Craque la Terre

Publié le par Jean-Louis Schmitt

C’était l’année du Craque la Terre… Celle qui fait aussi craquer les esprits de l’autoroute de la pensée. On attendait l’eau. Craque la Terre, la peau parcheminée comme celle d’un éléphant Depuis des semaines, les arbres mendiaient les nuages, les paumes jointes…

 

Assaut contre le bois de Latingy… sous protection des forces de l’ordre. Photo : © La Loire vivra

 

L’humanité comme un berger sans étoile ressortait les sourciers et leurs baguettes du fond de leurs granges. Le peintre dans son marais sans eau, entendait la peine des arbres, la peine des arbres qui fait craquer les branches, plainte silencieuse des forêts.

 

Epicéas brûlés de soleil dans les Vosges, prés et champs jaunis saoulés de grillons.

- Creuse, creuse encore…

- Mais je ne peux plus dit la rivière limousine, je n’ai plus assez d’eau à donner, à vos fleurs, vos jardins, à mes poissons, à vos maïs subventionnés pour qui vous voulez encore et encore des retenues qui tuent ma vie et les paysages. Je n’ai plus d’eau pour refroidir vos centrales si fragiles quand elle vient à manquer. Ma copine La Charente… était à moins de 8 m3 hier !

 

Eté qui ferme son livre assoiffé, l’automne remplira t’il les tonneaux ? De vin oui… mais d’eau ? On attendait l’eau, craque la terre, nous les enfants gâtés d’un pays tempéré, ça y est on est touché. Tandis que les forêts souffrent… tenez, allons dans le Loiret. Je vous ai déjà parlé de la « balbucam », caméra qui permet de suivre en direct la reproduction d’un couple de balbuzards. Deux jeunes sont partis en migration et ne savent pas, que dans la commune de Mardié, 5 hectares du bois de Latingy qui accueille leur aire viennent d’être rasés vite fait, chênes plus que centenaires sur les chemins de Maurice Genevoix transformés en boites d’allumettes par le Conseil Départemental pour faire passer une nouvelle route de 7 m de large et 150 m d’emprise. Les services préfectoraux couvrant l’illégalité de la destruction.

 

Mais ne vous en faites pas, le Conseil Départemental du Loiret sûrement organisera avec les enfants des opérations de plantations en faisant de la pédagogie car il faut aimer et aider la nature. Lors du week-end du patrimoine, nos concitoyens, nous tous défilons devant les vieilles pierres, les musées, les châteaux, les lavoirs « Tiens, y a pas d’eau », les palais de la République…

 

Nos jeunes défilent, à pied, pas en SUV comme leurs parents. Leur vrai patrimoine à eux, c’est la planète, le sol, les arbres, les rivières, l’air, l’eau H20 mon amour, leur bien commun, seule cause politique digne de ce nom à leur yeux. « Regardez mes parents, et vous les industries, les politiques, regardez aussi… et toi la pub, la conso, les Gafa, la finance sans limite, regarde le climat et le monde sec que tu me laisses. Oui il est sec comme le modèle que tu veux sauver avant tes gosses » Voilà ce qu’ils disent, les enfants génération Craque la Terre. Ils défilent. Et non, ça ne leur passera pas… comme le pense certains.

 

Mais en fait qui se défile ?

 

Denis Cheissoux/CO2 Mon Amour (22.09.2019)

 

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Gérald 11/10/2019 19:35

Qui défile et qui se défile ?
Les jeunes se bougent et c'est heureux...
Les gouvernants et bien d'autres indécrottables pisse-froid ne voient que l'intérêt à court terme et refusent d'évoluer dans le bon sens !
Il importe par conséquent de les sanctionner en ne leur donnant plus aucun mandat et donc légitimité...

Pascale MD 10/10/2019 10:12

Bon jour, je découvre cet espace via Zoé (merci au passage)
C'est le genre de texte qui devrait sensibiliser, mais je crains que ceux qui s'intéressent vraiment à l'avenir de notre planète et à la protection animale se sentent concernés depuis fort longtemps et ont compris leur part de responsabilité.
Ils sont bien ces gamins, et qu'ils continuent d'agiter les consciences endormies ou trop égoïstes.
Bonne journée

Zoé 10/10/2019 12:53

Mais de rien Pascale , je sens beaucoup d'affinités entre ce blog et toi .

Zoé 10/10/2019 09:05

Très beau texte. Mais je ne crois pas que nous sommes beaucoup à vouloir l'entendre : Hier encore quelqu'une m'a doctement expliqué qu'il ne fallait pas céder à ce catastrophisme , que c'était exagéré. Moi ça me bouffe la joie de vivre quand je pense à toutes ces souffrances déjà engendrées et à celles à venir.

Claire 09/10/2019 11:34

Voilà un très joli texte en effet et, du coup, je suis allé réécouter l'émission "CO2 Mon Amour" en question : c'est encore mieux lorsque c'est dit par le présentateur de l'émission :) !
Merci pour ces partages toujours joliment présentés.

domi 09/10/2019 06:13

pour appuyer mon propos, l'auteur de ce blog, grand militant écolo, n'est pas de première jeunesse (sauf d'esprit peut-être)

Jean-Louis 09/10/2019 06:56

Eh oui, là encore tu fais mouche...

domi 09/10/2019 06:12

ne soyons pas manichéens en opposant les générations, ce ne sont pas nos jeunes mais DES jeunes qui défilent pour la planète et rejoignent des adultes qui font de même d'ailleurs, tandis que d'autres adultes roulent en SUV et que d'autres jeunes font n'importe quoi, font le con à moto et scooter abandonnant dans la nature leurs canettes et emballages de malfouffe, tordant au passage quelque rétroviseur...
il y a des gens bien et des gens moches dans chaque génération, certains jeunes sont comme certains vieux très consommateurs, et quant au militantisme vert, il appartient aussi bien aux barbons qu'aux Jeanne d'Arc en herbe

Jacky 09/10/2019 09:07

Je suis bien d'accord avec Domi.

Jean-Louis 09/10/2019 06:54

Je ne peux qu'abonder dans ton sens cher Domi : des cons il y en a partout et, heureusement, des belles personnes aussi et ceci, toutes générations con...fondues ! Il paraîtrait même que, parmi nos vaillants et courageux tueurs de lapins à leurs heures perdues, il y aient également de gentils et aimants pères, grand-pères et époux... Mais ça, ne fréquentant pas le milieu en question, je n'ai jamais pu le vérifier...

Jean-Louis 09/10/2019 05:42

Joli texte de Denis Cheissoux lu en ouverture d’un de ses récents numéros de « CO2 Mon Amour », émission consacrée à l’environnement, chaque dimanche sur France Inter : l’eau ou plus exactement le manque d’eau, le déboisement -y compris chez nous, en France-, la jeunesse qui se soulève… sont parmi les sujets évoqués dans cet éditorial ! La terre craque certes mais, l’entendons-nous vraiment ?