyages et retours sur scène, où il continue à se produire jusqu’en 2015.

En 2010, l’Académie Charles Cros lui décerne un “grand prix in honorem” pour l’ensemble de sa carrière. Il était père de quatre enfants, Nicolas, Christophe, Jacques et Jeanne…

AFP (16.02.2020)

Vidéo: Graeme Allwright – Suzanne (4:02)

 

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

Publié dans Portrait, Disparition, Hommage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Zoé 18/02/2020 16:30

Inoubliable Graeme , il emporte tout un pan de ma vie . Je l'aimais infiniment . Avec lui brille une étoile de plus au firmament des artistes qui ont enchanté ma vie .

Michel 18/02/2020 14:20

Il nous a quitté
Il s'est en allé
Il recommence (peut être ) sa vie, ou une autre vie !!!

Momo 18/02/2020 12:59

Ce matin j'ai écouté Suzanne… et j'ai pleuré. ( avec le temps va tout s'en va, tout s'évanouis…)
Merci poète! tu nous manque déjà. Repose en paix.

Stéphane 17/02/2020 20:33

Quelle tristesse ! Emmène-moi, Petite boîte, (les anges auront résisté à son appel tant d'années), des morceaux que je réécoute avec plaisir de temps à autres, tout comme je réécoute Led Zep. Des classiques quoi !

Martine 17/02/2020 17:39

Avec Greame Allwrigt, c'est toute une partie de notre jeunesse qui s'en va. Guitare et chansons entre amis que tout le monde connaît. Les hippies, la contestation, mai 68, les espoirs d'autres choses, d'autres valeurs, d'un peu d'humanité... Je suis allée l'entendre et le voir ( ! ) à Paris il y a 4 u 5 ans, sur scène, incroyablement jeune et beau et doué musicalement autant à la guitare qu'à la voix. Que d'émotions ! le public connaissait son répertoire dans les moindres détails... Pour une fois, j'en pleurerais...

dominique 17/02/2020 16:03

Je ne m'attendais pas à trouver Graeme Allwright sur ce blog et c'est un plaisir; d'ailleurs ses engagements vont bien avec l'esprit du blog...
Des souvenirs pour moi aussi, pas avec des copains autour d'un feu de camp mais ...avec mon grand Vinyle que j'ai toujours avec d'autres dont un de Léonard Cohen, l'auteur de Suzanne en fait, alors que je préférais Bob Dylan !
Et puis un peu Barry MacGuire pour "Eve of destruction" mais ensuite il a bifurqué.
Et en 2005 alors que je chantais avec mes élèves "ça je n'l'ai jamais vu",( je ne m'en lasse pas "mais une moustache sur un melon...ça je n'l'ai jamais vu" j'adore) , alors que je croyais Allwright bien oublié ...et même inconnu du grand public, un élève Erwann, m'a apporté un CD avec 16 chansons d'Allwrigth.... bon "piquées" par sa mère mais seulement pour moi, je l'ai toujours; ce jeune qui a 23 ans maintenant connaît donc bien et mon fils de 39 ans aussi; c'est d'ailleurs lui qui m'a appris son décès; lui c'était Suzanne qu'il chantait (pas avec des copains, avec sa copine dans ses années de vingtenaire) je vais lui envoyer ta page il sera content ! Ainsi nous savons que Graeme Allwright a traversé la vie de plusieurs générations ...Et comme le dit Jacky touchera encore celles à venir.
Beaucoup de ses chansons sont des traductions de folk singers américains ou canadiens mais qu'importe, il les a bien portées auprès de nous.
Je suis sûre Jean-Louis que tes amis et toi avez chanté "Emmène-moi" typiquement country, chouette avec une guitare autour du feu ! Oh et "Sacrée bouteille" aussi ! Et comme Sylvie j'ai chanté "Petit garçon" à mes enfants pour changer de "Petit papa Noël" qui me "gonflait" !

Jacky 17/02/2020 15:24

Buvons encore une dernière fois à l'amitié, l'amour, la joie.. Ça m'fais d'la peine , mais il faut que je m'en aille...... Au revoir cher Graeme. Mes enfants connaissent toutes tes chansons et les transmettront à leurs enfants.

kimcat 17/02/2020 14:32

Inoubliable... Sa Suzanne (le prénom de ma maman et de ma grand-mère paternelle) est éternelle...

domi 17/02/2020 12:12

des accents inoubliables...

Sylvie 17/02/2020 11:34

Pour moi aussi, beaucoup de souvenirs : ses chansons que j'adorais et que je reprenais à la guitare ; et un concert intimiste auquel j'ai eu la chance d'assister à Grenoble en 1980 , lorsque j'étais étudiante.
Quant à la chanson " Petit garçon", combien de fois je l'ai chantée à mes enfants !
C'était une belle époque Jean-Louis.

Jean-Louis 17/02/2020 11:16

Avec le départ de Graeme Allwright me reviennent en mémoire d'incroyables soirées avec toute une bande d'amis dont la plupart ont été perdus de vue depuis... Sacrée époque quand même !
Tchao l'Ami !